Corruption dans les Brigades : « Ce ne sont pas toutes les brigades, il ne s’agit que de 3 », Cmd Sène

Corruption dans les Brigades

Texte alternatif de la bannière

Après la note de service publiée il y a quelques jours qui fait état de « détention de caisses illicites » dans des brigades territoriales, le Haut commandant de la gendarmerie, le général Cheikh Sène, est revenu sur l’affaire qui secoue ce corps et promet de remettre sur le droit chemin les gendarmes qui soutirent des fonds aux populations.

« Ces actes constituent des fautes graves inacceptables qui seront circonstanciées et sévèrement sanctionnées », a-t-il déclaré hier, mercredi 12 décembre, en marge de la revue du dispositif de sécurité mis en place par ses services à la Fidak.

Le général Sène réagissait à l’affaire de la note interne du commandant de la gendarmerie territoriale, le général Moussa Fall, divulguée dans la presse et pointant un « racket organisé » au niveau des brigades. Celui-ci consiste, selon le haut gradé de la maréchaussée, à tenir des « caisses illicites » alimentées à partir de l’argent récolté illégalement auprès des automobilistes pris en faute sur les routes.

Mais un détail attire l’attention dans la réaction du chef des gendarmes. Il semble minimiser la portée des accusations du général Fall et leur caractère supposé organisé.

« C’est vrai qu’il a été décelé au sein de trois brigades de gendarmerie, sur 120 brigades que compte l’institution, des indices graves indiquant l’existence de pratiques illicites« , reconnaît du bout des lèvres le Haut commandant. Qui s’empresse d’ajouter : « Ce que je voulais dire et souligner avec force, c’est que la corruption n’est ni organisée ni généralisée au sein de la gendarmerie nationale. C’est l’une des administrations publiques qui sanctionne le plus ces formes de déviance et qui les sanctionne très sévèrement. »

Dans sa correspondance interne, le commandant de la gendarmerie territoriale parle de « racket organisé » par les chefs de brigade et leurs adjoints, et souligne que les faits en question, se déroulent à l’échelle nationale.

Toutefois le général Cheikh Sène regrette la publication de la note du général Fall. Il dit : « C’est une correspondance militaire que le chef a adressée à ses subordonnés à tous les niveaux pour leur rappeler les obligations de rigueur, d’éthique et de déontologie que requiert l’exercice de leurs responsabilités. C’était simplement une note à destination interne qui n’aurait jamais dû se retrouver sur la place publique.« 

1 COMMENTAIRE

  1. Le quartier général de la Sûreté du Québec a la peau blanche à 99,5 %. Moins d’une trentaine de minorités visibles y sont employées. Il en faudrait cinq fois plus, mais l’organisation stagne – voire recule – depuis des années dans ce domaine de recrutement.

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1081205/minorites-visibles-quebec-employes-fonction-publique-organismes-diversite

    Profilage racial: la Ligue des Noirs du Québec réclame environ 4 M$ au SPVM

    https://www.journaldemontreal.com/2018/12/11/action-collective-contre-le-spvm-pour-profilage-racial-1

    Deux Noirs aspergés de poivre parlent de profilage

    https://www.msn.com/fr-ca/actualites/faits-divers/deux-noirs-asperg%C3%A9s-de-poivre-parlent-de-profilage/ar-BBPXKO7

    Fredy Villanueva: Un hommage entre tristesse et amertume

    http://journalmetro.com/local/montreal-nord/actualites/1720550/fredy-villanueva-un-hommage-entre-tristesse-et-amertume/

    Stérilisation forcée de femmes autochtones : Perry Bellegarde demande une enquête https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136193/premieres-nations-justice

    La violence systémique gratuite, la discrimination systémique gratuite et le racisme systémique gratuit vécus par les noirs, les arabes, les latinos et les minorités visibles au Québec au Canada sont une reproduction du traitement fait aux peuples autochtones (présents au Québec au Canada depuis plus de 20 000 ans). Cette violence, cette discrimination et ce racisme sont une réalité parfois institutionnelle (présente dans des écoles et dans des universités francophones québécoises), et carbonisée par l`idéologie de ce que j`appelle aujourd`hui le SOUCHisme (ou SOUCHEisme). La situation des minorités visibles et des peuples autochtones est traitée par certains médias du système identitaire colonial comme faisant partie des légendes urbaines (faits imaginaire).

Laisser un commentaire