Exclusif : « Avec 100 camarades, nous avons quitté Abdoulaye Baldé parce que… » Tombong Guèye, maire de Diembéring

Exclusif : "Avec 100 camarades, nous

Comme annoncée en exclusivité par Kewoulo, la saignée a commencé au sein de l’UCS d’Abdoulaye Baldé depuis l’annonce de sa candidature à la future élection présidentielle. Premier grand responsable a avoir fait tomber le masque, Tombong Guèye, le maire de Diembéring et une centaine de responsables et militants actifs du parti d’Abdoulaye Baldé ont notifié leur départ du rang des centristes. Dans cet entretien exclusif que l’ex-centriste a accordé à Kewoulo, Tombong Guèye a révélé les « causes profondes » qui seraient à l’origine de leur départ. Et a tracé les nouveaux objectifs qui attendent les initiateurs d’un nouveau mouvement politique. Entretien….

  • Kewoulo: M. Tombong Guèye, vous êtes le maire de Diembéring. Le maire UCS jusqu’hier dimanche, aujourd’hui après que Kewoulo ait annoncé votre départ du rang des partisans d’Abdoulaye Baldé, le divorce a finalement été officialisé hier. Qu’est ce qui a précipité le désamour avec ce parti qui vous a permis de briguer et de gagner la mairie de Djembering?

 

  • Tombong Guèye: Comme vous l’avez souligné, puisque je vous lis très bien- même si parfois vous ne vous gênez pas de jeter des cailloux dans notre jardin-, ce matin nous avons donc finalisé le processus concernant la consultation que nous avons entamée à propos de la candidature d’Abdoulaye Baldé à la présidentielle. Mais, aussi notre départ de l’UCS; formation à laquelle nous appartenions jusqu’à 13 h15 mn ce dimanche. Vous savez, nous sommes d’abord du Kassa. Et pour les populations du Kassa, vous savez très bien qu’il n’y a pas de structuration dogmatique. Tout se fait en consultation, en concertation. Nous sommes dans un environnement où le consensus est fondamental, sur tous les sujets. Malheureusement, cela n’a pas été le cas concernant la déclaration de candidature du président Baldé. Moi, en tant que patron dans le département, j’ai posé le débat en toute démocratie. Et, la plupart des responsables estimant n’avoir pas été invités, se sont retirés et nous avons créé notre propre mouvement pour prendre, désormais, les intérêts du département d’Oussouye; de façon particulière. Et de la Casamance de façon générale.

 

  • Vous avez bien dit n’avoir jamais été consulté pendant tout le processus qui a conduit à la déclaration de candidature. Et, vous avez appris tout ça comme tout le monde, à travers les médias ?

 

  • Non, cela n’est pas le cas. Je n’ai pas dit ça. En tout cas, il y a eu des réunions, des audiences que nous avons eues avec lui. Et, au cours de ces rencontres nous avons évoqué des questions qui n’avaient rien à avoir avec une déclaration de candidature. Alors, grande a été notre surprise de recevoir, via les réseaux sociaux, des informations de sa candidature à la présidentielle. Nous n’avons pas apprécié cela. Et la conséquence, c’est ce que nous avons constaté.

 

  • Aujourd’hui, l’UCS est traversée par un vent de révolte, nous l’avions annoncé. Et les résultats sont là, patents. Vous qui étiez de l’UCS, vous qui êtes les acteurs politiques du Kassa -puisque le Kassa est le bastion d’Abdoulaye Baldé, vers quel horizon allez vous partir? Serez-vous de l’opposition ou de la mouvance présidentielle? 

 

  • Ecoutez, maintenant les problèmes de l’UCS, moi je préfère ne plus m’épancher là-dessus parce que je ne fais plus partie de cette famille. Dans chaque famille il y a des problèmes et j’espère, qu’à l’UCS, ils trouveront les coudées franches pour en discuter sereinement. En ce qui nous concerne, nous nous focalisons sur notre mouvement que nous venons de mettre sur pied. Ce mouvement qui, au passage, croit d’abord en lui-même. Aux forces intrinsèques qui en font donc des forces de caractère. Dans ce mouvement, notre mot d’ordre est la concertation, la cohésion. La force de notre groupe, c’est le groupe lui-même à travers sa démarche. Nous allons croire en notre capacité. Et puis, nous allons, rester ouverts finalement à toutes les chapelles politiques. A tous les candidats qui viendront nous démarcher eu égard à l’intérêt de nos populations. Nous allons les écouter très démocratiquement. Et décider de façons collégiale. Puisque c’est cela la marque de fabrique qui nous a valu énormément de satisfactions. Et, ce n’est pas aujourd’hui qu’on va changer cela.

