Kenya : l’opposition appelle au boycott après la mort de plusieurs partisans

Kenya : l’opposition appelle au boycott après la mort de plusieurs partisans

La mort d’un manifestant, vendredi, porte à six le nombre de tués en moins de quarante-huit heures, en marge de l’élection présidentielle au Kenya. L’opposition appelle au boycott du scrutin partiel organisé samedi.

L’opposition kényane a appelé, vendredi 27 octobre, ses partisans à “rester à l’écart” du scrutin partiel organisé samedi dans quatre comtés de l’ouest du pays, où l’élection présidentielle n’a pu avoir lieu jeudi en raison des violences.

Malgré les appels à la retenue des deux camps, des affrontements violents avec la police ont lieu, depuis jeudi, dans de nombreux bastions de l’opposition, où les frustrations et le sentiment de marginalisation ont été exacerbés depuis des années.

Vendredi, un homme a été tué lors de nouvelles manifestations de l’opposition à Bungoma, dans l’ouest du Kenya, tandis qu’un autre a succombé la veille aux blessures reçues à Homa Bay, en marge de l’élection présidentielle, portant à six le nombre de morts en moins de quarante-huit heures, a-t-on appris de sources policière et hospitalière.

Kenya : une présidentielle sous le signe de la violence

 

Les versions diffèrent sur les circonstances de la mort du manifestant de Bungoma vendredi. “La police a répondu pour contenir les manifestations mais un policier a été isolé par des jeunes. L’un a tenté de saisir son arme et c’est malheureusement à ce moment-là qu’il a été tué”, a déclaré le chef de la police de la région, Moses Nyakwama.

Mais des témoins ont affirmé qu’il avait été tué quand des policiers ont ouvert le feu sur les manifestants. “Les gens fuyaient la police et c’est alors qu’ils ont commencé à tirer. Il est tombé et a commencé à saigner abondamment”, a déclaré l’un d’entre eux, Maurice Wafula. Les échauffourées ont continué à Bungoma après la mort du manifestant, les autres jeunes empêchant la police de récupérer le corps.

Poursuites des manifestations à Homa Bay et Migori

Des manifestations se poursuivaient également à Homa Bay et des affrontements entre jeunes et policiers étaient aussi observés à Migori, une autre ville de l’Ouest, selon des journalistes de l’AFP. Dans ces trois villes, les habitants protestent contre la décision de la Commission électorale de reporter à samedi le scrutin, qui n’a pu se tenir jeudi en raison des violences. Ils refusent de prendre part à cette élection que le chef de l’opposition, Raila Odinga, a qualifiée de “mascarade”.

En revanche, la grande ville de l’Ouest, Kisumu, où les violences avaient été les plus fortes jeudi, restait calme vendredi à la mi-journée et avait même repris une activité à peu près normale.

Dans le même temps, les opérations de compilation des résultats se sont poursuivies. Vendredi, la Commission électorale avait reçu les résultats de plus de 36 000 des 40 883 bureaux de vote du pays, a annoncé sur son compte Twitter son chef Wafula Chebukati. “Restons patients et calmes” dans l’attente des résultats, a-t-il exhorté, vendredi, lors d’un point de presse.

Laisser un commentaire