Mali: 95 morts et 19 disparus suite a l’attaque de Sobane

Mali: 95 morts et 19 disparus

Texte alternatif de la bannière

C’est hier soir que les premières victimes du massacre de Sobane ont été enterrées au Mali. Après l’effroi du massacre du village dogon, c’est la recherche des responsables de ces crimes qui préoccupent les survivants. Pendant ce temps l’État malien comme la communauté internationale brillent par leur silence.

Moins de 24 heures après le passage des tueurs, c’est la désolation et l’incompréhension qui se lisent sur les visages des survivants de Sobane. Surprises dans leur sommeil, les populations ont été réveillées par des cris de détresse provenant des premières maisons attaquées par des hommes lourdement armées venus a bord de moto. Alors que le pays n’a pas encore fini de pleurer les victimes du massacre du village peul de Gossagou, ce sont 95 personnes qui ont été tuées à l’arme blanche ou l’arme à feu. « Pire, soutiennent des sources locales, certains ont été tués, calcinés, dans l’incendie volontaire de leur maison. Personne n’a été épargnée. Des femmes comme les enfants. »

Absentes au moment du massacre qui a duré de 3 heures du matin ce dimanche au début de la matinée de ce lundi, les forces de l’ordre n’ont, une fois de plus, pu que constater les dégâts. Aussi, de la Suisse où il se trouve actuellement, le président malien, Ibrahima Boubacar Keïta, a appelé a l’unité du peuple malien. Et regretté « ce carnage. »

Même si aucune preuve de leur responsabilité n’a, pour le moment, été trouvée, tous les regards sont pointés sur les miliciens peuls. Ces derniers, qui avaient été choqués par le massacre des leurs il y a deux mois, avaient promos de se venger tout en indexant les chasseurs dogon. Et voilà que, cette fois-ci, ce sont des dogons qui ont été tués à Sobane.

Avec l’ouverture de ce cycle infernal, on assiste à un tournant inquiétant dans la confrontation inter comunautaires en Afrique de l’ouest. Au-delà du Mali les Peuls sont présents partout sur le continent. Et cette ethnie s’est subitement retrouvée dans le viseur de certaines communautés depuis que Amadou Kouffa, un prédicateur djihadiste malien d’origine peul, a appelé « ses frères » à le rejoindre dans son combat au nom de l’islam. Même si personne ne peut donner le nombre exact de personnes qui ont suivi Kouffa dans son appel, l’impact de son appel, lui, a laissé des traces.

Aujourd’hui que l’État malien a montré ses limites sécuritaires, il appartiendra aux forces internationales, présentes au Mali, de prendre la relève et de mettre en place une armée d’intervention rapide, capable d’endiguer cette spirale de violence qui risque de se propager dans des pays voisins où vivent de fortes communautés peuls. Dores et déjà, il est urgent de mettre en place un tribunal pénal international sur Mali pour punir les auteurs de ces génocides en gestation.

PARTAGER
Article précédentSoutien à Aliou Sall : Awa Niang, l’inculte députée se rétracte
Article suivantDakar : L’Ambassadeur de la Russie est décédé ce matin
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire