Exclusif: Voici les bonnes feuilles de « Sénégal Rek », le nouveau projet de Pierre Goudiaby Atépa

Exclusif: Voici les bonnes feuilles de "Sénégal Rek", le nouveau projet de Pierre Goudiaby Atépa

En présentation cet apés-midi sur l’esplanade de la Renaissance, le dernier livre de Pierre Atépa Goudiaby, « Sénégal Rek » risque de créer de grosses polémiques. Dans ce manuel résultat d’un engagement déclaré au service du peuple, l’architecte et homme d’affaires Sénégalais met le doigt sur les sujets qui fâchent et promet d’y mettre un terme. En exclusivité, kewoulo a sélectionné pour vous le volet de l’Education. Et le bâtisseur Atépa n’est pas tendre avec les régimes successifs qui ont dirigé le Sénégal. Appréciez les bonnes feuilles de « Sénégal Rek »….

 

En 2000, Dakar a abrité le Forum Mondial sur l’Education sous l’égide de l’Unesco. 181 pays furent représentés par 1500 délégués. Cette importante assise internationale, au tout début du 21ème siècle, a conforté la volonté de mettre en place des politiques visant à renforcer l’éducation comme vecteur principal du développement de notre pays.

Je veux aller plus loin dans cette vision de l’éducation, qui a essentiellement mis l’accent sur son aspect quantitatif. La libéralisation de l’enseignement supérieur depuis 1994 a en effet ouvert la voie à une multiplication d’établissements universitaires. Certes, la demande est forte, il faut une offre conséquente, non seulement pour les étudiants sénégalais, mais également pour ceux de la sous-région et au-delà, désireux de bénéficier du prestige de notre enseignement supérieur. Cependant, cette offre doit s’ajuster aux besoins du marché, notamment pour les secteurs qui garantissent le développement économique.

Il faut promouvoir l’enseignement des disciplines scientifiques et techniques afin que les jeunes puissent fréquenter les instituts de technologie, d’ingénieurs et de recherches. L’enseignement des langues nationales doit avoir un caractère prioritaire. Nous en avons six, le diola, le malinké, le pular, le sérère, le soninké et le wolof. Il faut accentuer l’enseignement de ces langues dans les écoles et renforcer l’alphabétisation fonctionnelle pour permettre à la majorité des populations de faire éclore leurs talents et mieux assurer

la gestion de leurs activités économiques. L’ambition de rayonnement du Sénégal ne peut
et ne doit pas faire fi de la langue anglaise. Voici ce que je relève à ce propos dans « Oser»: «Dans la galaxie des cultures qui se complètent ou qui s’affrontent sur l’échiquier mondial, la langue joue un rôle déterminant. Autant elle peut décloisonner un pays et une culture, autant elle peut les cloisonner dans des ghettos où ne peuvent prospérer ni une culture dynamique ni une économie compétitive, encore moins des connaissances universelles.Oui, le choix de la langue dans l’éducation des citoyens, dans la gestion des administrés et dans la recherche d’une place honorable dans le monde est dès lors un acte politique majeur. Aussi est-il urgent de poser la question des gains à la fois culturels, intellectuels, politiques et économiques qu’une revalorisation de la langue anglaise pourrait
nous apporter. »

L’apprentissage de l’anglais est fondamental.

Pour cela, il nous faut des enseignants bien formés, et une fois de plus, les nouvelles technologies nous seront d’un précieux apport.Les grèves à répétition des enseignants doivent être analysées avec beaucoup de rigueur et de sérénité. Le phénomène est récurrent, et l’on retrouve les mêmes revendications : augmentation des salaires et des indemnités, meilleures conditions de travail, dotation d’outils de travail plus performants, indemnités de logement alignées à celles des autres travailleurs de la fonction publique, etc.
Plusieurs plans d’action ont déjà vu le jour, sans grand succès. Il y a lieu d’instaurer un dialogue franc et sincère, et après respecter les conclusions retenues. Il faut mettre fin au cycle récurrent de grèves qui hypothèquent l’avenir des générations.

 

Il faut apprécier l’utilisation des TIC pour accroitre l’accès à l’éducation et au savoir de manière démocratique. Il est par conséquent urgent de libérer l’école d’une prise d’otage dont les répercussions sont néfastes pour la qualité de l’enseignement et l’image même qu’elle doit projeter pour se hisser parmi les meilleures. L’enseignement privé, sans être doté des capacités de l’école publique, devient, pour les parents, la solution palliative. Or, il a un coût discriminatoire.

