Pénurie d’eau à Dakar : les habitants peinent toujours à trouver le liquide précieux

Dakar : la pénurie d'eau continue de gagner du terrain

La pénurie d’eau dans la banlieue dakaroise est une situation qui perdure depuis plusieurs semaines voire des mois pour certains. Le liquide précieux se fait rare ou presque inexistant dans certaines zones. Et ce manque d’eau a mis les populations dans des situations très difficiles pour pouvoir avoir de l’eau  propre à la  consommation et de s’occuper de leur foyer.

L’eau est devenue rare. Les populations des parcelles assainies, Grand Yoff, et autres quartiers de la banlieue dakaroise sont à la recherche du liquide précieux depuis plusieurs mois. Certains se lèvent à des heures indues pour guetter un soupçon du liquide précieux qui coulerai des robinets qui sont restés des mois sans donner une seule goûte.

Les gens ne dorment plus et ne trouvent pas de l’eau. Une habitante des Parcelles Assainies unité 9  nous témoigne que l’eau est devenue rare: »nous sommes obligées de nous rabattre sur les pompes manuelles, ou électriques pour avoir de l’eau courante pour nos ménages. Et pour cela, nous prenons des charrettes ou des taxis pour nous aider à transporter nos bidons de 20 litres et de 10 litres. »

Ainsi, ces femmes nous racontent leur calvaires, face à cette situation qui sévit depuis des mois dans les ménages. Nous achetons de l’eau, sommes obligés trouver un moyen de transport jusqu’à nos domicile. Or, le coût de ce transport est cher car ils peuvent payer jusqu’à 2.000F voire plus. « Ce sont des dépenses supplémentaires qui n’étaient pas prévues dans le budget des ménages. », ajoute cette jeune femme habitante à l’unité 9.

D’autres parcourent des kilomètres à la recherche de l’eau. Une autre personne d’intervenir en disant que: « nous avons crié sur tous les toits pour que l’eau revienne, en vain. Ils nous disent que l’eau va bientôt revenir alors qu’ils sont en train d’installer des bornes fontaines publiques tout au long des quartiers pour permettre aux populations d’avoir de l’eau courante. Donc le problème est sérieux, c’est juste qu’ils ne veulent pas tout simplement le reconnaître. »

Indispensable à un ménage et à la vie pour être beaucoup plus précis, la pénurie d’eau leur empêche de dormir à leur guise. C’est ce que confirme cette dame venue de l’unité 12 des parcelles Assainies : « nous ne dormons pas et n’avons pas d’eau, s’il vous plaît aidez nous. Nous ne rassemblons plus à rien, tellement nous sommes fatigué de chercher de l’eau et de le transporter sur nos têtes ».

Interpellé, le Directeur de la SONES s’est prononcé sur cette situation en rassurant les populations. Dans ce sens, un communiqué a été rendu publique et qui informe que cette situation va revenir à la normale d’ici la fin de ce mois-ci.

D’ici là, les populations continuent de trimer et d’espérer à la fois que l’eau sera bientôt de retour et que les femmes vont se reposer, et se s’occuper d’autres choses.

Laisser un commentaire