Une déficiente mentale séquestrée, violée puis engrossée par deux techniciens de surface

    Une déficiente mentale séquestrée, violée puis engrossée par deux techniciens de surface

    Deux techniciens de surface logeant dans une même maison à Guinaw-Rails, département de Pikine ont séquestré pendant plus de deux mois une déficiente mentale. L’attardée mentale a été violée puis enceintée avant d’être rejetée par les deux ravisseurs. Découverts par la police de Guinaw-Rails, les violeurs ont été arrêtés puis déférés au parquet ce jeudi 1 février 2018.

    A.N, une jeune femme de 20 ans est épileptique. Selon le canard de la Médina, la malade quitte souvent la maison familiale pour se retrouver dans la rue. Habitante de Grand-Dakar, A.N se retrouve la plupart du temps à Pikine Guinaw-Rails où elle est tombée sur les deux techniciens de surface dont Mame Ch. D qui est marié et l’autre célibataire répondant au nom de père J. G. qui l’ont séquestrée, violée puis engrossée.

    Au fait, l’épouse de Mame Ch. D. est en voyage. Ne voulant pas resté seul, il a fait appel à la déficiente mentale pour la tenir compagnie dans sa chambre pour entretenir des relations sexuelles avec cette dernière. C’est alors le début d’un long calvaire pour la malade mentale fugueuse. A chaque fois que l’homme doit se rendre au travail, il convaint la fille de rester dans le dortoir en lui remettant des pièces pour s’acheter de quoi manger dans la journée.

    Quelques jours plus tard, le sieur D fait appel à un de ses colocataires père J. G. pour prendre le relais de peur que la fille ne lui fasse faux bond. Ce dernier, sans plus tard s’est mis à l’acte. Il en serait ainsi pendant les mois de novembre, décembre 2017 et jusqu’à  mis janvier 2018.

    Régulièrement violée, la déficiente mentale est séquestrée sans que personne ne s’en rende compte dans le quartier. Sa famille qui ne s’est pas lassée de la chercher, n’a pas du tout penser à fouiller dans la banlieue. Mame. Ch. qui a appris que son épouse ne devait plus tarder à rentrer, l’a chassé de sa chambre. C’est alors qu’elle a rejoint celle de père J. qui des jours après avoir abusé d’elle, a remarqué qu’elle était enceinte. Ne voulant pas garder la fille, père J. l’a aussitôt expulsée.

    La victime qui ne savait plus où aller, a trouvé refuge dans la chambre d’un certain PC, décorateur de son état qui la conduit au commissariat de Thiaroye.

    Après l’ouverture d’une enquête, pour retrouver la famille de A. N, le dossier a été confié au commissariat de la police de Guinaw-Rails qui a finalement réussi à localiser les deux ravisseurs. Mame Ch. (36 ans) et J.G, (64 ans)ont été déférés au parquet hier pour viol répétés suivis de grossesse sur une personne vulnérable en raison de son état de santé mental.

    Laisser un commentaire