Découverte: Biaro, le mythique village aux fromagers centenaires, fruits de la colère humaine sur d’incrédules fillettes

Découverte: Biaro, le mythique

A Biaro, un village peul situé à 15 Km au sud de Vélingara, capitale départementale de la région de Kolda, au sud de la Casamance naturelle, l’histoire centenaire des fromagers, fruit d’une colère humaine sur des jeunes filles incrédules, marque encore les esprits. Elle est toujours racontée aux jeunes générations pour leur rappeler qu’ils doivent adopter en toute circonstance un comportement moral exemplaire. Car dans ces sociétés traditionnelles africaines, ‘’le respect des anciens est une vertu’’, qui reste vivace. Reportage.

Biaro est niché dans le triangle de Bonconto (chef-lieu de commune rurale et ancien chef de canton, Kounkané chef-lieu de commune) et la ville de Vélingara. Le village de Biaro s’active surtout dans l’agriculture, l’élevage et le petit commerce. L’activité phare de ce village reste toutefois son marché hebdomadaire qui se déroule tous les lundis. “L’histoire des fromagers de Biaro rappelle le pouvoir mystique de nos anciens, surtout s’il s’agit de laver un affront.” Aime-t-on rappeler ici. A en croire la tradition orale, “la légende des fromagers de Biaro est une histoire qui s’était passée entre deux jeunes filles: Diabou et Djiwo. Elles sont osé s’attaquer à un tabou et on récolté la colère d’un vieillard qui s’est sentie outragé”, raconte le professeur Abdourahamane Diallo, écrivain-poète et chercheur sur l’histoire du Fouladou, un terroir qui correspond à l’actuelle région de Kolda.

Ces deux filles revenaient un jour de la forêt où elles étaient allées chercher du bois mort pour le repas du soir. Sur leur chemin, elles aperçoivent un vieillard faisant ses besoins naturels dans les buissons, non loin de leur village. Une fois arrivée au niveau du bosquet où le vieil octogénaire faisait tranquillement ses besoins naturels, elles avaient éclaté toutes les deux de rire’’ rappelle le professeur Diallo, principal du Collège d’enseignement moyen Bouna Kane de la ville de Kolda. “Le vieux très surpris par l’attitude irrespectueuse de ces jeunes filles avait décidé, pour laver l’affront, de les réduire tout simplement en fromagers par le biais de ses connaissances mystiques et la magie des esprits” indique Abdourahmane Diallo

Les parents des jeunes filles, constatant leur absence, à l’heure de la prière du crépuscule, alertent le chef de village. Ce dernier, à son tour, mobilise toute la localité pour aller en forêt à la recherche des enfants. “Ces recherches avaient duré trois jours et trois nuits” poursuit M. Diallo très engagé ces dernières années dans les recherches de l’histoire du Fouladou. Selon ce passionné de l’histoire de sa contrée, “c’est au crépuscule du troisième jour de recherche que les gens, qui étaient à la recherche de Diabou et Djiwo, ont retrouvé un vieux en pleine forêt, agonisant.” C’est ce dernier, la mort dans l’âme, qui leur a avoué son forfait. Il était, hélas, déjà irréparable.

Il a avoué, avant de rendre l’âme, qu’il avait décidé de transformer ces fillettes en fromagers pour sanctionner leur indiscipline notoire à son égard. “De retour au village, les gens avaient constaté les fromagers jumeaux représentant les deux jeunes filles Diabou et Djiwo dressés à l’entrée du village’’, a déclaré Abdourahamane Diallo. Plusieurs décennies après ces faits, c’est le même récit que Demba Baldé, le chef du village de Biaro continue d’entretenir dans la mémoire collective. “Ce village de Biaro a été crée depuis l’époque de Moussa Molo Baldé, le dernier roi du Fouladou avant l’arrivée des colonisateurs, et dont j’ai l’honneur de diriger aujourd’hui est très célèbre au Fouladou pour son passé glorieux lié à l’histoire des fromagers’’ s’est enorgueillit le chef du village.

“Cet événement historique que certains considèrent aujourd’hui comme une légende nous a été raconté depuis plusieurs décennies par nos aïeux. Et cela de génération en génération” a-t-il témoigné. “Ces fromagers jumeaux avaient vécu durant des centaines d’années et c’est seulement en 2003 qu’ils ont totalement disparu sous le poids de l’âge” a-t-il fait savoir. Aujourd’hui, des recherches sur l’histoire du Fouladou qui n’est pas totalement écrite permettraient de faire des découvertes extraordinaires qui pourraient encourager des visites touristiques. Du côté de la mairie de la commune de Saré Coly Sallé, qui englobe le village de Biaro, la volonté est affichée par le maire pour que cette histoire centenaire soit revalorisée pour la mémoire collective.

On a même pensé faire un documentaire sur cette histoire. Je me souviens dans ma jeunesse, je suis allé sous ces fromagers, et je suis reparti sur ce site lorsque je suis entré en fonction, j’ai découvert malheureusement que ces fromagers sont tombés” a indiqué le maire de Saré Colly Sallé, Abdoulaye Baldé, joint par téléphone. “Ce serait formidable de revaloriser cette histoire. Pendant cet hivernage, nous allons le chef de village de Biaro et les populations voir ce qu’on peut faire pour que cette histoire reste gravée dans l’esprit collectif. Ça m’intéresse. Je suis pour et je suis prêt à m’engager’’ a-t-il promis. “Je suis favorable à la réhabilitation de cette histoire pour qu’elle soit gravée dans nos mémoires collectives’’ a insisté Abdoulaye Baldé, maire de Saré Colly Sallé, limitrophe avec celle de Vélingara commune.

Laisser un commentaire