Mandat du DG de l’Armp : « La continuité du service doit être assurée jusqu’à la nomination… »

    Mandat du DG de l’Armp : « La continuité du service doit être assurée jusqu’à la nomination…
    « Saër Niang, le directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), est toujours en poste. Ce qui suscite moult interrogations. Ce jeudi, lors de la cérémonie de publication du rapport annuel de l’Armp, le principal concerné s’est expliqué sur Ce que disent les textes.

    «Au niveau de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), les textes disent que les mandants du Conseil de régulation et du directeur général sont de trois ans. Et le texte dit que la fin du mandat des membres du Conseil est constatée à l’expiration du délai de trois ans. Parce que le Conseil de régulation est un organe de décision. Un organe de délibération prend des actes administratifs. Au terme de 3 ans, son mandat est échu et tous les actes pris peuvent être annulés. Par contre cette disposition n’existe pas dans le mandat du directeur général. Le décret ne le constate pas, le décret nomme le directeur général sans précision de date. Parce que le directeur général est un organe de gestion. La continuité du service doit être assurée jusqu’à la nomination d’un autre directeur général.

    «L’Armp sera dissoute»

    «Pourquoi l’État a différé la nomination d’un autre directeur général ou le départ de l’actuel directeur général à la fin de son deuxième mandat ? Parce qu’il y a des mutations organisationnelles qui ont été envisagées bien avant la fin du mandat. Le Président (de la République) avait saisi le Premier ministre en lui demandant aujourd’hui au constat de l’éparpillement des structures qui évoluent dans la commande publique, de les mutualiser et voir des organisations ensemble. Et passer d’une autorité de régulation des marchés publics vers une autorité de régulation de la commande publique où l’ensemble des modes contractuels sont regroupés. Ce qui permet de mutualiser les ressources financières, matérielles techniques, humaines, etc.  Et ce travail a été finalisé et déposé au niveau des autorités. L’Armp sera dissoute. Donc cette phase transitoire-là, je pense, permettait d’éviter une instabilité au niveau de la structure. Et c’est peut-être cela qui a expliqué l’option de l’Etat de maintenir le directeur national en attendant de finaliser la réforme qui est aujourd’hui terminée.

    «Je ne suis pas un carriériste » 

    «Ce n’est pas, comme je le vois de temps en temps, que le directeur général ne veut pas partir.  Comment le directeur général peut refuser de partir ? Qu’on nomme mon successeur. Je ne suis pas un carriériste. Je ne suis pas quelqu’un qui cherche un emploi. J’ai suffisamment d’expertise pour être mon propre employeur moi-même. On dit beaucoup de choses et peu de choses sont vraies. Et chaque fois que beaucoup de gens parlent il y a toujours une raison derrière. Ils parlent sur la dictée d’autres personnes qui ont d’autres motivations. Et en général ça ne me dérange pas. L’essentiel est que je fais le travail jusqu’à ce que la nomination d’un successeur soit assuré, et le lendemain je passe service. Je ne considère pas être dans un troisième mandat.»

    Laisser un commentaire