France: Abus sexuels : un proche du candidat Hamon en garde à...

France: Abus sexuels : un proche du candidat Hamon en garde à vue pour viol

France: Abus sexuels : un proche du candidat

Selon nos informations, cinq plaintes, dont une pour viol, visent Gilbert Cuzou, conseiller régional d’Ile-de-France et ancien membre de la campagne présidentielle du socialiste.

Nouveau coup de tonnerre dans le ciel socialiste. Selon nos informations, Gilbert Cuzou, 34 ans, conseiller régional d’Ile-de-France et ancien membre de la campagne présidentielle de Benoît Hamon, est en garde à vue depuis mardi dans les locaux du 3e district de la police judiciaire parisienne. Visé par cinq plaintes, dont une pour viol, cet ex-collaborateur du député frondeur PS Pascal Cherki devrait être déféré vendredi.

«Harceleur».Toutes les victimes présumées gravitent dans la galaxie Hamon et ont participé de près ou de loin à la campagne. Trois d’entre elles appartenaient à l’équipe de Gilbert Cuzou, chargées notamment des déplacements, des meetings et de l’organisation logistique autour du candidat. «Le non-consentement était établi, il continuait quand même», témoigne aujourd’hui une proche de Hamon. «Elles ont reçu des centaines de textos. C’était du harcèlement pur», abonde une autre. Pour le candidat, la menace est d’autant plus grande que l’égalité femmes-hommes fait partie des axiomes du nouveau mouvement et que la quasi-totalité des faits se sont produits pendant la campagne, au QG ou en marge de ses déplacements.

Judiciairement, l’affaire ne démarre qu’en octobre, lorsque deux premières plaintes pour harcèlement et agression sexuelle sont déposées à l’encontre de Gilbert Cuzou. Une enquête préliminaire est aussitôt ouverte par le parquet de Paris.

Mais pour le tout nouveau parti politique de Benoît Hamon, qui s’appelle encore le M1717, le choc a eu lieu quelques semaines plus tôt, avant même que n’éclate l’affaire Weinstein.

Les deux premières plaignantes, deux militantes socialistes, respectivement membres du service de presse et du pôle déplacements de la campagne présidentielle, ont commencé par venir se confier à la direction du mouvement lors de la Fête de l’Huma, début septembre. Benoît Hamon lui-même est dans la boucle. Toutes deux ont une démarche à la fois politique et féministe. Elles se sont tues pendant la campagne: trop d’enjeux, trop de risques. Mais une fois le nouveau parti sur les rails, «elles se sont dit qu’elles voulaient empêcher un harceleur de monter au sein d’un mouvement neuf», raconte un membre de la direction. Eviter un nouveau DSK en somme.

Plusieurs victimes.Les dirigeants du M1717 comprennent qu’il y a plus de victimes potentielles. «Une demi-douzaine, peut-être huit», explique à l’époque un cadre du mouvement. Du coup, quand les révélations sur le producteur américain Harvey Weinstein sortent début octobre – déclenchant un vaste mouvement de libération de la parole des femmes dans le monde entier – le M1717 est sur le pied de guerre depuis au moins quinze jours. Ce qui fait qu’il sera le premier, et l’un des seuls parti politique français, à publier un communiqué sur le harcèlement sexuel, détaillant ses réponses politiques. Réflexions sexistes, mains baladeuses, propositions indécentes… Les dénonciations commencent à pleuvoir contre Gilbert Cuzou.

Pour le patron du M1717, qui joue son va-tout politique, il s’agit de circonscrire au plus vite l’incendie. Cuzou est proche de Cherki qui est proche d’Hamon: politiquement et médiatiquement, l’équation de la menace est simple. Il faut agir vite et se montrer le plus irréprochable possible.

En interne, dès que les deux plaintes sont déposées, Hamon vire Cuzou avec l’approbation de la coordination politique du parti. Plutôt qu’une cellule d’écoute, le M1717 décide de créer un fonds de soutien financier pour les victimes, afin de payer les avocats ou les psys. Fin octobre, les deux plaintes fuitent dans la presse et Gilbert Cuzou est mis à l’écart du groupe écologiste du conseil régional d’Ile-de-France, où les élus hamonistes siègent depuis qu’ils ont quitté le PS.

«Pâture».Hamon prend alors les devants et donne des précisions. «Dès lors que la justice est saisie, il est logique que la personne concernée soit mise à l’écart», dit-il sur France Inter le 23 octobre. Avant d’insister, surfant sur la vague Weinstein : «Ces phénomènes existent dans la société. Dans toute organisation régie par les rapports de pouvoirs encore plus.»

Depuis l’ouverture de l’enquête, trois nouvelles plaintes ont été déposées, dont une pour viol. Selon nos informations, les faits se seraient déroulés à Paris dans la nuit du 10 au 11 juin 2017, à la veille du second tour des législatives. Présumé innocent, Gilbert Cuzou conteste à ce stade ces accusations. «Son nom a été jeté en pâture sur la place publique, nous sommes satisfaits qu’il puisse enfin se défendre, assure son avocat, Philippe Ohayon. Espérons désormais que l’enquête se déroulera loin des remous politiques.»

Emmanuel Fansten , Laure Bretton

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App