France: Antoine Sfeir, spécialiste du monde arabe, est décédé

Le journaliste et politologue Antoine Sfeir, spécialiste du monde arabe et musulman, est mort la nuit dernière à l’âge de 70 ans. Sa parole d’expert, ses analyses, sa pédagogie étaient très recherchés par les médias mais également lors de conférences ou dans les écoles de journalisme. Antoine Sfeir était notamment le fondateur des Cahiers de l’Orient.

Antoine Sfeir est né à Beyrouth en 1948. Jusqu’en 1976, il est coresponsable du service étranger au quotidien francophone L’Orient-Le Jour. Il couvre alors l’actualité politique au Moyen-Orient mais également la guerre civile dans son pays. En juin 1976, il est enlevé, sequestré et torturé par des milices palestiniennes. Il en gardera des séquelles physiques. Il entame ensuite une carrière française au journal La Croix et au Pèlerin, avant de créer la revue trimestrielle Les Cahiers de l’Orient. 
En 2005, il avait lancé l’Observatoire de la laïcité et dirigeait depuis 2014 l’ILERI, l’Institut libre d’étude des relations internationales. Antoine Sfeir est également l’auteur de nombreux essais. Le dernier «L’Islam contre l’islam: l’interminable guerre des sunnites et des chiites», sorti en 2012, remporta le prix Livre et droits de l’homme à Nancy. Accusé d’avoir fait l’apologie du régime tunisien de Ben Ali dans son livre «Tunisie, terre de paradoxes», il finira par reconnaître en 2011 s’être «lourdement» trompé sur ce régime.

 

Très souvent interrogé lors de débats dans les médias ou dans des conférences sur des sujets brûlants concernant le Proche et Moyen-Orient, il était reconnu pour ses connaissances, sa clairvoyance, et sa grande pédagogie. Apprécié à droite comme à gauche, Antoine Sfeir aimait débattre. Sur Twitter, le président du MoDem François Bayrou salue le « passeur entre deux mondes, l’Orient et l’Occident », tout comme Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui rappelle qu’il « prônait le dialogue des cultures et refusait tous les fanatismes » ou Anne Hidalgo, maire de Paris, « Chaque conversation avec lui nous grandissait ».

(avec AFP)

Laisser un commentaire