Le médiateur de la République étale les lacunes du régime

    Le médiateur de la République étale les lacunes du régime
    Alioune Badara Cissé n’a rien perdu de sa liberté de ton. Le médiateur de la République, qui animait une conférence pour les jeunes à l’initiative du mouvement « ABC J’aime », a étalé les tares de la politique de Macky Sall. Extraits du journal L’Observateur.

    « Les Législatives 2017, inadmissibles »
    Alioune Badara qui indique n’avoir rien perdu de son sens de la vérité et de la dignité, rappelle les conditions dans lesquelles les élections législatives se sont déroulées. « Nous avons assisté aux énormes difficultés lors des législatives du mois de juillet 2017, notamment dans la délivrance des cartes nationales d’identité et d’électeurs. Nous avons eu mal. Nous l’avions bien caché et pris l’avion pour rentrer. Nous n’étions plus un modèle », se désole-t-il. Il ajoute : « Je ne peux pas, animant une conférence une conférence pour les jeunes, occulter cette grosse interpellation citoyenne et ne pas demander aux autorités de la République et au ministère de l’Intérieur de prendre en charge cette question. Ce pour qu’à la prochaine consultation électorale, les Sénégalais en âge de voter et étant inscrits pendant la période d’ouverture des élections sur les listes électorales, soient en mesure de voter ».

    « L’impunité, est devenue une réalité »

    Ce n’est pas une chimère. Pour le médiateur de la république, l’impunité a gagné des proportions inquiétantes au Sénégal. « Nous avons assisté, l’année dernière, à la suite de préparations longues et âpres de jeunes candidats au baccalauréat, sacrifiés par l’incurie de ceux qui sont censés organiser ce diplôme majeur d’accès à l’enseignement supérieur. On nous apprend, il y a quelques jours, qu’il y a eu pour certains inculpés une ordonnance de non lieu. Cette situation d’impunité devient une réalité. Elle fait que certains d’entre nous pensent qu’ils sont citoyens à part entière », regrette Alioune Badara Cissé.

    « La politique, au dessus de tout »

    Pour ABC, l’administration n’existe plus. « S’il y a trop de blocages, c’est qu’il y a trop de politique dans l’administration. Beaucoup de corps qui étaient étrangers au jeu politique s’adonnent aujourd’hui à la politique. C’est comme si on les avait payés pour le faire. On leur dit à l’approche d’élections majeures : « Je ne veux pas vous voir à Dakar, allez battre campagne et revenez que lorsque vous aurez gagné votre localité ».

    « Ce qui se passe dans les commissariats »

    L’ancien ministre des Affaires étrangères est choqué par la vidéo du policier gifleur. « Ce policier qui gifle un jeune en plein visage dans la rue tel que les réseaux sociaux l’ont démontré constitue une interpellation. S’ils le font en public, je me demande ce que cela sera lorsque vous êtes avec eux entre quatre murs. Quel avocat sera sur place pour vous défendre ? Qu’avez-vous pour dire non à ces éléments de torture que nous devons tous dénoncer », s’est-il interrogé.

    Laisser un commentaire