 

  • Nous avons aussi été informés d’échanges verbaux houleux entre Abdoulaye Baldé et vous depuis une certaine audience que vous auriez accordé le palais de la République. Aussi, hier, le dernier échange téléphonique que vous avez eu avec ce même Abdoulaye Baldé n’a respecté aucun code des civilités mondaines, est-ce que tout cela augure quelque chose de bien pour la Casamance? Pour votre Kassa? 

 

  • Ecoutez, je ne sais pas qui vous a informé, mais ce n’est pas vrai. Moi, je suis de la Casamance. Et le Casamançais à certaines valeurs auxquelles il croit encore dont le courage et l’honnêteté. Et, aujourd’hui, que je ne suis pas avec Abdoulaye, ce n’est pas le moment de mentir sur son dos. Il n’a jamais été question de propos indélicats entre nous. Au contraire, je le considère comme mon grand-frère. Il m’a appelé hier pour harmoniser nos positions. Vous savez dans des situations comme celles que nous avons traversées jusqu’à sa candidature, il y a énormément de rumeurs, beaucoup d’intoxication qui ont été distillées ça et la. Et il m’a appelé pour éclaircir certains points et il a compris que ce n’est pas moi qui les ai dit. Moi, je n’ai jamais eu de propos déplacés envers lui. Notre séparation s’est faite comme entre deux gentlemen. Au finish, on a même rigolé. C’est, avant tout, mon grand frère. C’est quelqu’un que je respecte beaucoup, c’est quelqu’un avec qui, on a longuement cheminé avec beaucoup de tumultes, beaucoup d’acquis. Ce n’est quand même pas l’occasion de le traîner dans la boue. Ca, ce n’est vraiment pas ma personne. Nous Casamançais on a pas été éduqués comme ça. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a aucune animosité entre nous. C’est bien clair que la page UCS est tournée. Mais, Baldé reste toujours mon grand-frère et, jamais, je ne dirai de propos déplacés à son endroit. Ce n’est pas ma priorité, aujourd’hui.

 

  •   M. Guèye vous êtes combien de grands responsables à avoir quitté, ce jour, la barque UCS?

 

  • Nous avions convié une assemblée générale extraordinaire à laquelle ont répondu 104 personnes. Sur ce nombre, 4 ont réaffirmé leur ancrage dans l’UCS et quitté la salle. Et les 100 restants sont partis, avec nous, pour créer notre mouvement.

 

  • Pouvons-nous avoir, en exclusivité, le nom de ce mouvement sur Kewoulo?

 

  • Non, je ne pourrais pas. Si je le fais, je vais violer le principe auquel nous avons cru (la concertation NDLR). Nous travaillons en synergie, en étroite collaboration à travers la démarche participative. ce qui est clair c’est que à travers notre mouvement qui est soumis à l’appréciation de l’assemblée à travers un comité ad hoc que nous allons mettre sur pied. Il lui reviendra à trouver les contours, l’appellation et les objectifs. Donc, vous allez prendre votre mal en patience et attendre que nous communiquions là-dessus. Si je le fais, vous allez voir tout de suite que j’aurais commencé à violer le principe de solidarité qui a toujours prévalu dans le groupe.

4 Commentaires

  1. Il faut suivre avec conviction les leaders pas attendre la veille d’élection pour changer de camp ça c de la transhumance de la prostitution politique comme le disait l’autre qui est devenu lui-même un prostitué politique à savoir T. S

  2. Pourtant il n’y a pas longtemps des écervelés de la mairie avaient démenti l’information du départ des gars d’Oussouye qu’avait donné en exclusivité Kewoulo. Franchement merci Kewoulo pour l’excellent travail d’investigation que vous faites pour nous informer.

Laisser un commentaire