Enquête: Prodacgate, épisode 2 d’un pillage organisé par le ministre Amadou Ba

Enquête: Prodacgate, épisode

Comme dans une série dont seuls italiens et américains ont le secret, pour comprendre le prodacgate, il faut revoir le dernier épisode. Rappeler les moments cultes et projeter le lecteur dans la trame du film. De ce fait, comme dans Le Parrain de Francis Ford Coppola, il y a dans ce Prodacgate une figure tutélaire qui organise la vie de la famille Corléone. Dans le Prodacgate, il s’appelle Amadou Ba et il est le ministre sénégalais des finances.

Précédemment, dans Enquête: Chronologie d’un sabotage organisé par Amadou Bâ et sa bande d’affairistes au Prodac, nous vous racontions que le Sénégal avait réussi à obtenir un prêt de 100 milliards de F CFA. Ce prêt remboursable sur 30 ans est consenti à un taux de 2% et 5 années de grâce avaient été accordées au Sénégal pour le solder. Mais, comme ils n’avaient aucun contrôle sur ce marché; donc aucun intérêt, Amadou Ba et ses amis ont fait bloquer les choses. En douce, une petite société de prêt aux agriculteurs est contactée et mise sur le coup: Locafrique dirigée par Khadim Ba, un proche du ministre des finances, n’avait jusque-là jamais financé de gros projets d’Etat. Mais, pour Amadou Ba, cela n’est qu’un détail.  Et, mettant de coté les détails, il va faire une affaire.

Alors que tout le monde s’attendait à voir les 100 milliards  du coréen atterrir dans les caisses de l’Etat, Green 2000 -qui est la société israélienne choisie pour la réalisation des 4 domaines agricoles apprend que les choses ne se feront pas avec les  financiers Coréens. Et au lieu de 100 milliards, ce seront 29 milliards qu’ils vont obtenir au Sénégal. « Parce que, à ce moment-là, les israéliens avaient déjà appris -avant nous mêmes qui sommes au coeur du projet- que le Sénégal allait refuser de prendre ce prêt oh combien avantageux pour nous« , a témoigné un ancien du cabinet du ministre de la jeunesse. Ce que cet ancien du ministère de l’Agriculture ignore, c’est que Daniel Pinhassi, le patron de Green 2000/Afrique est un ancien ambassadeur d’Israël; donc, un homme qui a des oreilles partout. Certains racontent qu’il serait du Mossad; puisque la presque totalité des diplomates de Tsahal sortent de ce temple de l’espionnage.

Petit retour en arrière. (Parce que pour comprendre un film à suspense, il faut, parfois, faire une petite pause et concéder un petit feedback). Après avoir fait échouer la signature avec les coréens et accepté les réalisateurs du projet -trouvés par les équipes de Jean Pierre Senghor-, le ministre devait signer le contrat de réalisation du marché T1962/15 souscrit le 28 aout 2015. A la surprise générale, tout le monde apprend que le financier du projet portant la décision 198/15 de l’ARMP ne sera plus coréen mais…sénégalais.

Et preuve qu’aucun crime n’est jamais parfait, au moment de la signature de ce contrat de réalisation entre l’Etat du Sénégal -engagé par le ministre Mame Mbaye Niang et Green 2000- aucun document ne liait le Sénégal à Locafrique. En clair, ils ont signé le contrat de réalisation avant de parapher avec celui qui doit financer les constructions. « C’est une faute grave de gestion », ont répété tous les gestionnaires.

A partir de ce moment, tout va aller très vite. Surpris de voir le nom de Locafrique apparaître sur le contrat de réalisation, les israéliens enquêtent sur cette société qui a pris le contrôle de la Sar -société africaine de raffinage- et découvrent que le nouveau partenaire n’est pas liquide. Ils gardent l’information pour eux. Et ne tarderont pas à rejoindre les Sénégalais sur le terrain des grands bandits: s’épier pour, plus tard, se faire des chantages. Comme dans tout contrat de partenariat, le signataire qui gagne un marché public doit, aussitôt, faire enregistrer son contrat aux impôts et domaines.

Et à ce titre, Green 2000 devait libérer la somme de plus de 400 millions de F CFA sur les 29.600.536.000 FCFA du contrat que s’apprêtait à financer Locafrique. Mais, pendant plusieurs mois, les israéliens refuseront d’aller enregistrer le fameux contrat pour ne pas payer les droits. « Parce que, c’est simple, à ce moment-là, on commençait sérieusement à douter de la faisabilité du projet. Parce que, nous savions, pertinemment, que les gars de Locafrique n’avaient pas les moyens d’honorer ce contrat », a confié un responsable de Green 2000 qui, des années après, continue de rire de leur prouesse.

La suite, dans le prochain épisode….

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis impatient de lire la suite, je vous félicite pour votre bon travail et la pertinence de vos recherches. La vérité rien que la vérité

Laisser un commentaire