Elections Législatives: « Si j’étais Abdoulaye Wade » (Par Babacar Touré)

Elections Législatives: "Si j'étais Abdoulaye Wade"

0

(Article publié le 1 mars 2012)

Si j’étais Abdoulaye Wade, je vais, dès ce soir, me rendre à Touba, m’entretenir avec le khalife général des mourides, mon marabout, lui dire que j’ai compris le message de changement des Sénégalais; lui raconter comment j’ai été trompé par les petits marabouts politico-mafieux qui m’assuraient de la victoire au premier tour.

Lui présenter mes excuses d’avoir usé et abusé de la fibre confrérique et d’avoir fragilisé la cohésion sociale. Je dénoncerais ces visiteurs nocturnes qui m’ont poussé à commettre tous ces crimes qui font que je ne sois plus aimé par ce peuple qui m’a tout donné. Et le prendrais à témoin afin que pareilles choses n’arrivent plus dans ce pays. Par la même occasion, je lui ferais mes adieux.
Ensuite, j’appellerais mon héritier, Karim, lui demanderai de renoncer à la présidence du Sénégal, et d’amener, avec lui, sa sœur et sa mère. Je dirais à Vivianne tout l’amour que je lui porte et lui demanderais de rentrer chez elle, à Versailles, et prier pour moi, en souvenirs de ces heures de gloire que nous avons partagées.

Je lui dirais de parler de moi à mes petits-enfants et de se battre afin qu’une fondation me soit consacrée et mon histoire, retoquée, enseignée dans les manuels d’Histoire. Je dirais à mon héritier de prendre son avion et d’amener, avec lui, le clan Wade dont il devient le protecteur. Il doit y avoir assez de place dans son jet privé pour sauver les nôtres.

Et pendant que je suis encore en vie, il peut bénéficier des mêmes privilèges qu’il a toujours eus, en chargeant son avion avec d’autant de sacs d’argent qu’il veut, sans passer ni par la douane ni par la police aux frontières.
Si jétais Wade, je lui conseillerais vivement de rentrer, en France. Et de ne plus jamais chercher à mettre les pieds ici; car aussi longtemps qu’il resterait au pays de Marianne, il ne sera jamais inquiété pour ces nombreux crimes économiques qu’on lui reproche. Crimes que je vais faire passer pour inexistant.

Tout ce qui a été fait de mal dans l’Anoci, l’a été avec et sous le contrôle d’Abdoulaye Baldé. C’est lui l’ordonnateur de tout, c’est à lui de rendre des comptes. Dans le domaine de l’Energie, c’est Samuel Sarr, Madické Niang et Macky Sall qui ont créé tous ces problèmes que l’on subit.

Karim était venu pour les régler. Tout ce qui a été écrit et dis sur mon héritier est faux, comme l’ont témoigné de nombreux hommes véridiques dont Farba Senghor, Iba Der Thiam, Sérigne Mbacké Ndiaye et Pape Samba Mboup pour ne citer que ceux-là.

Si j’étais Wade, je dirais que c’est Pierre Goudiaby Atépa et Mbackiou Faye qui m’ont convaincu de construire ce monument satanique pour lequel mes compatriotes m’en veulent. Que c’est Aziz Sow qui est responsable de tous les couacs notés dans la gestion du Fesman.

Que Sindjéli n’a jamais rien fait de mal à personne, elle n’a jamais décidé de quoi que ce soit dans les affaires publiques. Elle n’a jamais touché aux fonds publics. C’est une innocente que mes ennemis veulent donner en pâture. Je vous le jure au nom de Sérigne T….
Si j’étais Wade, je démettrais Oumar Sarr tout de suite, renverrais Me Amadou Sall et demanderais au procureur de la République, Sérigne Bassirou Guèye, d’engager des procédures judiciaires contre tous ceux qui menaceraient, en mon nom, de troubler l’ordre public au Sénégal.

J’appellerais Farba Senghor et Pape Samba Mboup et leur demanderais pardon de n’avoir pas pu respecter ma parole pour le pacte qu’on a lié depuis que nos chemins se sont croisés. Et je demanderais pardon aux Sénégalais de n’avoir pas pu régler la crise casamançaise en 100 jours, comme je n’ai d’ailleurs pas pu amener le kilo de riz à 100 Francs CFA.
J’appellerais Ahmath Dansokho, irais voir Abdoulaye Bathily et leur demanderais pardon de les avoir trahis. Je rendrais hommage à Mamadou Diop tué à la place de l’Obélisque et à tous ceux qui ont été abattus depuis 2000 par une police qui se croyait à mon entière disposition.

Ensuite, je dirais que j’étais sous Prozac depuis des années et ignorais ce qui se passait dans le pays. Que j’ai perdu ma tête, comme l’a un jour affirmé une certaine Docteur Mame Marie Faye. Il ne manquerait, certainement, pas de compatriotes pour me croire. Tout le monde, depuis longtemps, ayant compris que je suis sous la tutelle de mon entourage.

Si j’étais le président, une fois ma famille à l’abri, je convoquerais la presse. Ensuite, en tant que patriarche, car j’ai 93 ans, je me présenterais comme le protecteur du Sénégal et de ses intérêts. Je me retirerais de l’élection législative et laisserais le choix aux Sénégalais de voter Benno Bokk Yakar, Mankoo Takhawu Sénégal ou la liste Gagnante de Mankoo.

Comme ça, je rendrais à Niasse et au Sénégal, le service qu’ils m’ont rendu en 2000 et prendrais ma revanche sur ce prétentieux Macky Sall que j’ai fait de toute pièces comme javais fabriqué Idrissa Seck, l’autre traitre. Mieux, je demanderais au Pds et à mes sympathisants de voter pour le candidat de Benno, parce qu’il est représentatif de la volonté populaire.

Je leur dirais qu’en tant que démocrate et ayant gagné mes galons au cours de mes 26 années d’opposition, ma place est au panthéon des grands de ce monde. Ma photo doit être accrochée à côté de celle du Madiba, Nelson Mandela, et que je n’aimerais pas entacher mon legs. Car après tout, nous avons connu la même longévité dans l’adversité; lui en prison pendant 27 ans et moi 26 ans dans l’opposition.

Si j’étais Wade, je ne fuirais pas comme un voleur en allant me réfugier en France comme Abdou Diouf. Je retournerais dans ma villa du Point E, avec l’assurance qu’il n’arriverait à aucun Sénégalais la folie d’aller emmerder un vieillard pour lui demander des comptes. Aussi, aux yeux du Code pénal sénégalais, je ne pourrai jamais être tenu responsable de mes actes puisque j’ai plus de 90 ans.
Si j’étais Wade, je demanderais aux gendarmes dès ce soir de me mettre un tapis rouge devant les marches du plais et irai voir Macky Sall. S’il refuse de recevoir le vieillard, le mentor que j’ai été pour lui, c’est le Sénégal tout entier qui s’en prendrait à lui. Les militants viendront me dire merci et le peu, de chanteurs qui me restent après les défections de Pacotille, chantera mes louages pour l’éternité.

L’Occident parlera de moi en grand démocrate et peut être même que le Comité Nobel me donnerait, enfin, le fameux Prix. Quoi qu’il arrive, il ne m’arrivera rien de mal au Sénégal. Après tout, ne dit-on pas que «le vieux est roi.»
Si j’étais Wade, voila ce que je ferais. Mais, moi je ne suis pas le président. Je ne suis qu’un simple journaliste inspiré par le sort d’un vieillard à la veille de son ultime humiliation.

Babacar Touré
Journaliste écrivain

 

Laisser un commentaire