Hausse des prix des produits alimentaires : Le gouvernement se justifie

Hausse

La fin de l’année s’annonce difficile pour les ménages avec cette hausse vertigineuse des prix des denrées de première nécessité constatée récemment sur le marché. Des tensions qui s’expliqueraient par des ruptures de stocks dans la chaîne d’approvisionnement. Et malgré les assurances du Directeur du commerce intérieur, il faut craindre le pire.

 

Depuis quelques jours, des tensions sont observées sur les prix de certaines denrées de première nécessité. Déjà, dans sa dernière analyse sur les prix à la consommation, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie avait relevé une progression de ces derniers de 2,6 % au troisième trimestre 2018. Une évolution qui s’explique par l’évolution des prix des «produits alimentaires et boissons non alcoolisées», des biens et services de «communication», des «boissons alcoolisées, tabacs et stupéfiants» et des services de «loisirs et culture». 

De même, la hausse des prix des produits des secteurs primaire, secondaire et tertiaire explique cette tendance du niveau général des prix à la consommation. Sur le marché, les ménages se plaignent beaucoup de la hausse des prix de l’huile et du riz. Cette dernière denrée, base du plat national le thiebou djeun, a connu une hausse de 50 à 100 francs sur le kilogramme, selon la zone, ou de 1 500 francs sur le sac de 50 kg qui passe de 16 500 à 18 mille francs CFA.

Cela, alors que l’Etat continue de clamer qu’il administre les prix des denrées afin de soulager les populations. Mais la réalité est tout autre. Les mises en garde du ministre du Commerce, Alioune Sarr, après coup, n’y font rien. Elles sonnent comme des somnifères pour endormir le peuple qui finit par se résoudre à jouer le jeu des commerçants, surtout que le gouvernement a cédé face aux menaces des commerçants en tempérant les ardeurs de l’enseigne française Auchan qui avait cassé les prix et démystifié leurs pratiques.

Ayant homologué les prix du riz, du sucre ou encore de l’huile en 2013, le gouvernement avait promis le contrôle des structures de ces prix et la traque des commerçants véreux et autres récalcitrants sur l’ensemble du territoire national. Mais, avec les hausses constatées sur le marché et l’entente de certains concurrents comme dans la cimenterie, l’Etat affiche son impuissance dans l’administration des prix.

Les assurances du Directeur du commerce intérieur

Le Directeur du Commerce intérieur, Ousmane Mbaye assure que les prix sont stables en ce qui concerne les denrées de première nécessité. A l’en croire, seul le riz parfumé a enregistré une légère augmentation sur les prix. Sur ce cas, il promet que les prix seront stables dans les prochaines semaines.  «Pour la pomme de terre, il n’y a pas d’augmentation. Les prix sont stables», a-t-il soutenu.

Poursuivant, il explique la hausse du prix sur le riz parfumé par un rétrécissement de l’offre. D’après lui, quand la demande ne suit pas ce dysfonctionnement, il y a forcément une distorsion.  «Le seul produit qui a enregistré une petite augmentation, c’est sur le riz parfumé. C’est lié à une tension sur l’offre. Parce qu’il y a eu un retard de bateau. Mais, nous pensons que dans deux semaines, cela va se régler», a-t-il relevé.

Avant d’insister que l’offre sera stabilisée dans les deux prochaines semaines sur les marchés. «On a reçu 15 mille tonnes à la veille du Maouloud et nous attendons autour de 30 mille tonnes. Si on a un stock de 45 mille tonnes, nous pensons que les prix seront stables. C’est un peu lié au rétrécissement de l’offre»a-t-il indiqué. Non sans préciser que les prix restent stables pour l’oignon et la pomme de terre.

Laisser un commentaire