Dahra Djolof : pour 1250 fcfa, elle fracture les deux bras d’une femme de 72 ans

Dahra Djolof : pour 1250 fcfa, elle fracture les deux bras d'une femme de 72 ans

Une saisissante et non moins invraisemblable affaire de coups et blessures volontaire a été évoquée hier devant le tribunal de grande instance de Louga. Au Banc des accusés, la jeune dame K. Bâ qui pour la modique somme de 1250 FCFA, a fracturé les deux bras d’une mémé de 72 ans. Jugée, elle a écopé de 6 mois, dont un ferme assortis de 500.000 FCFA. Nous informe le quotidien l’observateur.

La jeune dame Khardiata Bâ qui porte sur son dos un enfant, tient droit comme un piquet devant la barre du tribunal de grande instance de Louga. Les infractions retenues (coups et blessures volontaires) contre elle. Elle a partagé la barre avec sa victime, C.Bâ, une vieille mère âgée de 72 ans qui trainait deux bras sous le plâtre.

Elle a déposée une plainte à la brigade de gendarmerie de Dahra Diolof.

Les faits…

« Khardiata Bâ m’avait retrouvée un jour au marché où je tiens un commerce. A l’occasion, je lui ai remis à crédit un pot d’encens d’un côut de 1250 FCFA et elle s’était engagée à me le payer. Au bout de deux mois de silence, j’ai voulu rentrer dans mes fonds. C’est ainsi que je me suis rendue chez elle pour me faire payer.

Lorsque j’ai ouvert la porte de sa chambre, elle s’est levée brusquement et ma vertement dit, sur un ton belliqueux, qu’elle ne me donnera pas un rotin. Au cour de nos échanges, elle m’a injurié, j’ai riposté. C’est alors qu’elle s’est ruée sur moi, m’a violemment bousculée. Je suis lourdement tombée et de cette chûte, je me suis retrouvée avec mes deux bras fracturés.

j’ai bénéficié d’un certificat médical de 45 jours. C’est alors que j’ai déposé une plainte à la brigade de Dahra Diolof », a déclaré la septuagénaire.

Pour sa part, l’accusé refute les faits et se défend: « J’ai effectivement contracté un prêt de 1 250 FCFA auprès d’elle. Mais elle xigeait que je lui paye son argent avant le délai d’un mois. Puis, sans me prévenir, elle a débarqué un jour chez moi et voulait que je lui paye sur le champ. Quand je lui ai demandé d’attendre l’expiration du délai, elle s’est jetée sur moi et m’a étranglée. Je suis tombée, elle a tenté de s’asseoir sur mon ventre, alors que je porte une grossesse. Pour éviter qu’elle me blesse, je l’ai repoussée de toutes mes forces et elle est lourdement tombée. C’est ainsi qu’elle  s’est fracturée les deux bras. Je ne cherchais qu’à me proteger et non  lui faire du mal, parce qu’elle a l’âge de ma grande-mère. Si je n’étais pas enceinte, je ne la reousserai jamais avec autant de conviction »

Au term des débats contradictoires, le parquet a requis l’application des lois. Au final le tribunal a condamné la prévenue, K. Bâ, à 6 mois dont un ferme assorti de 500 000 FCFA d’intérêts civils.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire