Contribution: Quelques observations sur la réplique du Ministre de l’économie et des finances à Karim

D’emblée, je précise que je ne suis pas un militant du PDS et ni du PASTEF de Sonko. Un jeune Economiste qui veut tout simplement susciter le débat économique.

J’ai constaté  les reproches faites à Sonko ont été reproduites dans le texte du ministre du ministre.  Pour Ousmane Sonko, certains le reprochent dans son livre d’utiliser le PIB base 2014 pour parler de la pression fiscale  pour montrer sa faiblesse et de l’autre côté d’utiliser  le PIB base 1999 pour montrer le niveau d’endettement élevé du pays.  Je précise que je n’ai pas lu le livre de Ousmane Sonko, ces informations ont été glanées auprès des gens qui ont lu le livre. Je m’en excuserai auprès de Ousmane Sonko, si les informations sont avérées fausses.

Ces reproches sont aussi valables  pour notre Ministre de l’économie et des finances, en parlant dans son texte des indicateurs macroéconomiques sur la base du PIB base 1999 et des indicateurs macroéconomiques sur la base du PIB 2014. On ne peut pas mélanger des choux et des carottes. Il faut qu’on soit cohérent dans l’analyse macroéconomique, en ramenant tous les indicateurs sur la base du PIB 1999 sur la période 2000-2017 ou sur la base du PIB base 2014 sur la période considérée. On ne peut pas surfer sur les deux PIB dont les bases de calculs sont différentes. On ne peut calquer le régime de Wade sur un PIB base 1999 et évaluer sa propre gestion sur un PIB réévalué à 30% et vouloir les comparer.  Je précise que c’est le PIB de 2014 base 1999 qui a été réévalué de 30%.
Parlons du contenu du texte.

Le ministre parle « un déficit budgétaire de plus 6,7% du PIB en 2011 », il faut ramener le PIB 2011 base 99 à la base 2014  pour une analyse cohérente de l’ajustement budgétaire qui s’est bien amélioré sous votre magistère. Il a aussi évoqué « un solde négatif du compte courant de la balance des paiements qui atteint 10% du PIB reflétant la prépondérance des importations de Biens et Services par rapport aux exportations ». Le déficit n’a pas été de 10% en 2011 mais plutôt de 8% (base 1999). Les 10% ont été enregistrés en 2012 (10,7%) et 2013 (10,5%). Toutefois, il  faut  rapporter le solde du compte courant à la  base 2014 pour une cohérence d’analyse sur la période 2011-2016. Ce que le ministre ne nous dit pas est que le cours du baril de brent a été de 110 dollars en 2011 et qui a chuté en dessous des 55 dollars sur la période 2015-2017. Il est évident que la détérioration du compte courant reste intrinsèquement liée au cours baril.

 

Vous conviendrait avec moi monsieur le ministre, que la baisse drastique du cours du baril a entrainé une forte amélioration de notre compte courant de la balance des paiements sur la période 2014-2016. Il en résulte un déficit du compte courant qui est passé de 8,2% en 2012 à 4,2% du PIB en 2016, soit une amélioration de 4 points du PIB. Je vous rappelle que la facture énergétique représente en moyenne  plus de 20% de nos importations donc un facteur déterminant de l’évolution du compte courant de  la balance des paiements. La sévérité du déficit de la balance des biens, des services et des revenus du pays est contrebalancée par le bon comportement des transferts courants sans contrepartie notamment les envois de fonds des sénégalais de l’extérieur pour atténuer le déficit de compte courant. Félicitons aussi les sénégalais de l’extérieur qui participent grandement à la stabilité macroéconomique du pays.
Le ministre aussi évoqué  dans son texte « Les sénégalais se rappellent encore des locations onéreuses de générateurs électriques avec le Pan Takkal et des compensations tarifaires pesantes pour les finances publiques (105 milliards en 2011), sans parler des conséquences désastreuses sur toutes les activités économiques qui se sont traduites par une croissance économique de seulement 1,7% et un déficit budgétaire de 6,7% en 2011 ».  Je lui signifie qu’on est revenu à la case de départ  comme 2011 car dans la LFR de 2018, il est prévu une compensation tarifaire de 52 milliards  de FCFA et un paiement de différentiel de transport de 14 milliards ; suite à l’augmentation du cours du baril.. Le Fonds de Soutien au Secteur de l’énergie devrait payer pour l’année 2018 un montant de 18 milliards aux importateurs de produits pétroliers pour compenser les pertes commerciales subies ; à  la suite de la remontée du cours du baril dans un contexte de maintien des prix à la pompe de février 2016.

 

Comme en 2011, en 2018, l’Etat a puisé de son budget pour soutenir le secteur de l’énergie. Ce mécanisme de subvention au secteur l’énergie a été reconduit dans la LFI de 2019. Cependant, force est de constaté  que les coupures d’électricité se sont drastiquement réduites. Nous saluons les efforts fournis surtout dans le mix énergétique permettant de baisser le cout de la production. Parlant du taux de croissance  de 1,7% de 2011, le ministre sait (je le pense) que la contreperformance était liée aux activités agricoles qui se sont contractées de 44%, alors que la croissance du PIB non agricole a été estimée à 5,3%, plus élevé que celles de la période 2012-2014.