D’autre part, la pression de la demande entraine une offre scolaire privée au rabais, et même l’ouverture d’établissements ne disposant pas d’autorisations en bonne et due forme. L’enseignement public au Sénégal doit relever plusieurs défis. Dans mon précédent ouvrage, je propose la convocation d’états généraux de l’éducation. Ce point de vue n’a pas changé, parce qu’il faut revoir la politique scolaire et lui donner un caractère plus large devant répondre à la question suivante : l’école pour quoi et pour qui ? Jusqu’à
quel niveau d’enseignement obligatoire pour tous ? Avec quels types enseignants ? Les questions auxquelles nous devrons apporter des réponses pertinentes sont nombreuses.

L’enseignement public est donc à réhabiliter.

Le retour à la confiance se fera lorsque l’Etat et les syndicats parviendront à un « minimum consensuel ». Et puis, il y a les infrastructures physiques. Leur réhabilitation est une urgence, afin que les enfants aient envie de s’y rendre. Au niveau du supérieur, nous pensons particulièrement à l’augmentation des structures d’accueil de l’université Cheikh Anta Diop, tant au niveau des amphithéâtres que des logements. L’excellence de notre enseignement doit pouvoir faire du Sénégal un centre de rayonnement universitaire.

La démocratisation de l’école est un des premiers devoirs de la République. Un citoyen bien formé, avec une tête bien pensante, est une plus-value économique et sociale. Personne ne doit être exclue par manque de moyen. L’apport des nouvelles technologies de l’information et de la communication est crucial dans l’optique de l’école pour tous, mais mieux, de la connaissance pour tous.

Le projet des « cybercases », lancé sous la présidence Wade et dont j’ai apporté ma modeste contribution, participe de ce devoir républicain. Pour la qualité de cet enseignement, il faudra veiller au niveau de formation des enseignants, au nombre d’enfants par salle de classe et à la disponibilité des livres de manière physique ou virtuelle.

La vulgarisation des tablettes numériques va renforcer la formation à distance et permettre l’amélioration de la recherche en ligne pour une meilleure diffusion des connaissances.

Avec un taux de natalité de 37,2‰ et une population estimée en 2018 à 15 726 037 habitants (Source: ANSD), ce sont près de 560.000 nouveaux sénégalais qui verront le jour cette année.

Combien de ces enfants auront l’opportunité d’aller à l’école ?
Combien termineront le cycle primaire ? Combien fréquenteront un établissement secondaire et a fortiori universitaire ?

Si des efforts importants ont été réalisés au niveau primaire, le taux de déperdition est exceptionnellement élevé. Selon une étude de l’Unicef sur la base du dernier recensement de la population de 2013, le taux de scolarisation dans le primaire est en moyenne de 80%, mais il chute sensiblement au secondaire, notamment dans les zones rurales. En effet « Les enfants non scolarisés représentent 38,2% des enfants de 7 à 18 ans, cette proportion atteint 46,0% en milieu rural, alors qu’elle est de 27,2% en milieu urbain. En outre, 16,2% des 7-18 ans ont été déscolarisés c’est-à-dire ont quitté l’école. » Nous devons mettre en place des politiques d’éducation adéquates prenant en compte l’évolution de la population.

Ensemble pour la Refondation

L’éducation est à la base de toute ambition de progrès. Si nous nous référons aux chiffres ci-dessus, il s’avère urgent de prendre le taureau de l’enseignement par les cornes.

La scolarisation est une des victoires du système républicain. Grâce à l’école, on peut affirmer, comme le dit la déclaration universelle des droits de l’homme, que nous naissons tous « libres et égaux en dignité et en droits ». Cette déclaration, votée en 1948 au lendemain de la seconde guerre mondiale, précise que l’enfant a droit à une aide et à une assistance spéciale.

L’école ouvre donc des perspectives inouïes à tout citoyen, et c’est pour cela que c’est le devoir de l’Etat de s’assurer que tous ses filles et fils bénéficient de ce premier droit dès la tendre enfance, à savoir lire, compter et écrire. Les chiffres que j’ai cités plus haut doivent nous inciter à accorder une priorité absolue à l’école, et en tout premier lieu dans les zones rurales.

L’éducation pour tous, notamment pour les jeunes filles, a été promise par les différents gouvernements sénégalais notamment dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), initiés par l’ONU en 2000. Pour les 15 années qui suivaient le lancement de cette opération, l’Etat sénégalais s’était engagé à scolariser tous ses enfants.

Comme on peut le constater, nous avons encore du chemin à faire. Depuis 1997, le gouvernement organise chaque année la Semaine nationale de l’école de base afin
de stimuler l’émulation. Mais les fruits ne sont pas à la mesure de la promesse des fleurs.

