Côte d’Ivoire : l’inculpation d’un imam intégriste divise la communauté islamique

Côte d'Ivoire : l'inculpation d'un imam intégriste divise la communauté islamique

Inculpé le 13 juillet, pour « appels à la haine, à la discrimination tribale et religieuse », l’imam Aguibou Touré risque entre cinq et dix ans, de prison. Une affaire sensible qui divise les Ivoiriens, y compris les musulmans.

L’imam trentenaire avait été interpellé le 3 juillet 2018 par la Direction de surveillance du territoire (DST) à Abidjan. Depuis lors, les proches d’Aguibou Touré étaient sans nouvelles de lui, jusqu’à ce que le parquet se décide, enfin, à communiquer; dix jours plus tard. Retour sur une affaire aux nombreuses zones d’ombre.

C’est en novembre 2013 qu’Aguibou Touré a fait, pour la première fois, son apparition sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, média public). Il est alors présenté sous son nom d’artiste : Aguib. Son album « Un cri dans le désert » connaît un succès mitigé. Mais, le morceau phare « Pardon » marque les esprits de nombreux musulmans.

Très vite, le chantre musulman Aguib, beau parleur, cultivé et séducteur, devient l’«oustaze» (prédicateur) puis l’«imam» Aguib Touré. Installé à Abobo, commune populaire du district d’Abidjan, abritant une très forte communauté musulmane, il fonde la petite mosquée Al-Houda Wa Salam (Que la paix de Dieu soit avec vous) et trouve très vite son créneau : les réseaux sociaux. « Il prône un islam intégriste et réactionnaire, proche du Salafisme, sans pour autant s’encombrer d’exégèse ou de références trop complexes. »

 Dans une vidéo abondamment relayée sur les réseaux sociaux, l’imam Serif Tall a apporté son soutien au jeune prédicateur, allant jusqu’à menacer le chef de l’État : « Je te demande (Alassane Ouattara) de libérer l’imam Aguib Touré immédiatement car si tu ne le libères pas, Allah va se charger de toi… » Le Conseil supérieur des imams (Cosim) de Boukari Fofana, longtemps silencieux, s’est quant à lui fendu d’un communiqué fort équilibriste.

Tout en déniant la qualité d’imam au « frère Aguibou Touré », l’organisation musulmane a plaidé auprès des « autorités judiciaires (pour) un traitement diligent, juste et équitable de la procédure ». L’affaire est, en effet, gênante pour le Cosim (dont Touré n’est pas membre), jugé proche du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) et qui n’avait pas attendu la fin de l’enquête préliminaire concernant Tariq Ramadan, inculpé en France pour viols, avant de lui apporter son soutien.

Laisser un commentaire