Faux médicaments – Touba : structures sanitaires et trafiquants se côtoient

Faux médicaments - Touba

 Le Centre de santé Serigne Mbacké de Touba Darou Khoudoss et le Centre de santé de Daroul Marnane, dans le district sanitaire de Touba, restent confrontés à l’existence de dépôts de pharmacie, a appris l’envoyée spéciale de l’APS de leur responsable.

Sur les étagères de ces officines, les médicaments vendus illicitement disputent la place aux sachets d’eau, aux paquets de bonbons. Et, il y a même une cabine de transfert d’argent dont l’opératrice, en blouse blanche, se mue dès fois en vendeuse.
Peintes ou carrelées en vert blanc, couleurs habituelles des officines de vente légale de médicaments, la croix de Bertel bien en vue, trois boutiques alignées côte à côte font face au Centre de Santé Serigne Mbacké, plus connu sous le nom de Centre de santé de Djemoul.

A la descente du bus, des journalistes venus visiter la structure de santé, s’y méprennent même en prenant ces boutiques pour de ‘’vraies officines avec des propriétaires docteurs en pharmacies’’.

Sur les enseignes, on peut ainsi lire : ‘’Pharmacie Alhamdou lilahi’’, ‘’Pharmacie Khouma’’, ou encore ‘’Pharmacie Touba Mbacké’’.

De la boîte de Panadol pour soulager les migraines, à la boîte d’Efferalgan, en passant par les gélules, les injections ou les ampoules buvables, les médicaments sont bien achalandés sur des étagères en verre embellies par des cadres en aluminium.
‘’De visu, il n’y a presque pas de différence avec les officines, mais les médicaments commercialisés sont issus du marché illicite, et on ne peut pas garantir la qualité, puisqu’on ignore la provenance, les conditions de transport et de conservation de ces médicaments’’, déclare le médecin-chef du Centre de santé de Darou Marnane à Touba, Dr Mbacké Sylla.
Touba est une zone où le fléau des médicaments contrefaits est très accentué avec une floraison de dépôts parallèles devant toutes les structures de santé vendant des médicaments de la rue, parce que non autorisés par la législation sénégalaise.
‘’Cela nous préoccupe au plus haut niveau en tant que prestataires de santé, puisque notre souci, c’est de servir la population avec des produits de qualité, dont la traçabilité a été certifié par les services compétentes du ministère de la Santé’’, a relevé le médecin-chef adjoint du district sanitaire de Touba.
Il estime que le problème interpelle tout le monde, que ce soit les autorités religieuses, sanitaires, administratives et même la justice qui a son mot à dire. Mais, selon lui, en tant professionnels de santé, ils ont des ‘’leurs limites par rapport à cette question en termes d’interdits et de sanctions’’.
De son point de vue, il appartient à la justice de prendre ses responsabilités sur cette question qui pose aujourd’hui un danger pour les populations.
‘’On a beau faire des prescriptions, mais on ne peut pas avoir des résultats, parce que tout simplement on n’est pas sûr de la qualité des médicaments utilisés par les populations’’, déplore le Dr Mbacké Sylla. Il a fait cas d‘’’échecs thérapeutiques de plus en plus récurrents, en plus de l’émergence de maladies rénales chroniques’’.
Au niveau des points de prestations santé, la prescription des médicaments génériques est privilégiée pour des raisons d’accessibilité financières, mais dès fois les prestataires sont tenus de prescrire des médicaments de spécialité, compte tenu de l’affection du patient et des résultats escomptés.
La Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA), qui approvisionne les structures de santé avec l’initiative ‘’Yeksi Naa’’ (le médicament est arrivé aux points de prestation santé) n’a pas de médicaments de spécialité sur ses rayons. Et le nombre de ses rotations ne permet pas non plus de satisfaire la demande du district sanitaire de Touba qui capte à lui seul 70% de l’approvisionnement.
C’est ce qui justifie le projet de construction d’un dépôt annexe de la PRA pour résorber le gap et lutter contre le marché parallèle. Les patients ont en effet recours aux dépôts implantés juste en face des structures de santé. Dès qu’ils ne trouvent pas les médicaments prescrits dans l’ordonnance dans la structure d’accueil, l’accompagnant ou le malade se dirige automatiquement vers le dépôt situé juste à côté.
En outre, les dépôts font du crédit et acceptent les gages pour écouler leurs produits auprès des populations. En blouse blanche comme les docteurs avec son nom bien inscrit en caractères verts sur la poche, le gérant d’un des dépôts se rétracte au dernier moment devant les micros des journalistes venus s’enquérir de ce commerce mais surtout de la provenance des médicaments.
‘’Je fais partie d’une association et je ne peux m’exprimer devant les médias sans leur aval’’, élude Modou Ngom.
Interpellée à la sortie de la ‘’pharmacie Khouma’’, Fatou Fall, la cinquantaine, un sachet en main, vient juste d’acquérir les médicaments prescrits par une sage-femme, après l’accouchement de sa fille.
‘’Les médicaments m’ont été donnés après avoir déposé en gage mon téléphone portable parce que je n’avais pas assez d’argent’’, confie-t-elle. Elle soutient qu’‘’il n’ya aucun risque puisque aucun médecin ne leur a interdit d’acheter au niveau des dépôts’’.
Les populations ne sont pas assez sensibilisées et ne sont pas conscientes des dangers d’aller chercher les médicaments dans les dépôts parallèles, a expliqué Mbaye Diouf, président du Comité de santé.
‘’La différence ne peut pas être faite entre les médicaments des dépôts et des officines par les populations’’, a-t-il expliqué, rappelant que ce circuit parallèle existe à Touba, ‘’depuis 1960’’.
Avec l’initiative de distribution de médicaments essentiels à moindre coût jusqu’aux points de prestation de soins dénommée Yeksi Naa, la Pharmacie nationale d’approvisionnement veut lutter contre l’utilisation de médicaments contrefaits qui posent un véritable problème de santé publique.

ADL/ASG/OID

Laisser un commentaire