Matar Diokhané : « Je n’excluais pas de renoncer à ma nationalité une fois au Sénégal »

Matar Diokhané : "Je n'excluais pas de renoncer

L’audience du procès de l’Imam Alioune Ndao a repris ses droits après une suspension sonnée lundi dernier pour les besoins de la Fête du travail. En ce mardi 2 mai 2018 marquant la 14e journée d’audience de ce procès dit « affaire Imam Alioune Ndao et Cie », Matar Diokhané, le présumé cerveau des « présumés terroristes Sénégalais’ poursuit son audition. 29e accusé à subir les interrogations de la Chambre criminelle spéciale, il a vivement dénoncé l’attitude des membres du corps diplomatique au Niger. Ce qui, selon lui, a conduit au triste sort de deux de ses compagnons.

« J’ai montré que je suis un compatriote. La preuve, quand je suis retourné au chevet de mes concitoyens arrêtés au Niger, les autorités qui étaient chargés de défendre les intérêts de nos concitoyens et qui sont payés avec nos deniers publics, n’ont rien fait de profitable pour leur semblables. C’est ce qui a conduit au décès de deux de nos compatriotes, là-bas. Ces diplomates-là sont payés, leurs épouses également reçoivent des émoluments de l’État. Tel ne fut pas le cas pour moi qui ai pris des risques et mes moyens pour aller secourir des concitoyens en situation difficile. Moi, j’ai été jeté en prison, mes épouses également sont en détention », a pesté l’accusé.

« J’ai pris des risques énormes là bas »
Invité à revenir brièvement sur sa rencontre avec le chef de Boko Haram, il ne s’est pas fait prié mais il a relevé que l’issue favorable de sa requête lui tenait à cœur. « Si ma rencontre avec Shekau, pour lui présenter les doléances de mes compatriotes, s’était soldée par un échec, je n’excluais pas de renoncer à ma nationalité une fois au Sénégal. Ce jour-là, j’avais le sentiment d’être le représentant de mon pays et je ne devais pas échouer à cette tentative de médiation », a dit M. Diokhané.

« J’ai pris des risques énormes là bas, d’autant plus que j’ignorais comment ils étaient venus et dans quelles conditions ils avaient fait le voyage. Ils étaient dans des conditions difficiles. Certains de ces gens qui avaient sollicité que j’aille plaider leur cause auprès de Shekau étaient très affamés et peinaient même à parler. Tellement, ils étaient faibles… Ce que j’ai compris, c’est qu’ils étaient victimes de la maltraitance de leurs hôtes. Apparemment, nos compatriotes ne s’entendaient pas avec ces gens-là et ils étaient très déçus. Quelque part, c’était risqué de tenter de les faire sortir de la zone. J’ai volé à leur secours, simplement parce que ce sont des Sénégalais.  Moi j’ai réussi le plus difficile. Dans un autre pays, on ne m’aurait pas conduit devant la barre, on m’aurait plutôt décoré et félicité ».

« Dans un autre pays, on ne m’aurait pas conduit devant la barre »
Et pour venir à bout de ses efforts, il dit avoir essayé l’impossible, avec tous les risques pour aider ses compagnons à se tirer d’affaire. « Une fois au Niger, je me suis rendu directement au Consulat. Mais les autorités n’y étaient pas. J’ai ensuite été obligé de parcourir plus de 500 Km pour me rendre à Zender. C’est après qu’on m’a arrêté avec un Français et jeté en prison. Lui a été relaxé quelques heures après. Moi, je suis resté en prison.  Quelques heures après, un agent est venu me voir. Il m’a accusé d’être un espion sénégalais sur leur sol. Ce que j’ai contesté. Mais, il m’a rabroué. J’ai été par la suite torturé avant qu’on ne me notifie que mon arrêt résultait d’une requête des autorités sénégalaises ».

« J’ai subi 28 jours de tortures dans une pièce non éclairée à Zender. Je ne consommais qu’un jus de temps en temps. J’avais perdu la notion du temps et c’est à ma sortie de prison que j’ai su la durée de mon séjour carcéral. On m’a conduit à Niamey où j’ai séjourné 42 jours avant d’être conduit devant le juge d’instruction. J’étais coupé du reste du monde durant tout ce temps-là. C’est de la prison où j’ai été conduit à l’aéroport puis extradé au Sénégal », regrette l’accusé.

« C’est trop drôle », a-t-il dit, avec un rire vite étouffé, à la question d’un des avocats de la défense : « Ailleurs, on fait face à énormément de check-points. Des postes de contrôles, il y en avait partout. Mais au Sénégal, tel n’est pas le cas. Ici, on ne procède aux contrôles des passagers qu’à la frontière, entre le Mali et le Sénégal. Et c’est un simple contrôle de routine », a-t-il dit.  Ce qui a suscité un rire du public.

Laisser un commentaire