Outre les problèmes de déperdition et d’échec scolaire, il y a la qualité de l’enseignement qui se pose. Cette qualité est tributaire de la formation des enseignants depuis le primaire.

Si nous n’avons pas une bonne qualité de l’enseignement dès le primaire, il est évident que le niveau de nos enfants au secondaire, puis au supérieur s’en ressentira. La qualité de l’enseignement doit s’accompagner d’un nombre suffisant d’enseignants et de matériel pédagogique à jour par rapport aux programmes.

Le contenu de l’enseignement préfigure l’architecture sociale et économique d’un pays. En dehors d’apprendre à lire, écrire et compter, nous devons définir quelle place nous voulons pour notre pays en Afrique et dans le monde. Nous devons savoir quelle économie nous voulons pour le Sénégal. Continuerons-nous à perpétuer le schéma que nous a légué la colonisation et qui fait de nous d’éternels assistés ?

Ensemble pour la Refondation

La réponse à cette question se trouve dans le modèle d’enseignement que nous penserons pour notre école. La science et la technologie par exemple, sont essentielles dans la maitrise des outils de production, mais aussi dans la connaissance technologique. Ce n’est pas en étudiant les vers de Victor Hugo que nous y parviendrons, bien que je ne sois en rien contre la littérature. Les mathématiques restent la bête noire de nos enfants, ce qui ne doit plus être le cas avec les méthodes d’enseignement actuels associées aux nouvelles technologies à partir desquelles tout peut s’apprendre de façon ludique.

La crise de notre système éducatif est surtout ressentie dans l’enseignement supérieur. Cette situation perdure depuis de nombreuses années. Les rapports entre les professionnels de l’éducation et l’Etat sont tendus sinon exécrables. L’école est prise en otage dans des intérêts qui n’ont rien à voir avec ceux des élèves et des étudiants. Chaque
année, des heures d’enseignement sont perdues. La rue est occupée en lieu et place des amphithéâtres. Les syndicats des enseignants et le gouvernement ne s’accordent pas sur des minima afin d’éviter la panne sèche de l’école.

Outre le face-à-face gouvernement-syndicat, il y a les conditions de vie des étudiants. Comment peut-on sereinement étudier dans les conditions qui sont les leurs ? Pas de matériels pédagogiques en nombre suffisant, pas de chambres en nombre suffisant, et pire encore, ce sont les bourses d’études qui ne passent pas.

On peut donc comprendre que les étudiants, excédés, se mettent en grève. Mais on comprend moins pourquoi, pour cause de grève, des étudiants doivent perdre la vie, on comprend moins pourquoi la franchise universitaire n’est pas respectée, on comprend moins pourquoi il existe cette disproportion entre les moyens déployés par les forces de l’ordre et les mouvements de protestation. Cela est totalement inacceptable !

C’est donc un euphémisme que de dire que le Sénégal a mal à son enseignement public. L’école publique doit être une école d’excellence comme je ne cesse de le dire.
La libération du secteur de l’éducation a été une bonne chose. L’Etat n’est pas en mesure de couvrir les besoins en offre scolaire de toute la population. Certes, notre offre en formation est importante, en comparaison aux autres pays de la sous-région et même d’autres régions d’Afrique. Le Sénégal a plusieurs coudées d’avance, et bien sûr, je ne peux que m’en réjouir. A preuve, les nombreux étudiants africains qui affluent au Sénégal. L’offre s’est également variée. Les universités publiques côtoient les universités privées, les grandes écoles et les instituts privés. Le cycle doctoral, qui était une exclusivité publique, s’est élargi au secteur privé.

Les « filières professionnalisantes » offrent d’excellentes perspectives qu’il faudra renforcer et orienter davantage vers des secteurs à forte potentialité de valeur ajoutée.

Par souci de cohérence, l’enseignement, dans sa globalité, sera placé sous la tutelle d’un seul ministère. Et puis qu’il faut cette adéquation entre ce que l’on enseigne et ce dont le marché du travail a besoin, la formation professionnelle sera de la responsabilité du même ministère. C’est donc ce grand ministère qui aura en charge la gestion de tout le système éducatif de notre pays d’où son appellation « Ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle et de la recherche scientifique ».

La formation professionnelle se déclinera aussi en formation continue. L’innovation dans tous les secteurs productifs de l’économie est telle que le travailleur aura besoin de recyclage tout le long de sa carrière. Ceci à l’image des incessantes « mises à jour » des logiciels sur nos ordinateurs et appareils téléphoniques.

