Education: « Vous avez une formation, vous devez trouver en faire un métier », Aboubacar Sadikh Bèye

C’est dans une salle comble, toute acquise à leur cause, que les 25 sortants du Master 2 de la faculté des Sciences économiques et de gestion ont fait face au public. Et à leur famille, ce samedi 17 novembre.

Entourée des leurs, la 13 ème promotion de la Faseg s’est choisie comme marraine Mme Awa Marie Coll Seck, l’ancienne ministre de la santé et scientifique reconnue. Comme elle, son époux, le Dr Mamadou Seck a, après avoir écouté de convaincantes demoiselles venues lui vendre la cause de leur promo, fini par accepter d’être le parrain de ces économètres en herbe. « Il n’y a que des jeunes aussi déterminés, aussi engagés à vendre leur cause, qui sont capables de me sortir de ma retraite et de me mettre devant un public. En vous écoutant, je me suis revu jeune étudiant cherchant par tous les moyens à terminer mes études. Me couchant le soir, le ventre vide et rêvant de changer ma condition. C’est pourquoi, votre marraine et moi, sommes fiers de vous accompagner« , a déclaré le Dr Seck, au prétoire de la salle de réception de l’Ucad 2.

Comme ces parrains de renom, la 13 ème promotion des Masters 2 des étudiants en Méthodes, statistiques et économétrie de la facultés des Sciences économiques et de gestion de l’université de Dakar s’est choisi un homonyme plus qu’illustre: Ababacar Sadikh Bèye, le directeur général du Port. Si la marraine comme le parrain sont des produits du corps médical: donc étrangers aux chiffres, l’homme qui a donné son nom à la 13 ème promotion de la Faseg, lui, est en famille avec les nouveaux récipiendaires du jour. Avant eux, Ababacar Sadikh Bèye a flirté avec cette matière qui se base sur des enquêtes concrètes pour dresser des objectifs et les moyens de les atteindre. « Après mon diplôme obtenu à Aix en Provence, en France, je suis allé aux Usa.

Et à cette période-là, c’était l’informatique qui était à la mode. Alors que moi je n’avais qu’une formation d’économètre statisticien et ne parlais pas Anglais. C’était très difficile. Pour trouver un emploi, j’ai été obligé de faire une formation du système Oracle. Avec ce parchemin, j’ai postulé à des offres d’emploi », s’est souvenu Ababacar Sadikh Bèye. Alors qu’il s’attendait à n’obtenir que quelques réponses à ses nombreuses demandes d’emploi, c’est entre plusieurs dizaines d’offres que le Sénégalais a dû se faire un choix. Résultat des courses, c’est un emploi bien payé et des privilèges dignes de sportifs professionnels qui lui ont été proposés au pays de l’Uncle Sam.

« J’avais une solide formation, j’en ai fait un métier« , a dit celui qui désormais dirige le port autonome de Dakar. Et M. Ababacar Sadikh Bèye voudrait que les jeunes économètres sortis de la Faseg refusent de se dresser des limites dans la perspective de trouver un emploi. Pour lui, c’est tous les secteurs de l’économie qui ont besoin des économètres statisticiens. « Parce s’il y a des incohérences dans quelque domaine que ce soit, c’est à vous de les corriger, de les challenger parce que vous savez de quoi vous parlez », a déclaré Ababacar Sadikh Bèye, salué en cela par une salve d’applaudissement de ses protégés.

Au nombre de 25, ces étudiants qui viennent d’obtenir leurs parchemins se sont, aussi, faits entourer par des aînés plus que célèbres. A l’instar des parrains et de l’homonyme de la 13 eme promotion, les camarades de Fatou Camara ont décidé de mettre leurs pas sur les traces du journaliste Ibrahima Diédhiou de la RTS.  Le présentateur vedette du JT de 20 heures a été désigné ambassadeur de ces 23 jeunes sénégalais, une béninoise et un comorien qui viennent ainsi de boucler plusieurs années d’études dans un domaine presque inconnu du grand public. Mais, qui à plus d’un égard, régule tous les jours la vie des citoyens dans toutes les sociétés qui veulent croître.

Laisser un commentaire