Kounkané : En cette période d’hivernage, l’insalubrité et la dégradation des routes font bon ménage

Kounkané : En cette période

On n’en parle jamais assez de l’insalubrité à Kounkané. Dans cette commune rurale de l’arrondissement de Saré Coly Sallé dans le département de Vélingara (sud), l’accroissement de l’insalubrité et la dégradation des routes  ont pris des proportions inquiétantes pour un assainissement sain et agréable. Face à cette situation la population est en train de développer une certaine insensibilité.

Avec la saison pluvieuse, les habitants de plusieurs quartiers de Kounkané ne savent où mettre le pied après la pluie à cause des nombreuses flaques d’eaux qui décorent de nombreuses rues. La faute incombe  aux autorités locales mais aussi à la population elle-même. Des caniveaux bouchés et des rues détériorées, les eaux de pluie n’y passent plus… justement parce que, faute de poubelles, la population jette les ordures soit dans la rue, soit dans les caniveaux. Ce qui fait que les eaux des pluies stagnent partout dans les rues et bloquent le passage aux piétons et rendent difficile même les passages des motos et des véhicules.

Avec l’installation de la saison des pluies, ces caniveaux à ciel ouvert transformés en dépotoirs d’ordures par les riverains demeurent aux yeux de tous des endroits qui dégagent des odeurs nauséabondes. «Nous sommes obligés de nous boucher quelque fois le nez, car ces odeurs sont insupportables», se plaint un passant rencontré à la route nationale numéro six. (R N 6) En plein centre-ville, le calvaire reprend ses droits pour les usagers de la route reliant la R N 6 à la sous- préfecture en passant par le marché. Comme chaque hivernage, ils ont du mal à circuler, en raison de la forte dégradation de ce tronçon dont le trajet demeure un véritable parcours du combattant.

Une situation qui préoccupe profondément la plupart des commerçants trouvés au marché de Kounkané. « Nous ne pouvons pas comprendre que cet endroit reste ainsi depuis plus d’une année, alors que c’est une route principale. Il est temps que les autorités compétentes prennent des mesures à fin de sortir les populations de ces mares », regrette un boutiquier sous le couvert de l’anonymat. Interrogé sur la réfection de ce tronçon, le maire de la commune de Kounkané, Mohamed Ndourou Baldé affirme que la municipalité avait commencé de remblayage cet axe, mais faute de moyens plus soutenus qui intègrent des canalisations et des procédés de drainages des eaux de pluies, ce travail n’est pas arrivé à terme.

«Il faut noter que les investissements de la municipalité ne sont que le résultat du choix des populations lors de l’élaboration du budget qui est désormais participatifs », a soutenu le maire avant d’ajouter qu’ils verront avec les budgets participatifs si cette question sera inscrite comme priorité parmi les propositions, vu que les populations ont priorisé l’extension électrique, l’éducation et la santé. Selon lui, la construction ou la réfection d’une route nécessite un lourd investissement. Donc, c’est avec la réfection de la piste Kounkané – Teyel dans les prochains mois, qu’ils verront ce qu’ils pourront faire. Pour l’instant, c’est la seule solution qui a été proposée par l’idylle de la commune de Kounkané en faveur de cette route. Tout porte donc à croire que les usagers de ce tronçon devront encore garder leur mal en patience.

Laisser un commentaire