Demba Diop : Ces caractéristiques du drame qui présagent encore d’autres victimes.

Demba Diop : Ces caractéristiques du drame

0

Le Sénégal vient de subir un coup dur. Une catastrophe a emporté huit de ses fils sportifs selon un bilan provisoire et interne une centaine de blessés dans les hôpitaux. A l’origine, ces mêmes facteurs de violence ancrés dans notre société sportive…

Encore un drame sportif. Une catastrophe née des entrailles d’une indiscipline chronique et avérée toujours dénoncée, jamais jugulée et d’une négligence des autorités en faction sur la gestion du sport. Des responsables qui n’œuvrent jamais dans la prévention. D’ailleurs, on préfère parfois, mettre les acteurs devant le fait accomplis pour se dédouaner d’une prompte situation catastrophique.  Ils piétinent les astuces sécuritaires, comme la sensibilisation de ces jeunes qui s’ancrent dans la culture de l’hooliganisme. Ce phénomène d’origine anglaise relative à « la logique du jeu à une violence exercée, préméditée et organisée »

Une jeunesse pourtant, jadis, appartenait aux champs disciplinaires. D’ailleurs, des observateurs nous bourdonnent les oreilles avec la thèse selon laquelle, ces violences sont souvent de faits d’individus d’extérieur du football ou de la lutte. Mais la violence est bien un fait de supporters. Ces supporters qui occupent les tribunes de la lutte et du football. Ces jeunesses qui arpentent le chemin politique avec son leader du même quartier, armées de coupe-coupes, de machettes ou encore de gourdins et filent à la menace de l’autre adversaire politique en quête de voix dans la même base. La bataille de Grand Yoff entre « Benno Bokk Yakaar » et « Manko Taxaawu » est encore récente.

Des sanctions presque inutiles

La sanction, l’acte par lequel le souverain, l’autorité étatique, donne à une loi l’approbation qui la rend exécutoire. Dans ce cas de violence au stade Demba Diop, la loi, a dit le président de la république Macky Sall,  va sévir dans toute sa rigueur sur les coupables qui seront identifiés, après enquête. Oui c’est bon d’enquêter et de sanctionner. Mais, quand on néglige les préliminaires de la sécurité face à la démission des parents de l’éducation de leurs fils, la récidive guette encore forcément notre quiétude sportive à la sortie de prison de  incarcérés. Car, jusque-là, les sanctions ne brisent pas encore les ardeurs de ces disciples du banditisme. Il s’agit des jeunes dépourvus de valeurs de base, alors indisciplinés, qui croient que tout se règles par la force, par l’arme. Bref, la violence.

Ici, les forces de sécurité se sont déjà dédouanées. Elles soulignent même le manque de prédispositions sécuritaires suscitées. Sur les gradins du stade Demba Diop, « il n’y a pas de barrière sécuritaire.  Et comme d’habitude dans de pareilles circonstances, il y avait un dispositif sécuritaire correct. Mais, avec la furie aveugle des supporters de l’Union Sportive de Ouakam, déclenchée par le but égalisateur de l’équipe adverse et l’absence d’une grille de protection complète du pourtour intérieur du stade, la pelouse a, dans la cohue, été envahie et le match naturellement arrêté par l’arbitre’’, a noté la police. Elle a mentionné ensuite que « dans des situations pareilles, la présence de la Police n’est pas de charger, mais plutôt de contenir la foule pour éviter plus de dégâts, notamment avec l’affaissement d’un pan de mur entrainant des blessés et des morts sur le coup ».

La négligence de l’Etat est encore confortée par la déclaration de l’adjoint au préfet. Il y a trois ans, Ndeye Guennar Mbodj avait déclaré que «le bâtiment est en état de délabrement avancé. Nous allons faire le rapport qui sera remis à l’autorité.» Ce qui veut dire que les autorités étatiques étaient au courant de la désuétude du stade.

Autant de fait qui présageait ce drame qui a tué huit personnes et fait plus 100 de blessés. Et beaucoup de victimes sont du camp de Mbour.

 

 

Laisser un commentaire