Exclusif: Torturé par des militaires justiciers, Julien Diatta perd un œil et s’en sort avec des traumatismes à vie

C’est une affaire qui fait froid dans le dos. Et, entre militaire les gendarmes de la légion sud et les militaires du 5ème bataillon d’infanterie de l’armée ont géré le dossier afin qu’aucune trace de ce scandale ne soit connu. Deux ans après les faits, le journal Kewoulo dans le cadre de son émission phare, Kewoulo Investigation, est allé à rencontre des témoins. En exclusivité, nous avons rencontré Julien Diatta. Et son récit est terrifiant.

Il se nomme Julien Diatta. Il a 37 ans mais il donne l’apparence d’avoir la soixantaine. Dans sa tête, il est encore jeune mais la démarche bancale de l’homme rappelle l’aspect d’un homme cassé par la vie. Brisé en mille morceaux. Loin d’être le fait de l’âge et les conséquences d’une longue vie de paysan, l’handicap de ce trentenaire est le fait de traitements humiliants et dégradants que des militaires, à la recherche de l’assassin de leur collègue, lui ont infligé. Natif de Niaguiss, ce jeune homme est l’un de ces nombreux survivants revenus des camps de l’armée et qui avaient décidé de garder le silence, à vie. « Pour éviter des problèmes. »

Ce silence dans lequel il a vécu, ces deux dernières années, Julien Diatta a accepté de le briser pour Kewoulo Investigation. Retrouvé à Niaguiss en compagnie de sa copine, assis tranquillement à une soirée dansante et sirotant son vin, Julien s’est vu encerclé par un groupe de militaires. Quelques heures auparavant, la nouvelle de l’assassinat d’un homme de troupe avait fait le tour du Sénégal. Et Julien Diatta, qui avait rencontré le présumé assassin -comme tout le monde dans cette partie du Sénégal-, est arrêté. Accusé de connaître l’endroit où se trouvait le présumé meurtrier du caporal Yves Raymond Kanfany -tué le 10 juin 2016 à Bofa-, le motocycliste a été emmené par les militaires pour un interrogatoire.

« Quand ils sont arrivés, ils m’ont demandé de les suivre. J’ai refusé parce que je ne savais pas pourquoi je devais le faire. Mais, ils m’ont attaché et m’ont amené de force. » A confié Julien Diatta. Alors qu’il ne savait même pas pourquoi il devait suivre les militaires, Julien Diatta a déclaré avoir été frappé par une horde de militaires en furie dirigée par un officier. « Sans même me dire l’objet de mon arrestation, ils ont commencé à me frapper avec des chaînes lourdes. C’est le lieutenant qui a commencé à me frapper. Ensuite, tout le monde s’y est mis. » A confié Julien Diatta aux reporters de Kewoulo.

« De 21 heures, à 4 voire 5 heures du matin, ils m’ont torturé sans relâche. Et, alors que j’étais attaché, jeté par terre et battu, un des militaires m’a donné un violent coup de pied au visage. Après ce coup, je ne me suis rappelé de rien. Ils m’ont réanimé. A mon réveil, j’ai senti qu’un liquide visqueux avait coulé de mon œil droit. »A confié Julien Diatta. C’est plus tard que l’homme accusé de connaître de l’antre du présumé assassin du caporal Yves Raymond Kanfany comprendra qu’il venait de perdre un œil. Ayant compris qu’ils ne pouvaient plus rien tirer de « ce légume » qui risquait de trépasser dans leurs mains, les militaires avaient décidé de le conduire à la brigade de gendarmerie d’Escale.

Choqués par le lamentable état physique de l’individu conduit à leur unité, les gendarmes ont refusé tout simplement de récupérer « le colis » et ont ordonné aux militaires d’aller le soigner. Et de ne le ramener que lorsqu’il serait à mesure de pouvoir faire face à une mesure de garde à vue. « Ils m’ont ramené au 5eme Bat. A l’infirmerie, ils m’ont mis des produits dans les oreilles pour arrêter le sang qui coulait de mes oreilles et de mes narines. Parce que, je saignais de partout. » A témoigné Julien Diatta. C’est après avoir été «nettoyé» que Julien Diatta a été ramené à la brigade de recherches de la gendarmerie, à Escale. Après plusieurs jours de garde à vue, les gendarmes, convaincus de l’innocence du natif de Niaguiss, l’ont relâché. Tout bonnement.

Depuis lors, Julien Diatta vit avec un œil en moins. Et traîne de graves traumatismes physiques qui le font pencher à gauche. «Est-ce que tu sais que tu ne vivras pas longtemps» me disent mes amis qui sont désarmés face à mon être et face aux douleurs physiques qui sont là constantes. Mais, pour moi, jai cessé de vivre depuis ce jour-là. Jai imploré la mort de venir me prendre, mais elle tarde à le faire

 

Laisser un commentaire