« Invitation à une prise de conscience et à un engagement citoyen actif », (par Adama Kane)

"Invitation à une prise

LETTRE OUVERTE À LA JEUNESSE SENEGALAISE

Objet : Invitation à une prise de conscience et à un engagement citoyen actif

 

Jeunes du Sénégal,
Chers frères, chères sœurs,

Le Sénégal est à la croisée des chemins. Aujourd’hui, tous les observateurs avertis
conviendront avec nous qu’au cours de ces dix dernières années, notre pays a reçu des
atteintes graves à son intégrité sociale, politique, économique et judiciaire. Le constat
est accablant. Les faits parlent d’eux-mêmes. Cette récente décennie a été le théâtre
dans notre pays, d’une disparition de valeurs éthiques, morales et républicaines qui
caractérisent les principes fondamentaux d’un état de droit. Les secteurs essentiels qui
devraient permettre une vie harmonieuse dans notre société sont essentiellement à
genoux : L’école ne garantit plus une insertion professionnelle. La santé est
profondément malade.

 

La justice ne joue plus son rôle de régulateur social et de
gardienne des libertés. L’agriculture est incapable d’assurer une autosuffisance
alimentaire. La politique-politicienne est désormais le projet de société que nos
dirigeants nous imposent. Ces tares sont incontestablement engendrées par
l’incompétence de nos élites qui perpétuent successivement la survie d’un système
colonial prédateur de nos ressources, mais surtout, il faut le dire, par la posture d’une
jeunesse absente, muette et inactive ! Oui une jeunesse immature, parfois manipulée,
parfois exploitée à des fins peu orthodoxes.

 

Il est temps de se ressaisir ! Mieux, il est temps de renaitre pour devenir une jeunesse
engagée, consciente de ce qu’elle vaut comme de ce qu’elle veut et désireuse d’être
considérée à sa juste valeur ! Comme le disait Thomas MANN : «  Etre jeune, c’est être
spontané, rester proche de ses sources de vie, pouvoir se dresser et secouer les chaines
de civilisation périmée, oser ce que d’autres n’ont pas eu le courage d’entreprendre » .
C’est avec cette précieuse spontanéité que nous entendrons, vous, moi et d’autres jeunes
comme nous, apporter notre pierre à l’édifice.

 

Mes chers frères et soeurs, si j’ai choisi de vous interpeller par cette présente, c’est
parce que je sais que notre pays a besoin de nous car notre esprit n’est pas souillé par la
corruption ni imbibé d’animosité. Témoins des dérives du pouvoir, de la violence
brutale, de la confiscation des libertés, levons-nous immédiatement pour débarrasser
notre pays de la gabegie et de la manipulation !

 

Nos paires nous ont déjà balisés le terrain ; je veux citer Mamadou DIOP et Bassirou
FAYE, tombés sous les balles au combat de l’injustice. Alors pour que leur mort ne soit
pas vaine, nous n’avons pas le droit d’être de simples spectateurs au fonctionnement de
notre pays. Nous devons cesser de rester silencieux. L’urgence réclame l’action !
Ne vendons pas nos âmes au diable. Ne la vendons pas non plus aux politiciens prompts
à acheter notre conscience, notre liberté, nos actions. Car ils croient que tout s’achète
dans la vie : L’électorat, le pouvoir, la conscience. Ce sont là les bases d’une société
corrompue.

 

N’acceptons pas le marionnettisme politique, ne cautionnons plus par l’inaction, la
duperie, la manipulation, la délation, la corruption, ces goulots qui étranglent le pays.
Montrons aux dirigeants et à tous ces politiciens perdus dans des déclarations creuses
qu’ils ne peuvent hypothéquer notre avenir. Que les politiciens comprennent que
désormais nous voulons prendre toute notre place au sein des sphères politiques,
juridiques, économiques et sociales, dans toutes les instances de décision.

 

En cette veille de joutes électorales, nous devons être conséquents ! Citoyens, nous ne
militerons que pour notre peuple. Nous n’aurons de parti que celui de l’intérêt général.
Méfions-nous des anarchistes, des politiciens qui ont tout cautionné dans le passé et qui
aujourd’hui s’affichent en messie, des directeurs de conscience et des marchands de rêve
qui nous promettent monts et merveilles. Il s’agit de ceux-là dont les actes d’aujourd’hui
ne reflètent pas ceux d’hier.

 

Ces usurpateurs de principe qui, une fois au pouvoir, oublient leurs engagements, s’accommodent avec le système et posent des mécanismes de conservation du pouvoir quel qu’en soit le prix. Il faudra aussi nous méfier des trompeurs qui, les larmes aux yeux, prêchent une moralité et une honnêteté sans faille et qu’ils sont les premiers, la nuit tombée, à comploter contre leur peuple, à pactiser avec le diable et à mener une vie indigne de qui respecte le genre humain, la cellule familiale et la patrie. On les retrouve partout : Dans les plateaux télévisés, dans les cérémonies religieuses, dans les foyers, dans les espaces éducatifs. Mes frères et soeurs, toutes ces raisons doivent nous faire ouvrir les yeux et dresser la tête !

 

Le 24 février 2019, nous aurons un autre rendez-vous avec l’histoire comme celui
manqué de 2012 où la jeunesse avait aveuglément participé à une seconde alternance.
Cette-fois ci nous n’avons pas le droit de répéter la même erreur. Notre responsabilité
historique serait engagée si toutefois nous nous laissons abuser. Le peuple ne le mérite
pas ! Marquons notre empreinte par l’opération d’un choix minutieux ! Que personne ne
nous utilise !Ne suivons pas les spéculations irréfléchies de la masse ! Soyons intolérants
contre toutes formes d’exploitations intellectuelles ! Et sachons en définitive, que notre
pays a aujourd’hui plus que jamais besoin de nous !
J’ose espérer ces mots seront à l’instar d’autres appels, le déclic d’une alternative pour la
rupture !

 

Par M. Adama KANE
Enseignant
Administrateur scolaire
adamakane2850@gmail.com

Laisser un commentaire