Gorgui Sy Dieng, Basketteur : L’éclair d’un génie très social

Gorgui Sy Dieng, Basketteur : L’éclair d’un Génie très social

 

Il est aussi talentueux dans son domaine de prédilection que généreux de ses avoirs en faveurs d’autrui. La preuve…

Son talent s’est avéré plus fructueux. Quand il s’est hissé au sommet du basket en jouant dans le plus haut championnat de basket du monde : La NBA. C’est en 2013, que l’ancien pensionnaire de l’Us Rail se présente à la Draft ce juteux et judicieux championnat américain et est choisi en 21e position par le Jazz de l’Utah. Il est transféré dans la foulée aux Timberwolves du Minnesota. Ici, il rassure, donne satisfaction, gagne la confiance de son staff, lead son équipe depuis toujours. L’enfant sénégalais de Kébémer est ainsi connu et reconnu dans le monde à cause de ses performances. Combatif, technique, tenace, pugnace, très adroit devant le cerceau, Gorgui Sy Dieng est ce géant pivot de l’équipe nationale de basket du Sénégal, pétris de vertus sportives, toujours « disponible à mouiller le maillot pour honorer son pays, parce que « nous avons que le Sénégal. Et tout ce qu’on peut faire pour le représenter dignement nous allons le faire », a-t- il chanté, il y a une semaine à Dakar dans le cadre ses activités de vacances. Avec l’équipe nationale, il a été demi-finaliste en Afrique. Un titre qui ne le rassasie pas. Il est encore soif de victoires avec les « Lions » du Basket : « quand le Sénégal gagnait la coupe d’Afrique pour la dernière fois, j’avais 7 ans. Il est temps que nous la remportons pour mettre fin à 20 ans de disette ». Cette détermination d’élever au premier rang africain, le basket sénégalais équivaudrait exactement avec sa folle ambition d’améliorer la santé-public. La preuve par son enveloppe bourrée de 250 millions en guise de don à l’hôpital de son fief, Kébémer. Un geste de bienfaisance qu’il verse dans le compte de sa modestie et son « humanité » : « je m’y étais rendu et j’avais vu une femme allongée à même le sol. Je me suis rapproché d’elle pour m’enquérir de sa situation. Elle me répond qu’elle n’avait pas les moyens. Et je me suis dit qu’il faut que je fasse quelque chose pour cet hôpital, car mes mamans, mes tantes, mes amis et mes frères se soignent là-bas. » Dakar aussi a connu les largesses de ce jeune basket de 25ans. « Son » hôpital principal vient de réceptionner un lot de matériels médicaux comprenant une unité d’hémodialyse de 7 machines, une unité néo-natale et une tonne de riz.

Voilà autant de gestes d’un esprit éclair qui se soucie du sort des autres et de son pays, pour ne pas le nommé l’éclair d’un génie sportif et social…

 

 

Laisser un commentaire