Une étude met en avant l’efficacité de 21 antidépresseurs chez les adultes

    Une étude met en avant l’efficacité de 21

    Une vaste étude, menée par des chercheurs de l’université d’Oxford sur 116 477 patients et 21 antidépresseurs pris durant huit semaines, affirme que « tous les antidépresseurs sont plus efficaces que le placebo chez les adultes présentant un trouble dépressif majeur ». Par ailleurs, les personnes souffrant de dépression choisiraient plutôt de prendre des antidépresseurs plutôt que de suivre une thérapie.

    Une vaste étude, menée par des chercheurs de l’université d’Oxford et publiée dans la revue scientifique The Lancet, s’intéresse à l’efficacité des antidépresseurs face à un traitement placebo.

    Vingt-et-un antidépresseurs, prescrits en cas de trouble dépressif majeur durant huit semaines ont été comparés avec un traitement placebo. Résultat ? « Tous les antidépresseurs sont plus efficaces que le placebo chez les adultes présentant un trouble dépressif majeur ». Parmi les essais menés, deux antidépresseurs seraient plus tolérés qu’un placebo et comporteraient moins d’effets secondaires : l’agomélatine et la fluoxétine. Seule la clomipramine serait moins bien tolérée qu’un placebo.

    Parmi les antidépresseurs qui se sont révélés être les mieux tolérés, on compte : le citalopram, l’escitalopram, la sertraline, la vortioxétine, la fluoxétine et l’agomélatine.

    Du côté des antidépresseurs les moins bien tolérés : la clomipramine, la trazodone, la duloxétine, l’amitriptyline, la fluvoxamine, la reboxétine et la venlafaxine.

    On y apprend également que les personnes souffrant de dépression ont plus recours aux antidépresseurs qu’à une thérapie. Le professeur Andrea Cipriani, principal auteur de l’étude, ajoute cependant une nuance, « les antidépresseurs peuvent être un outil efficace pour traiter la dépression avancée, mais cela ne signifie pas nécessairement que les antidépresseurs devraient toujours être le premier traitement préconisé ». Pour lui, « les médicaments devraient toujours être considérés en parallèle d’autres options, comme les thérapies psychologiques », traduit La Dépêche.

    Il ajoute cependant que « les patients devraient être conscients des bienfaits potentiels des antidépresseurs et toujours évoquer avec leurs docteurs des traitements les plus adaptés à leur cas ».

    Dans cette étude, les chercheurs précisent qu’ils n’ont pas pu prendre en compte l’efficacité des antidépresseurs avec plusieurs autres critères comme la gravité des symptômes, le sexe, l’âge ou encore la durée de la maladie, précise La Dépêche.

    Laisser un commentaire