Justice : la militante Apr de Mbour nie les faits alors que les témoignages l’enfoncent

Justice : la militante Apr

L’affaire de la militante Apr de Mbour qui a été prise en flagrant délit est devant le juge. En effet, A. Ndiaye est accusée de soustraction frauduleuse de cartes d’identité pour les besoins de parrainage le 13 septembre dernier. Mais l’accusé nie tous les faits qui lui sont reprochés. Alors que les témoignages l’enfoncent dans cette affaire.

L’affaire de la militante Apr de Mbour a connu un fait nouveau. Au tribunal de Mbour, l’accusé du nom de A. Ndiaye nie les faits qui lui sont reprochés et déclare que « elle s’est rendue au commissariat pour prendre sa carte d’identité qu’elle avait perdu. Et lors qu’elle regardait dans le lot, elle avait reçu un appel. C’est dans ce sens, l’Asp l’a vu en ayant le lot de cartes en main« . Rapporte le correspondant de Sud Fm.

Par ailleurs, les témoins appelés à la barre ont dit tout le contraire. C’est le cas de Ansoumana Mané qui est un Asp et qui travaille dans le commissariat de Mbour qui a pris A. Ndiaye en flagrant délit et l’a interpellée.

Un autre témoin, à la barre, il s’agit de Seck Ndiaye Wade, responsable Apr à Mbour qui affirme avoir remis des fiches de parrainage à A. Ndiaye pour les besoins de la collecte de signatures pour le parrainage qui suit son cours. Mais selon lui, l’accusé n’est pas ce genre de personne.

A lire aussi : Prise la main dans le sac, une responsable Apr jugée ce Lundi pour vol de cartes d’identités

Aussi, le chef de service du commissariat Cheikh Guèye a, lors de son témoignage, déclaré qu’un lot de cartes d’identité avait disparu entre 11h et 13h. Quand à ce policier à la retraite qui est un ami du papa de l’accusé, a dit l’accusé était au commissariat pour recuperer sa carte d’identité qu’elle avait perdu.

Après les différentes déclarations des témoins, le tour est arrivé aux plaidoiries au cours desquelles le procureur dans son réquisitoire demande 1 mois de prison en rendant les fiches de parrainage et le de retirer les noms enregistrés sur ces fiches.

Quand à la defense, elle demande purement et simplement la relaxe de sa cliente car il n’y a pas de preuve qui atteste la véracité des faits.

En attendant, le juge a renvoyé cette affaire au vendredi 26 octobre 2018 pour le délibéré et qui continue de défrayer la chronique dans la ville.

Laisser un commentaire