Côte d’Ivoire : heurts des élèves après la mort d’une jeune élève

    Côte d'Ivoire : heurts des élèves après la mort

    SAMSUNG CAMERA PICTURES

    Des heurts ont éclaté entre élèves et forces de l’ordre dans la ville de M’bahiakro, au lendemain de la découverte du cadavre d’une élève dans l’enceinte de la prison civile de la ville, ont rapporté plusieurs témoins.

    Un peu plus tôt dans la matinée, les manifestants composés d’élèves, de femmes, d’hommes, de jeunes ont marché dans la ville pour marquer leur indignation après le drame. Les élèves ont envahi et saccagé les locaux de la gendarmerie.

    Plusieurs blessés ont été enregistrés parmi les manifestants. Lundi la découverte du corps de la jeune Glaou Chancelline a suscité indignation et colère dans la ville. Aux dernières nouvelles, un prisonnier aurait avoué être l’auteur de ce crime crapuleux.

    Moins d’une semaine après le énième drame qui a suscité émotions et indignations en Côte d’Ivoire, voici qu’un autre vient de se produire. Macabre, c’est ainsi qu’il convient de qualifier ce qui s’est produit à M’bahiakro.

    Qu’est-ce qui s’est passé?

    En effet, ce lundi, le corps sans vie de la petite Glahou Edmond Chanceline a été retrouvé dans l’enceinte de la prison civile de ladite Ville.

    Selon plusieurs témoins sur place, la victime âgée de 14 ans et en classe de 5è, a été égorgée puis vidée de son sang. Si les circonstances de ce crime n’ont pas encore été élucidées pour le moment, c’est la scène de crime qui suscite plusieurs interrogations. La  prison civile est sensée être un lieu où la sécurité est de mise 24h sur 24.

    Comment un tel crime a pu être commis, sans que cela n’attire l’attention des gardes pénitentiaires. Dans le cas où le crime a été commis ailleurs, il est curieux de savoir comment le corps a été acheminé sur ces lieux sans que personne ne s’en aperçoive.

    Interrogé par Afrikmag, un enseignant a exprimé son inquiétude: « Ce n’est pas croyable! Qu’est ce qui se passe dans ce pays? En tous cas les responsables de la prison doivent être suspendus pour être entendus dans le cadre d’une enquête. » On ne peut pas continuer à tuer nos enfant impunément! », a-t-il ajouté.

    Afrikmag

    Laisser un commentaire