Parlons maintenant des finances publiques

Le ministre a évoqué aussi que « M. Karim Wade connaît bien les lettres de confort dont le volume entre 2011 et mars 2012 dépasse 153,9 milliards FCFA ». Le ministre a aussi  dénoncé les crédits d’avance et la gestion gabégique de nos ressources sous Wade. On applaudit des deux mains, cette gestion ne  correspondait aucunement  à l’orthodoxie budgétaire. Mais, c’est étonnant de la part du ministre d’évoquer ce sujet  puisse que le dernier communiqué du FMI du 31octobre 2018 dit ceci «Pour limiter les pressions sur le budget et les risques pesant sur l’achèvement de la revue, les autorités ont accepté de renforcer sensiblement la gestion des finances publiques i) en limitant de manière permanente le financement de SN La Poste par le Trésor et ii) en cessant d’utiliser diverses lettres budgétaires qui engagent l’administration centrale pour ce qui est de dépenses au-delà de l’exercice en cours ou de dépenses exécutées en dehors du budget ».

 

Donc ce mécanisme continue d’exister quelque soit son niveau, en termes d’enveloppe financière. Je vous rappelle que les lettres visent à inciter les établissements financiers à fournir des avances à des projets dont les crédits doivent être approuvés dans une loi de finance future. Je pense que par ce mécanisme, on viole le principe de l’universalité budgétaire notamment la règle de la non affectation des recettes. C’est l’ensemble des recettes qui doivent financer l’ensemble des dépenses de manière indifférenciée, sans qu’une recette particulière ne couvre une dépense particulière. Le ministre aussi parlé « de la rationalisation des dépenses publiques, permettant de concentrer les efforts sur les investissements ».

 

Je vais vous démontrer que l’effort d’investissement est soutenu principalement  par les recettes et non une rationalisation des dépenses publiques. Monsieur le ministre, le déficit budgétaire est passé de 4,2% du PIB en 2012 à 3% en 2017, soit une amélioration de 1,5 point du PIB. Cette amélioration est expliquée principalement par un gain de recettes de 1,5 point, alors que les dépenses publiques sont restées stables en pourcentage du PIB.  Sur ce point, les dépenses courantes n’ont pas baissé, mais elles ont augmenté de 0,1 point du PIB, en passant de 13,4% du PIB en 2012 à 13,5% du PIB en 2017.

En réalité, le maintien de la dynamique des investissements publics reste en grande partie lié aux recettes notamment les  recettes exceptionnelles et les recettes du FSIPP (Fonds de Sécurisation des Importations des produits pétroliers). Ces recettes exceptionnelles (DP world pour 25 milliards, Accelor mittal pour 75 milliards de FCFA, renouvellement licence et la vente 4G pour 100 milliards, plus-value pétrolière 35 milliards de FCFA) ont été en moyenne de 0,6 point du PIB sur la période 2013-2016. Pour les recettes du FSIPP, elles sont passées de 0,2% du PIB en 2012 à 0,9% du PIB en 2016, soit une progression de 0,7 point du PIB. En valeur nominale, les recettes du FSIPP sont passées 19 milliards de FCFA à 102 milliards de FCFA en 2016.  Précisons que la forte augmentation des recettes du FSIPP a été sur la période 2014-2016, pour une moyenne de 0,7 point du PIB, coïncidant avec la baisse drastique du cours du baril sur le marché.

Cette forte augmentation des recettes du FSIPP est due par une répercussion partielle de la baisse du cours du baril sur les prix à la pompe pour le consommateur final.  Cet impôt vise à  soutenir les opérations de raffinage de la SAR et  affranchir le Trésor des effets des pertes liées à l’importation de pétrole. Il est évident que si la SAR utilise cet impôt pour combler ces pertes d’exploitation, le Trésor recevra moins d’argent, ce qui a été le cas en 2017, avec un retour à la normale par rapport à l’année 2012 de 0,2 point du PIB. Monsieur le ministre, un montant de 30 milliards de FCFA a été rapatrié du FSE au profit du budget, confirmé par le FMI dans sa revue d’Aout 2018 et un rapatriement de 32 milliards de FCFA de l’ARTP est prévu dans le budget de 2019.

