France : Air France signe un accord majoritaire sur une hausse des salaires après des mois de conflit

France : Air France signe

Les organisations syndicales d’Air France ont accepté de signer, vendredi, l’accord proposé par la direction sur la hausse des salaires 2018 et 2019. Le texte prévoit 2 % de hausse rétroactive au 1er janvier 2018 et 2 % de hausse en 2019.

Air France peut souffler. Après des mois de conflit, les syndicats CFE-CGC/Unac, CFDT, FO/SNPNC, Unsa Aérien et Spaf ont accepté de signer l’accord proposé par la direction sur la hausse des salaires 2018 et 2019, a annoncé l’entreprise dans un communiqué. Toutes les catégories de personnel de la compagnie française sont concernées.

« Ces organisations représentent 76,4 % des suffrages exprimés aux dernières élections », il « est donc valide et pourra être mis en œuvre », s’est félicité la direction dans un communiqué.

Pour Christophe Malloggi de FO, « l’intersyndicale a incontestablement fait bouger le curseur » et permis de déboucher sur un accord « mieux disant que celui soumis à référendum en mai ».

Farid Slimani, de l’Unsa-Sol a, lui, salué un accord qui permet de « passer à autre chose, de regarder vers l’avenir », jugeant qu’il s’agissait d’un « acte de confiance adressé à Ben Smith ». Selon lui, « ce qui a fait pencher la balance, ce sont les mesures en faveur des plus bas salaires ».

Mesures pour les plus bas salaires

L’accord prévoit 2 % de hausse rétroactive au 1er janvier 2018 et 2 % de hausse au 1er janvier 2019, ainsi qu’une négociation annuelle obligatoire en octobre 2019. L’intersyndicale d’Air France, regroupant des syndicats représentatifs et non représentatifs, réclamait un rattrapage des salaires de 5,1 % pour la période 2012-2017.

Une revalorisation de la prime uniforme annuelle (PUA) et une « valeur plancher minimum » de 50 euros par mois pour permettre aux plus bas salaires de toucher au moins cette somme dans le cadre de la hausse de 2 % au 1er janvier 2019 sont également prévues.

Le conflit sur les salaires avait conduit au premier semestre à des grèves coûteuses (335 millions d’euros), à l’appel de l’intersyndicale, et à une crise de gouvernance au sein d’Air France-KLM.

Au point mort pendant plus de quatre mois, le dialogue sur les salaires a repris début octobre sous l’impulsion du nouveau directeur général d’Air France-KLM Ben Smith, soucieux de mettre derrière lui cette épineuse question pour pouvoir s’atteler à un autre défi : la stratégie du groupe franco-néerlandais.

F24

Laisser un commentaire