Deux très proches de Donald Trump rattrapés par la justice américaine

Deux très proches de Donald Trump rattrapés par la justice américaine

L’ex-chef de campagne de Trump, Paul Manafort, a été condamné pour fraude bancaire et fiscale, tandis que Michael Cohen, l’ex-avocat du président américain, a plaidé coupable dans l’affaire Stormy Daniels.

Les nuages s’amoncellent au-dessus de la Maison-Blanche. L’ex-chef de campagne de Donald Trump Paul Manafort a été condamné mardi pour fraude bancaire et fiscale, les jurés échouant toutefois à prononcer un verdict pour 10 chefs d’accusation à son encontre.

Premier procès à découler de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, chargé notamment d’enquêter sur une éventuelle collusion entre l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016 et Moscou, il ne concernait que les finances personnelles de Paul Manafort.

Ce dernier était accusé de fraudes fiscale et bancaire liées aux dizaines de millions de dollars tirées de ses activités de conseil auprès de Viktor Ianoukovitch, jusqu’à sa fuite d’Ukraine en 2014, et d’avoir ensuite trompé des banques sur ses finances pour obtenir des prêts, lorsque ses revenus se sont asséchés. La Russie et le président américain ont à peine été évoqués au cours des douze jours d’audience.

Peu importe : assaillant sans relâche une enquête qu’il considère comme une « chasse aux sorcières », Donald Trump n’avait pas hésité à commenter la procédure en cours, affirmant vendredi que Paul Manafort était « quelqu’un de très bien » et que ce procès marquait un « jour très triste » pour les Etats-Unis.

L’ex-avocat de Trump plaide coupable et incrimine le président

Cette annonce intervient alors que l’ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen, menacé d’inculpation pour fraude bancaire et fiscale, a décidé de plaider coupable de huit chefs d’accusation, dont cinq pour fraude fiscale et deux pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales dans l’affaire dite « Stormy Daniels ».

Interrogé par un juge fédéral de Manhattan, l’ex-avocat et homme d’affaires a indiqué avoir versé des sommes de 130 000 et 150 000 dollars destinées à deux femmes, l’actrice X Stormy Daniels et la playmate Karen McDougal, affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump en échange de leur silence, « à la demande du candidat » et « avec l’intention d’influencer l’élection » présidentielle de 2016.

A la barre, fragilisé par la menace de cinq ans de prison, Cohen n’a pas cité le nom du président. Mais son avocat l’a fait : «si ces versements sont un crime pour Michael Cohen, pourquoi n’en seraient-ils pas pour Donald Trump », a interrogé Lanny Davis.

Des accusations notamment liées au versement de fonds à l’actrice de films X Stormy Daniels, en échange de son silence sur le milliardaire. Une partie des accusations pourrait aussi découler de prêts obtenus par Michael Cohen pour des sociétés de taxi new-yorkaises dont il est propriétaire, non directement liées à son métier d’avocat.

Une situation nouvelle qui complique encore plus la saga judiciaire dans laquelle est empêtré depuis des mois le président américain. Ce mardi, Donald Trump s’est dit « très triste » après la condamnation de son ex-chef de campagne.

En meeting en Virginie, il n’a en revanche rien dit de l’affaire Cohen. Joint par Reuters, Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York devenu l’avocat de Donald Trump, a traité Cohen de «petit rat sournois », lui reprochant un long passé de mensonges. «Je pense que le président est absolument clair » sur cette affaire, a-t-il conclu. Michael Cohen connaîtra sa condamnation le 12 décembre prochain. Il a dû verser une caution d’un demi-million de dollars.

Avec AFP

Laisser un commentaire