Dès la constitution du gouvernement, le dossier de l’ « enseignement » fera l’objet de l’organisation d’états généraux, de vrais états généraux pour une refondation du système éducatif, de tout le système éducatif, avec comme bases les miracles du numérique ! Ce sera une priorité de la nouvelle équipe gouvernementale. Les premiers états géné-
raux ont eu lieu en 1981, il y a déjà 37 ans.

Il fallait, à l’époque, évoluer par rapport au système colonial dont notre enseignement était encore fortement marqué. Depuis lors, la révolution numérique a fait son entrée dans les enjeux mondiaux. Si nous voulons être en phase avec les grandes mutations, il urge que le Sénégal se mette à niveau.

C’est donc d’une nouvelle transition systémique qu’il s’agit. Les programmes, les conditions de vie des enseignants et des étudiants, la franchise universitaire, la place de l’enseignement publique, la recherche fondamentale et appliquée, et bien d’autres thèmes seront librement débattus. Un programme accéléré de construction de nouveaux amphithéâtres, de nouveaux restaurants universitaires et de nouvelles chambres d’étudiants à travers les régions sera engagé dès l’installation du gouvernement de la refondation.

Mais nous ferons plus. Oui, nous irons plus loin, et je vais vous dire pourquoi et comment à travers ce récit qui relate une situation que j’ai vécue il y a quelques mois : j’avais été invité à un débat du journal l’AS sur le Plan Sénégal Emergent (PSE) à l’UCAD II par mon ami Talla (que je félicite au passage), pour une rencontre riche en échanges qui me rappellent le bon vieux temps du club Nation et Développement. A la sortie, il devait être 23 heures. Un jeune homme me montre sa carte d’étudiant en me disant qu’ils étaient plusieurs de ma région à n’avoir pas mangé depuis deux jours, et de me préciser que le ticket du restaurant coûte 150 francs CFA.

Je l’ai donc invité à venir avec ses autres camarades, en lui précisant que je souhaitais m’entretenir avec les responsables des quarante ou cinquante associations qui regroupent des villages de la Casamance. Nos échanges ont duré plus de 5 heures d’horloge. Ces échanges m’ont profondément marqué. Je ne savais pas que nos enfants dormaient à 15 dans des chambres conçues pour 2, avec parfois, pour ne pas dire souvent, des étudiants dans les couloirs et qu’il leur était souvent difficile de trouver 150 francs pour acheter un ticket pour un repas.

Ils m’apprendront qu’un généreux donateur avait mis son patrimoine foncier, un terrain de 200 m2 à la disposition des étudiants ressortissants de la ville de Kolda pour ainsi apporter sa modeste contribution pour l’accueil des étudiants. Seulement, voilà ! Son terrain se trouve à plus de 25 kilomètres de l’université, mais comme dit l’adage, « la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a ». Cela signifie qu’en désespoir de cause, nos enfants sont prêts à faire plus de

50 kilomètres par jour pour aller acquérir le savoir. J’ai décidé le lendemain de porter mon jean et ma casquette bien serrée sur ma tête et de faire une « marche inspection » à l’université de Dakar. A ma grande surprise, je constate que plus de 50% des espaces sont vides ! J’ai poursuivi ma marche en traversant le Canal IV pour me rendre au lycée Maurice Delafosse. Là aussi, le constat est le même, avec plus de 70% d’espace libre ou pouvant être disponible ! J’ai donc pensé qu’il nous était possible de faire au moins trois choses :

1 ‒ Trouver des espaces à l’intérieur de l’université pour l’hébergement d’au moins 20.000 étudiants ;

2 ‒ Moderniser « enfin » l’université de Dakar avec notamment de nouvelles facultés modernes en phase avec les nouveaux métiers de la civilisation numérique.

3 ‒ Faire du lycée Delafosse une université du numérique avec des incubateurs et réussir ainsi. Ensemble pour la Refondation l’adéquation formation-emploi. Un pont à la fois physique et pédagogique reliera la nouvelle université numérique à l’UCAD, qui fera ainsi sa mue.

Le milieu de l’éducation, et plus précisément celui de l’enseignement supérieur public, souffre d’un profond malaise à trois niveaux. Au niveau de l’Etat et des enseignants, au niveau de l’Etat et des étudiants, et au niveau des enseignants et des étudiants. Ces face-à-face sont malsains et feront l’objet d’un débat ouvert et sincère. Nous devons pouvoir faire cesser les grèves, permettre aux enseignants d’enseigner sans discontinuer pendant l’année scolaire et permettre aux étudiants d’étudier eux aussi pendant le temps que dure l’année académique sans discontinuer. C’est là le gage d’excellence que je veux pour l’école sénégalaise.

Laisser un commentaire