Grève générale en Guyane

Grève générale en Guyane

Un appel à la grève générale a été lancé lundi après une semaine de blocages. Les collectifs refusent de négocier avec les hauts fonctionnaires envoyés sur place.

Depuis une semaine, une vingtaine de barrages bloquent les principaux axes routiers et le port de commerce. Les établissements scolaires et la plupart des administrations sont fermés depuis jeudi, les stations-service à sec ou au bord de la pénurie, et les vols moyens ou long-courriers ont été annulés à l’aéroport , pour des raisons de sécurité.

« On en a assez »

Sur les banderoles accrochées aux camions des transporteurs au niveau des barrages, le slogan le plus courant est « Nou gon ké sa » (« on en a assez » en créole guyanais). « On est tous concernés, quelles que soient les communautés », explique Evelyne, une fonctionnaire métropolitaine arrivée il y a trois ans en Guyane, venue discuter sur un barrage à Cayenne. « L’insécurité touche tout le monde », précise cette mère de famille. Sur les barrages, des animations musicales avec des artistes locaux en vue, des prises de paroles, des débats et des repas avec grillades ponctuent les journées et les soirées.
Erigés d’abord à Kourou lundi 20 mars, les barrages se sont ensuite étendus à l’agglomération de Cayenne, à Saint-Laurent, dans l’ouest, puis dans les communes isolées dans l’intérieur des terres, à Maripasoula et Papaichton. Sur un territoire grand comme trois fois la Bretagne – accessible seulement par pirogue ou avion dans l’intérieur – les revendications sont en partie spécifiques, mais elles renvoient toutes à l’insécurité, aux carences en matière de santé, d’éducation et de développement.

Dimanche soir, après un contact avec le premier ministre, Rodolphe Alexandre, le président de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG), espérait voir l’arrivée rapide d’un ministre pour débloquer la situation :« Bernard Cazeneuve est favorable à l’arrivée en Guyane d’un ministre afin de lancer

Guyane : déclaration de Bernard Cazeneuve

Bernard Cazeneuve a fait une déclaration, ce lundi 27 mars, sur la situation en Guyane. Il a notamment annoncé l’envoi d’une délégation de ministres « avant la fin de semaine ». Le Premier ministre a également affirmé vouloir signer, dans les meilleurs délais, un pacte d’avenir avec la Guyane, dans le cas où « les conditions du respect et de l’ordre républicain sont réunies ». Ces annonces s’inscrivent dans la dynamique de la mission interministérielle, envoyée samedi dernier, pour engager le dialogue et formuler des propositions pour une sortie de crise.

bernard cazeneuve

 

 

Laisser un commentaire