Exclusif: « Abdoulaye Wade voyait en Kadhafi un rival gênant pour le leadership africain », Vincent Hugeux

Grand reporter à l’hebdomadaire l’Express, en France, Vincent Hugeux est un habitué des grandes rencontres étatiques. Ecrivain prolixe, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont un livre consacré au colonel Mouammar Kadhafi, le guide de la jamahyria libyenne. Invité de la rédaction de Kewoulo, le journaliste bourlingueur s’est confié sur les relations ombrageuses qu’ont entretenues Abdoulaye Wade et le défunt guide libyen. Pour le journaliste, « l‘ancien président sénégalais et Mouammar Kadhafi étaient deux caïmans qui ne pouvaient pas séjourner -en même temps- dans le même marigot. » Entretien…

Journaliste-écrivain, Vincent Hugeux s’est toujours intéressé aux relations franco-africaines. Dans le cadre de ses activités de journaliste, il a eu à rencontrer de nombreux chefs d’Etat, dont le guide de la Jamahyria libyenne- Mouammar Kadhafi. Et a eu à rencontrer, à plus de deux reprises, le président sénégalais, Abdoulaye Wade. Sans verser dans une  psychologie de comptoir, le journaliste Globe-trotter a tenté, au micro de Kewoulo, de décortiquer les ombrageuses relations Wade-Kadhafi. Et, alors que de nombreux observateurs ont vu une trahison et un achat de conscience dans le ralliement d’Abdoulaye Wade, à la cause des rebelles de Benghazi, Vincent Hugeux pense que « c’est dû au fait que deux caïmans ne pouvant vivre dans un même marigot« , Abdoulaye Wade a profité de l’occasion pour chercher à se débarrasser de son alter égo.

Sept années après la mise à mort du colonel Kadhafi, tué sur instruction de la France, son legs continue de lui survivre. Et cette soudaine renaissance du guide libyen, notamment auprès de jeunes intellectuels africains, n’a pas l’heur de plaire au journaliste qui garde en mémoire « ces armoires remplies de poèmes dédiés à la mémoire du guide et exposées à Abidjan. » Alors qu’on en viendrait à oublier Kadhafi le terroriste, le père des rebellions africaines, le corrupteur des chefs d’Etats africains, Vincent Hugeux a rappelé que cet homme déifié, aujourd’hui sur le continent, n’est pas un enfant de coeur.

Rappelant quelques anecdotes, le journaliste a déclaré que, en privée, de nombreux chefs d’Etat lui ont dit leur crainte de s’aliéner le guide libyen. A analyser les propos de Vincent Hugeux, personne n’aimait vraiment Mouammar Kadhafi. S’il se trouvait, un homme, sur le continent qui soit resté fidèle à sa mémoire, c’est bien Amadou Toumani Touré. « Et cette fidélité n’est pas gratuite », selon Vincent Hugeux qui a déclaré que l’ancien président malien n’a jamais craché sur la tombe de celui qui lui avait sauvé sa politique agricole.

« Moi je me suis trouvé à plusieurs reprises dans des pays où voyageait Kadhafi. Et, à chaque fois qu’il allait visiter un pays la vie s’arrêtait. Quand il se plaisait quelque part, il y restait et ne partait que quand ça lui chantait. Avec Kadhafi, on savait quand il arrivait. mais, on ne savait jamais quand il devait partir. » A dit le journaliste qui n’a pas manqué de rappeler la fameuse visite d’Etat effectuée par le guide libyen à Paris en 2007.

Alors que de jeunes africains commencent à regretter Mouammar Kadhafi, Vincent Hugeux a déclaré que « le messie de l’Afrique unie« , comme se prévaut Kadhafi, couvrait en fait des actes racistes très graves commis à l’encontre des africains subsahariens. Et la Grande Jamahirya était loin de cet eldorado qui semble manquer aux africains. S’il refuse de voir en Abdoulaye Wade « un allié objectif de la mafia Qatari » -le mot est de Ziad Takieddine- qui a assassiné Mouammar Kadhafi, le Grand reporter de l’Express pense que l’ancien chef de l’Etat sénégalais avait compris qu’il fallait, pour le bonheur du peuple libyen, que son ombrageux guide s’éclipse. Afin que lui, Abdoulaye Wade, brille sous les projecteurs de l’UA.

 

Laisser un commentaire