Enquête : Retour sur les indices matériels qui ont perdu les meurtriers des «coupeurs de bois» de Boffa Bayotte

Six mois après les meurtres de masses, perpétrés le 6 janvier dernier, dans la forêt des Bayottes, Kewoulo est retourné sur le théâtre de ce drame extraordinaire qui a ébahi le monde. Et, alors que le MFDC continue de nier la paternité de ces «crimes odieux» et crie au complot ourdi par des « rebelles du gouvernement », l’enquête conduite par la section de recherches de la gendarmerie, elle, enfonce profondément le mouvement rebelle. Enquête.

 Juin 2018. Voilà 6 mois que, en janvier 2018, des coups de feu sont entendus en provenance de la forêt des Bayottes, à quelques 11 kilomètres de Ziguinchor via la nationale 4, sur la route qui mène à la frontière bissau-guinéenne. Alors que les populations habituées aux tirs sporadiques, dans la zone, ne s’en étaient pas émues, voilà qu’un groupe de rescapés est arrivé à Bourofaye Diola pour raconter l’horreur de la boucherie au premier gendarme préposé au contrôle de la circulation, sur cet axe majeur de la sous-région ; l’un des plus surveillés du pays.

«Il faisait 15 heures », avaient témoigné les rescapés du drame. Et quelques notables retrouvés plus tard par les enquêteurs de Kewoulo ont soutenu que c’est vers les coups de midi voire treize heures qu’ils ont entendu des rafales de Kalachnikov en provenance de la forêt des Bayottes. «Et, rapidement, nous nous sommes organisés avec les rescapés pour aller chercher les corps de nos frères. Puisque l’armée attendait des ordres qui ne venaient pas et que les Sapeurs-pompiers ne pouvaient pas s’aventurer dans cette forêt sans escorte», regrettent-ils.

Chauffeur de taxi reliant Mpack -village frontalier du Sénégal à la Guinée Bissau-, Malang D. se souvient. «J’avais pris des clients dans ma voiture et quand je suis arrivé à ce croisement de Bourofaye, j’ai vu des charrettes remplies de corps. Certains étaient déposés par terre, recouverts par des herbes et des pagnes ensanglantés. Ce n’était pas beau. C’était très vilain. Ces images me reviennent à chaque fois que j’arrive à cet endroit. Et parfois je fais des cauchemars avec ça.»

Au moment où l’émotion avait gagné tout le pays et que le peuple criait vengeance, le procureur de la République décidait, vu l’ampleur du drame, de confier l’enquête aux hommes du Lt-colonel Issa Diack, le patron de la Section des Recherches dépêché, séance tenante, de Dakar, avec une escouade de gendarmes venue renforcer la petite unité de la brigade mixte de Ziguinchor. Dès les premières auditions, « une piste très intéressante » s’était offerte aux gendarmes. « Tous les rescapés ont déclaré que leurs téléphones portables leurs avaient été volés par les tueurs. »

Forts de ce détail pas anodin en matière d’investigation, les enquêteurs de la gendarmerie -qui ont reçu les familles des victimes- avaient demandé et obtenu les numéros de téléphone de ces derniers. Aussitôt, une réquisition avait faite aux opérateurs de téléphonie. « Ils devaient vérifier que ces téléphones étaient, après la mort de leur propriétaire, toujours fonctionnels. » A confié à Kewoulo une source judiciaire.

Au total, ce sont 9 téléphone portables qui ont été répertoriés. Si les puces avaient été désactivées, les téléphones, eux, ont repris du travail auprès de leurs « nouveaux propriétaires. »  C’est en procédant au croisement de ces téléphones portables et les propriétaires de cartes SIM utilisées dans ces appareils que les gendarmes ont pu identifier, aussi rapidement, des suspects. «C’est simple, s’ils ne sont pas les auteurs de ces assassinats, ils connaissent forcément ceux qui les ont commis. » Ont conclu les hommes du Lt-colonel Issa Diack.

Identifié dans le cercle restreint de « ces perroquets » qui se vantaient de leur bravoure, le journaliste René Capain Bassène focalise toutes les attentions. Il sera cueilli 3 jours après le drame et une perquisition de son domicile et de son bureau est menée dans la foulée. « C’est sa boite email qui a surtout été fatale à René. On y a découvert de compromettants échanges d’emails avec Ousmane Tamba, un ex sergent-chef de l’armée établi en Suisse. »

Dans un de ces emails, René Capain Bassène s’est offusqué de la coupe abusive du bois de la Casamance. Comme la coupe illégale, René était opposé à la réalisation de pistes rurales dans les forêts de Casamance. « Si ça continue comme ça, nos hommes seront à découvert et ils n’auront plus de bases de repli », avaient scandé les chefs rebelles farouchement opposés à ces projets de réalisations de route. A en croire des sources judiciaires, « René Capain a envoyé un email à Ousmane Tamba, le suppliant d’organiser « une action forte » pour dissuader les coupeurs de bois. » En réponse à cet email, Ousmane Tamba aurait promis de lui revenir bientôt ; le temps de s’organiser avec César Atoute Badiate, le chef le plus actif des rebelles, dans la zone.

Directement impliqué ou pas, l’enquête de Kewoulo ne permet pas d’engager la responsabilité personnelle de César Atoute Badiate. Par contre, c’est un de ses lieutenants, un certain Cyril Bodian qui, venu du maquis avec 11 éléments, qui aurait organisé l’opération de Boffa Bayotte. Au préalable, de nombreuses réunions avaient été organisés avec des jeunes de Bourofaye Diola. « Et, elles étaient toutes coordonnées par René Capain Bassène qui rendait directement compte à Ousmane Tamba. » Ont témoigné de nombreuses sources qui ont enfoncé le journaliste.

Autre élément déterminant dans la présumé responsabilité de René Capain Bassène, les enquêteurs ont mis la main sur le dernier email du cerveau présumé de la tuerie de Boffa. Elle est datée du 6 janvier 2018, à 14 heures et 28 minutes. Dans celui-ci, le journaliste qui rendait compte à Ousmane Tamba avait écrit : « succès total. L’opération est une réussite.»  Une heure avant l’envoi de cet email, ce sont 14 bucherons qui ont été froidement assassinés et abandonnés dans les bois.

Ayant rassemblés tous ces indices, les enquêteurs ont procédé aux arrestations de Tombong Arona Badji, Alphousseynou Badji, Lassana Badji, Cheikh Oumar Diédhiou, Nfaly Diémé, Abdou Karim Sagna, Jean Christophe Diatta et Ibou Sané. Par devers eux, les gendarmes ont récupéré 6 des 9 téléphones portables volés sur les victimes. Le reste des personnes impliquées dans ce dossier, comme Oumar Ampoï Bodian, a été mouillé à la suite des auditions. Par peur du gendarme ou pour libérer sa conscience trop chargée par ces ignobles assassinats que même le diable a refusé d’endosser la paternité, certains présumés participants à ce meurtre de masse ont parlé. Comme s’ils étaient atteints par une leghorée verbale, ils ont balancé grave.

Laisser un commentaire