Mali : une présidentielle marquée par des sabotages et une faible participation

Mali : une présidentielle marquée par des sabotages

Malgré la présence renforcée des forces de sécurité lors de la présidentielle organisée au Mali, ce dimanche, des jihadistes ont commis des actes de violences dans le nord et le centre du pays. Les électeurs se sont également peu mobilisés.

Un bilan du scrutin présidentiel de dimanche au Mali en demi teinte. Considéré comme crucial pour l’accord de paix de 2015, le vote a été marqué dimanche 29 juillet dans plusieurs zones du nord et du centre par des attaques jihadistes présumées et une faible affluence. Le taux de participation n’était pas connu dans l’immédiat mais s’annonçait faible, selon les premières constatations d’observateurs électoraux et de journalistes de l’AFP.

Violences dans le Nord et le Centre

Dans la région nord de Kidal, le bureau de vote du village d’Aguelhok a été brievement fermé après que des membres du Groupe pour le soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda, ont tiré dix obus de mortier, a rapporté le porte-parole de la mission américaine Olivier Salgado. Personne n’a été blessé. le GSIM a revendiqué l’attaque sur les réseaux sociaux. Selon Christelle Pire, correspondante de France 24 à Bamako, les membres du groupe affirment notamment que les élections ne sont que « le jeu que les Français veulent installer » et considèrent le Mali « comme une nouvelle poupée ».

Laisser un commentaire