Ce rapatriement entre dans la logique d’intégrer les excédents parafiscaux d’entités publiques identifiées (FSE, ARTP, ARMP, COSEC, ANACIM, ADS et FERA) au-delà du montant nécessaire au financement de deux ans de dépenses courantes dans leur budget (source FMI, 5ième revue). En 2017, un montant de 140 milliards de FCFA  soit 1,1 point du PIB  dénommé « autres versements » est apparu dans la rubrique des recettes non fiscales. Le FMI ne s’est pas prononcé sur le fait générateur des « autres versements »  dans son dernier rapport et les documents officiels ne l’ont pas encore précisé en détail.  Pour finir sur l’investissement,  il faut reconnaitre  l’investissement public bien que élevé  sous wade  n’a pas produit un taux croissance élevé. Il s’est posé un sérieux  problème de la qualité et de l’opportunité de la dépense publique. Ce problème est réglé  sous Macky,  avec des taux de croissance de plus 6% enregistrés ces dernières années.

Parlons de la dette.

Le ministre ne peut pas raisonner sur le ratio de la dette publique en utilisant deux PIB dont la base n’est pas identique. L’analyse sera cohérente si le stock de la dette en pourcentage du PIB est analysé du PIB base 1999 sur la période 2000-2018. L’autre alternative est prendre le PIB base 2014 et faire le rebasing sur la période 2000-2013. Quand le ministre dit que le taux d’endettement de 2011 de 40% plus loin dans son texte d’annoncer que le taux actuel est de 47% du PIB, il se pose un vrai problème d’analyse puisse que la base de calcul des deux PIB n’est pas identique.

Quand le ministre dit que Wade a augmenté  la dette  publique de 19 points du PIB sur la période 2006-2011 soit 5ans, le ministre des finances a  augmenté  la dette publique de 21 points du PIB sur la période 2012-2017, soit 5 ans. Mais,  le ministre a préféré parler uniquement  l’évolution du ratio de  la dette  sous wade sur la base du PIB base 1999 et  faire abstraction de sa gestion sur la même base qu’il a évalué le  régime de Wade. Ils ont tous augmenté la dette  quasiment dans la même proportion autour d’une augmentation de 20 points du PIB. Ramener au PIB de 2014, la dette publique passe de 20,6% du PIB  base 99 à 17% base 2014. Pour 2012, le ratio passe de 42% base 99 à 33 base 2014. Pour l’année 2017, le ratio passe de 62% base 99 à 47,6% base 2014.
Le ministre dit aussi, je le cite « Malgré tout, le Sénégal a toujours un ratio d’endettement de 47,5%, largement inférieur à la norme communautaire de l’UEMOA fixée à 70%. Il reste encore à ce jour un pays à risque de surendettement faible, notamment, grâce au faible coût de sa dette, à dominante concessionnelle, avec une maturité moyenne élevée ». Mon seul problème dans cette partie du texte se trouve à ce niveau « faible coût de la dette, à dominante concessionnelle, avec une maturité moyenne élevée ».

 

Monsieur le ministre, le cout de portefeuille de la dette extérieure qui n’est rien que le taux d’intérêt implicite est passé de 2,5% en 2012 à 4,7% en 2017, soit une augmentation de 220 points de base et sous wade le taux d’intérêt implicite est passé de 1,6% en 2006 à 3,5% en 2011, soit une progression de 190 points de base. Je vous rappelle qu’en 2017, nous avons payé des intérêts au titre de la dette extérieure un montant  178 milliards de FCFA soit 1,4 point du PIB contre un montant de 52 milliards. Il en découle que nous payons cher notre dette extérieure cumulée au risque change, car la dette extérieure est  libellée en dollars à plus de 40%.
Même si notre  dette extérieure est dominée par la dette concessionnelle, il y a une forte dose de dette non concessionnelle notamment les eurobonds sur la période 2014-2018 et sous Wade en 2011. Monsieur le ministre, sur la période 2014-2018, nous avons  pu lever  une enveloppe financière de 2075 milliards d’eurobonds avec des taux d’intérêt aux conditions du marché financier international. Il s’agit de l’eurobond de 2014 au taux de 6,25%  de 500 millions de dollars (250 milliards de FCFA), de l’eurobond de 2017 au taux de 6,25% pour 1,1 milliard de dollars (641 milliards de FCFA), l’eurobond de 2018 (tranche dollar au taux de 6,75% pour 1,1 milliard de dollars et une tranche en euro au taux de 4,75% pour 1 milliards de dollars, soit 1184 milliards de FCFA). Le président Wade est allé sur le marché en 2011 pour un eurobond de 500 millions de dollars au taux de 8,75% qui est onéreux par rapport à nos dernières émissions.

Toutefois, l’eurobond de 2018 a racheté à hauteur de  40%  l’eurobond de 2011 permettant ainsi  un lissage du service de la dette. Toutefois, je tiens aussi à vous féliciter sur la stratégie de  reprofilage de la dette intérieure, amorcée depuis 2012, qui n’est rien que l’allongement de la maturité des titres publics. Oui, c’est le bon choix de recourir plus obligations du trésor (maturité 5 ans) et que les bons du trésor (maturité 2 ans) permettant de diminuer la pression du service de la dette sur la trésorerie à court terme et d’avoir une longueur d’avance sur le risque de refinancement.

Mady CISSE
Economiste.

Laisser un commentaire