Matchs Gambie, Guinée et Libéria au Stade Abdoulaye Wade : Ce que la CAF exige

La phase de groupes des qualifications pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN 2023) est prévue du 30 mai 2022 au 28 mars 2023. En attendant la compétition, trois pays africains à savoir la Guinée Bissau, la Gambie et le Libéria veulent recevoir leurs matchs au stade Abdoulaye Wade du Sénégal pour les éliminatoires. Mais dans quelles conditions ?

Le Stade Me Abdoulaye Wade fait rêver. La nouvelle tanière des « Lions » du football du Sénégal attire les convoitises des pays voisins dont les stades n’ont pas été homologués pour recevoir les matchs des éliminatoires de la Coupe d’Afrique 2023. Le Sénégal a reçu des demandes de la Guinée-Bissau, de la Gambie et du Liberia qui souhaitent délocaliser leurs matchs à domicile au stade de Diamniadio, a informé lundi dernier, le ministre des Sports, Matar Bâ.

Le Sénégal va-t-il mettre à disposition son bijou de façon gratuite ou sur la base d’un contrat de location. Au ministère des Sports, il est prématuré, pour le moment de parler des conditions dans lesquelles les pays hôtes peuvent accueillir leurs matchs à domicile au Sénégal. « Pour le moment, ce sont des demandes que nous avons reçues. La Fédération sénégalaise de football nous a transmis les demandes des fédérations sœurs. Nous sommes en train d’étudier les demandes et nous communiquerons après », a expliqué le ministre des Sports.

Selon les éclairages des dirigeants sportifs, différentes formules sont envisageable. « En principe, quand la Guinée, la Gambie ou le Libéria demandent de délocaliser leurs matchs au Sénégal, au niveau de la CAF, c’est comme si le match a lieu dans ces pays. Ce sont les fédérations concernées qui sont responsables de l’organisation du match et tout ce qui va avec », a précisé Souleymane Boun Daouda Diop dans « L’Observateur ».

Ce qu’exige la CAF
Sur ce point, le règlement de la CAF exige que les conditions minimales soient respectées :
La réception à l’Aéroport : un comité d’officiels de la fédération hôte doit être présent à l’aéroport pour accueillir l’équipe visiteuse et lui faciliter toutes les formalités d’entrée dans le pays. Les équipes visiteuses doivent respecter les lois en vigueur en ce qui concerne les visas d’entrée.

Facilités de transport: Un car pour les joueurs et une voiture pour les officiels seront mis à la disposition de l’équipe visiteuse dès son arrivée et jusqu’à son départ.

Logement: L’équipe visiteuse sera logée dans un hôtel de qualité.

La fédération hôte sera responsable de la réservation des chambres et des repas réguliers pour les sportifs. Au cas où une équipe visiteuse refuse de loger dans l’hôtel réservé par la fédération hôte et qu’elle change elle-même d’hôtel de sa propre initiative, alors que le commissaire du match estime que cet hôtel remplit toutes les conditions exigées par la CAF, elle devra prendre en charge intégralement ses frais de séjour dans le nouvel hôtel.

Facilités d’entraînement : Un terrain d’entraînement sera mis à la disposition de l’équipe visiteuse durant tout son séjour et à sa convenance. Le terrain sur lequel le match sera joué devra être mis à la disposition de l’équipe visiteuse pour une séance d’entraînement au minimum, à la veille ou avant-veille de la rencontre, et ce, à l’heure prévue pour le coup d’envoi.

Mesures de sécurité : le service d’ordre du pays hôte doit assurer la sécurité de tous les membres de l’équipe visiteuse ainsi que celle des arbitres, du commissaire et du coordinateur général appelé à diriger le match.

Il y a également l’option de la mise à disposition du stade gratuitement. Le gouvernement peut mettre gratuitement le stade à disposition de la Gambie, la Guinée, le Libéria, rapporte « L’Observateur ».

Laisser un commentaire