Kolda : l’édition d’œuvres littéraire, un véritable casse-tête des écrivains de la région

L’édition est un exercice noble «  qui est au centre de la transmission du savoir à la postérité dans le but de perpétuer la civilisation humaine » a affirmé hier samedi,  le poète écrivain Idrissa Sow alias Gorkodio, dans le cadre d’un débat à travers un panel dénommé les nouvelles de Kolda.

Au cours de son entretien avec le modérateur, Souleymane Gano, journaliste à l’agence de presse du Sénégal (APS), Idrissa Sow a tenté de présenter le thème du jour dont l’intitulé  est « l’état de la littérature au fouladou et la problématique de l’édition ».

Depuis quelques années, la région de Kolda a connu une émergence littéraire remarquable avec une forte créativité marquée par une diversification de la  production à travers une publication d’œuvres  dont les thèmes phares sont la culture et la revalorisation de la culture du fouladou et du Sénégal.

Selon Gorkodio « ils sont nombreux les koldois qui ont des manuscrits qui dorment dans les cases et salons qui attendent d’être édités » et portés à la face du monde pour apporter leur contribution à l’alimentation littéraire, culturelle et éducationnelle du pays.

Mais, seulement l’édition littéraire dans notre région comme partout au Sénégal constitue des raisons de découragement si bien que seuls les persévérants arrivent à franchir le Rubicon. «  L’édition nationale et localeest confronté à une montagne de problème et que cet espace ne pourrait pas énumérer tous  » a témoigné M. Sow.

Afin de remédier à ce problème, Idrissa Sow propose des solutions comme le développement d’une véritable politique du livre en dotant un fond conséquent les centres de livres régionaux et les centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) ou encore la promotion des acteurs par des subventions, l’achat d’ouvrages et le financement de résidence de culture.

L’éducation et la culture étantdes compétences transférées,l’écrivainet poète  exhorte les élus locaux de la région de Kolda, non seulement à développer une véritable politique culturelle par l’aménagement et l’équipement de bibliothèques communales et itinérant dans les quartiers et villages,mais aussi à former des bibliothécaires et animateurs culturels en activité.

Apparemment, au regard du désintéressement des jeunes à la lecture, le débat autour d’un thème  littéraire de ce genre est venu à son heure. D’ailleurs, l’invité du jour a touché du doigt les véritables problèmes que rencontrent les écrivains et autres acteurs culturels du fouladou dans un contexte où la plupart des écoliers ont fini de conquérir l’espace numérique.

Laisser un commentaire