« Il faut nécessairement que l’eau soit payée à Touba », Ministre de l’Hydraulique

"Il faut nécessairement que l’eau soit payée à Touba", Ministre de l'Hydraulique

Selon nos confrères, le gouvernement veut en finir avec la gratuité de l’eau à Touba. Au cours de l’émission Grand Jury de la Rfm hier, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement a fait savoir que cette situation contraste avec les investissements de l’Etat dans la ville sainte.

Pour le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, l’eau ne peut pas être continuellement gratuite à Touba. L’électricité à Touba (pour la distribution de l’eau) coûte plus d’un milliard 200 millions à l’Etat. Chaque année l’Etat investit entre 500 et 800 millions de francs CFA, pour un réseau que personne ne contrôle. 40% de la production d’eau à Touba disparaissent dans les tuyaux parce qu’il y a énormément de fuites à cause de l’absence de contrôle. Il faut trouver une solution à cela », soutient Mansour Faye.

Une solution qui, selon lui, passe par la fin de la gratuité de l’eau : « Il faut nécessairement que l’eau soit payée. A Touba, toutes les fractions (de la population) ne payent pas. Les banques, les boulangeries ne paient pas, personne ne paie. Cela ne peut pas continuer. Aucun privé ne paie l’eau à Touba », constate Mansour Faye.

Une situation qui n’est pas sans conséquences. « La qualité de l’eau dans cette localité pose problème puisque la nappe présente du sel. On ne peut pas boire l’eau de Touba. Il faut nécessairement anticiper sur l’eau de Touba. Donc, il faut un programme structurant pour Touba. Maintenant, le problème est de savoir qui va financer et qui va payer. Ces questions sont en train d’être transcendées par toutes les parties prenantes », souligne-t-il.

Pourtant, précise le ministre, les populations de Touba paient indirectement de l’eau à travers la consommation de l’eau minérale qui « coûte beaucoup plus cher » que l’eau du robinet. « Est-ce qu’on va continuer comme ça ? Je pense que non. En tout cas, on est en train de travailler avec les autorités qui semblent comprendre cette dynamique. Vu ses infrastructures, la ville de Touba ne peut être considérée comme une zone rurale », dit le ministre.

Laisser un commentaire