FAO: « Les peuples autochtones sont les gardiens de la biodiversité mondiale » José Graziano Da Silva

FAO: "Les peuples autochtones sont les gardiens

Le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano Da Silva, a souligné, mercredi, la nécessité de garantir aux femmes autochtones une place au sein des organes politiques de décision afin de contribuer à l’éradication de la faim dans le monde.

« Nous appelons les pays à défendre les femmes autochtones et à leur garantir une place au sein des procédés de décisions politiques. Sans elles, nous ne pouvons réaliser l’Objectif Faim Zéro et nous ne pouvons pas parvenir à un développement durable’’, a-t-il indiqué dans une déclaration publiée à la veille de la célébration de la Journée mondiale dédiée aux populations autochtones.
« La migration et les mouvements des populations autochtones’’ est le thème de l’édition 2018 de la Journée internationale des Nations unies pour les populations autochtones. La manifestation commémore la date de la première réunion du Groupe de travail des Nations Unies sur les populations autochtones en 1982.
« Les peuples autochtones sont les gardiens de la biodiversité mondiale. Ce sont les défenseurs des terres et territoires dont ils s’occupent pour les générations futures. Pourtant, trop souvent, les droits collectifs des populations autochtones sur leurs terres ancestrales, leurs territoires et leurs ressources ne sont pas respectés’’, a souligné Graziano Da Silva.
« Les femmes autochtones élèvent du bétail, pratiquent l’agriculture, pêchent et chassent afin de nourrir leurs communautés. Elles sont également considérées comme les gardiennes des semences et des plantes médicinales’’, a-t-il fait valoir.
Selon lui, les femmes autochtones ne font pas partie des politiques et des processus de prise de décision affectant leurs vies, tandis que les politiques de protection sociale échouent à intégrer leurs visions et besoins.
« Malgré leur expertise, leur travail, leur savoir et leurs besoins ne sont pas représentés dans les statistiques’’, regrette le directeur général de la FAO qui rappelle que près de 400 millions d’autochtones ont été recensés dans le monde dont près de la moitié sont des femmes.

Laisser un commentaire