Etats-Unis: Donald Trump accuse Barack Obama de l’avoir mis sur écoute

Etats-Unis

Le président américain a assuré dans plusieurs tweets ce samedi 4 mars que son prédécesseur à la Maison Blanche l’aurait placé sur écoute lors de la fin de la campagne électorale. L’accusation est extrêmement grave et Trump qualifie Obama de « personne malfaisante (ou malade) », mais on n’a pas plus d’information pour le moment. Ce que l’on sait, c’est que Donald Trump continue de dicter le tempo médiatique avec ses tweets envoyés à l’aube. L’ancien président américain Barack Obama n’a jamais ordonné la mise sous surveillance d’un citoyen américain, a affirmé samedi son porte-parole.

Donald Trump a lancé cette accusation dans une série très matinale de tweets, sans donner de détails ni de preuves. Il a reproché à son prédécesseur à la Maison Blanche d’être une « personne malfaisante (ou malade) ». « Exécrable ! Je viens de découvrir que le président Obama avait mis mes lignes sur écoute dans la tour Trump juste avant ma victoire », a écrit le président des Etats-Unis.

« C’est du maccarthysme », a-t-il commenté, en référence à la traque des militants et sympathisants communistes aux Etats-Unis dans les années 1950. Donald Trump ne se prive pas non plus de faire un parallèle entre le Watergate, l’affaire qui a fait chuter le président Richard Nixon dans les années 70, et ses « découvertes », à 6h du matin, qui lui font penser qu’il a été mis sur écoute par Barack Obama.« Je suis sûr qu’un bon avocat pourrait faire une excellente affaire du fait que le président Obama a mis mes téléphones sur écoute en octobre, juste avant l’élection! », a relevé le président américain, qui passe de nouveau le week-end dans sa propriété de Mar-a-Lago en Floride.

Pour le moment, le nouveau président américain n’a pas expliqué sur quoi il se basait pour faire des accusations aussi graves, mais ces allégations sont une parfaite diversion après deux jours durant lesquels les relations de l’équipe Trump avec des officiels russes ont fait polémique, rappelle notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

Le média choisi, Twitter, le style et la syntaxe très « décontractés » des messages… On aurait imaginé un peu plus de solennité pour des révélations aussi graves, mais la machine médiatique est lancée, et c’était sans doute l’objectif. Car cela suscite forcément la curiosité : Trump a-t-il grossièrement menti ? Cela en devient presque folklorique. Mais si Obama a espionné un adversaire politique, cela devient scandaleux.

« Il a franchi une ligne rouge »

On sait que Donald Trump parle souvent avec peu de retenue, mais selon le professeur d’Histoire et spécialiste des Etats-Unis, Corentin Sellin, un palier a été franchi. « Donald Trump a même franchi une ligne rouge », estime-t-il. « D’une part, il s’en est pris à son prédécesseur, or c’est une tradition aux Etats-Unis que le président respecte, voire de complicité républicaine, avec son prédécesseur. Et là, Donald Trump accuse Obama de l’avoir fait écouter dans son quartier-général à la Trump Tower. C’est une véritable rupture par rapport à cette tradition de cordialité entre présidents. »

Non seulement le président rompt avec cette coutume, mais il rompt aussi avec « son essai de de présidentialisation qui avait commencé en début de semaine lors de son discours au Congrès où il était apparu pour la première fois endossant le costume d’un président au-dessus de la mêlée et depuis lors il avait essayé de moins tweeter. Or ce matin à 6h30 un samedi, le président des Etats-Unis ne trouve rien de mieux à faire que d’attaquer son prédécesseur et de l’accuser de forfaiture, cela est totalement inédit. On peut penser que Donald Trump a de nouveau franchi un palier ».

« Le président Obama, ni aucun responsable de la Maison Blanche, n’ont jamais ordonné la surveillance d’un quelconque citoyen américain », a indiqué Kevin Lewis, porte-parole de Barack Obama, dans un communiqué succinct, démentant les accusations du président Donald Trump, selon lesquelles son prédécesseur l’avait fait mettre sur écoute avant l’élection.

PARTAGER
Article précédentMe El Hadji Diouf : «Le Procureur a violé le secret de l’instruction»
Article suivantSérie Dikoon: Saison 1, épisode 58 du 4 mars 2017
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire