Double meurtre de Médinatoul Salam: Les vingt inculpés jugés depuis hier après 7 ans d’attente !

Double meurtre de Médinatoul Salam: Les vingt i

Le procès du double meurtre de Keur Samba Laobé (commune de Malicounda) a finalement débuté hier après sept (7) ans d’attente. Ils sont vingt (20) accusés à devoir répondre devant la chambre criminelle de ces deux meurtres qui avaient choqué l’opinion à l’époque. Le guide religieux des accusé, Cheikh Béthio Thioune, absent du territoire national officiellement pour «raisons médicales», selon ses avocats, sera jugé par contumace. C’est ce qu’a décidé la Cour après plusieurs heures de débats.


Cheikh Faye, Abdoulaye Diouf,
Moussa Dièye, Adama Sow, Pape
Ndiaye, Samba Fall et autres ont
commencé à défiler ce mardi devant
la barre du tribunal de grande instance de Mbour lors du premier jour du procès dit des Thiantakones consécutif au double meurtre commis le 22 avril 2012.

A Médinatoul Salam, meurtre de deux talibés du Cheikh Béthio Thioune venus faire leur ziarra à leur guide religieux. ce premier jour du procès aura duré dix tours d’horloge et aura permis au président Thierno Niang et aux autres membres de la
cour d’écouter la version des faits des six coaccusés, après la lecture des procès-verbaux. L’audience a été suspendue aux abords de 19 heures et 20 minutes, dans une atmosphère très tendue.

Ala sortie de cette première journée, la famille d’une des parties civiles, Bara Sow
en l’occurrence, a fustigé l’attitude des six coaccusés. Ousmane Sow, grand-frère de la victime, dénonce ce qu’il appelle le « wiri-wiri » des accusés.

Selon lui, les six accusés continuent de faire dans la dénégation alors que les faits restent constants. A l’en croire, Bara Sow, son frère, a été bel et bien tué dans l’enceinte du domicile du Cheikh et son corps gardé dans un lieu sûr de la maison
avant d’être enterré en catimini. Laissant éclater sa colère, il soutient que les deux principaux responsables de ces meurtres restent Cheikh Béthio Thioune et son chambellan d’alors Cheikh Faye.

Ce mercredi, les auditions et plaidoiries vont reprendre dès 9 heures et le procès va se poursuivre jusqu’au 2 mai prochain. D’ici là, les autres 13 inculpés vont défiler devant la barre. Le 24 avril 2012, le guide religieux Cheikh Béthio Thioune était interpellé à son domicile, à Mbour, sur ordre du procureur de la République de Thiès de l’époque, Ibrahima Ndoye. Un coup de théâtre pour tous ceux qui pensaient que le guide religieux, qui avait
fait rêver l’ancien président de la ré-
publique Abdoulaye Wade d’une
belle victoire à la présidentielle, avec
«ses» 4 millions de talibés (disciples), n’allait jamais être inquiété par la justice.

Quelques jours plus tôt, Ababacar Diagne et Bara Sow, qui étaient ses disciples, avaient été tués et enterrés à Médinatoul Salam où habitait le guide religieux. Leurs
corps avaient été traînés à 1,5 kilomètre des lieux pour être enterrés.

L’enquête révèle que cheikh Béthio
Thioune avait eu une prise de gueule
la veille avec «ses» disciples et les
gendarmes soupçonnent le guide religieux d’avoir commandité la mort de ces deux individus qui ont été tués par arme à feu. Les contestations de Cheikh Béthio Thioune n’ont rien fait. Onze disciples ont été interpellés dans un premier temps, avant
que d’autres ne les rejoignent en prison.

Le chef spirituel des «Thiantakones» a juré devant le magistrat instructeur n’avoir jamais donné d’instruction pour tuer les deux garçons. Mieux, il prétend n’avoir jamais entendu les coups de feu supposés
avoir été tirés à partir de son domicile ! Dans le cadre de l’enquête pour élucider les circonstances et identifier les responsables de ce double meurtre, le juge s’est déplacé avec les avocats pour une reconstitution, accompagnés des gendarmes.

L’enquête aurait révélé, selon ses conseils, que le Cheikh Béthio avait raison et qu’il ne pouvait pas entendre les coups de feu à partir de sa maison. L’expertise faite sur le sang découvert dans les véhicules 4×4 appartenant à Cheikh Béthio Thioune a révélé qu’il s’agit de sang d’animaux.


En fait, les corps des deux talibés avaient été transportés à bord d’une charrette,
laquelle a été d’ailleurs mise sous
scellés. Dix mois après son arrestation, le guide des Thiantakones avait bénéficié d’une liberté provisoire assortie d’un contrôle judiciaire. Lorsqu’il se déplaçait en France, pour des soins, il était toujours sous bonne escorte, dans un premier temps, avant que le juge ne lâche du lest. Du côté des Thiantakones, trois d’entre eux ont bénéficié d’une liberté provisoire. En 2013, le juge d’instruction a bouclé son enquête et renvoyé Cheikh Béthio Thioune et les Thiantakones devant une juridiction criminelle. Mais, depuis 2013, le
Parquet n’avait pas enrôlé le dossier.

Les présumés complices du guide religieux ont tenté par plusieurs moyens de faire pression sur le Procureur pour la tenue du procès ; certains ont tenté de se donner la mort, d’autres ont observé une grève de la faim. Il aura fallu six ans et, surtout, la réélection du président Macky Sall pour un second mandat pour que, miraculeusement, le Parquet cède et accède enfin à la demande des accusés et de leurs familles.
Etienne Ndiaye

(Correspondant permanent du Temoin à Mbour)

Laisser un commentaire