Congo: Les meurtriers des deux Sénégalais neutralisés par la police

Congo: Les meurtriers des

Une semaine après le lâche assassinat de Alassane Bâ au quartier Siafoumou à Pointe Noire et 5 jours après le carnage dont a été victime notre compatriote Hamdou Diop à Vindoulou à Pointe Noire, les enquêteurs ont beaucoup avancé. Ils ont tué 4 présumés meurtriers et mis la lumière sur les raisons de l’assassinat de Alassane Ba.

Hamdou Diop, originaire de Lao, il a été assassiné le 26 juillet 2018 à Vindoulou, Pointe Noire, Au Congo

Mis au défi par les criminels de faire la lumière sur les meurtres en cascade de commerçants sénégalais au Congo, le général Jean-François Ndenguet, le patron de la police congolaise semble avoir pris le taureau par les cornes. Et est en train de relever le défi en utilisant parfois la manière forte. Alors qu’on avait déjà parlé d’un présumé braqueur abattu par des policiers, dès les premières heures de l’assassinat de notre compatriote, Alassane Ba, à Siafoumou dans les bas fonds de Pointe Noire, la police congolaise a fait savoir que « cet homme » rencontré fortuitement et qui est mort dans un échange de coups de feu, ferait partie d’un groupe envoyé pour tuer un commerçant sénégalais. « Mais, ce n’est pas Alassane Ba qui était visé par les bandits« , ont précisé les policiers contactés par Kewoulo.

A en croire les résultats de l’enquête judiciaire, ce serait le propriétaire de la boutique en question qui serait dans le viseur des assassins. « L’homme sortait avec la femme d’un officier supérieur de l’armée congolaise. Et, ce dernier a menacé de tuer le Sénégalais. L’épouse adultère a informé son amant de la volonté de son mari de le faire liquider. Et, c’est à la suite de cela que le Sénégalais a demandé à Alassane Ba de venir le remplacer dans la boutique; sous prétexte qu’il devait voyager. Alassane Ba ne savait pas qu’il était au coeur d’un règlement de comptes. » Ont fait savoir des sources sénégalaises établies au Congo. A en croire ces mêmes sources, « ce Sénégalais comme le présumé commanditaire de l’assassinat ont été arrêtés par la police et placés sous écrou. »

La même efficacité dans le bouclage de l’enquête a été remarquée dans le cadre du meurtre de Hamdou Diop. A en croire la police congolaise, « dans ce cas-ci, on a fait face à un crime crapuleux motivé par le gain facile. » Et dans ce dosssier-ci, 3 bandits ayant participé à la commission des faits ont été abattus par la police; lors d’une tentative d’arrestation. Et un, parmi les voyous, aurait été arrêté et placé en détention. Pour la police congolaise, l’enquête n’étant pas terminée, les corps des deux Sénégalais sont toujours à la morgue. Et il faut attendre la fin de l’enquête pour savoir quand est ce qu’on va les remettre à leurs familles.

Réputée tatillonne, la justice congolaise n’émet jamais sur la même longueur d’onde que les policiers. « A cause du manque de moyens pour entretenir les bandit en prison » ou à cause de « la corruption massive des magistrats » les criminels étrangers, mis en prison, ne restent jamais longtemps en prison. Ils sont très souvent conduits à l’une des frontières terrestres du pays et remis en liberté, avec l’interdiction de revenir au Congo. « Mais, personne n’est là pour les empêcher de retraverser la frontière et de reprendre leurs activités criminelles. » Ciblés par la police, « les bébés noirs » groupes de criminels internationaux -qui ont pignon sur rue à Brazzaville et dans toute l’Afrique centrale, sont sur le qui vive.

Dans une vidéo de mauvaise qualité mise en ligne sur Youtube et qui a irrité les voisins de Kinshasha, le patron de la police congolaise a fait savoir que les étrangers ne sont pas un cas qui inquiète la police. «Notre problème n’est pas le contrôle des Ouest-Africains. La lutte que nous menons, c’est contre les Kuluna. (…) Que ces Zaïrois [Congolais de la RDC, NDRL] aillent semer des troubles dans leur pays. Ici chez nous, nous n’en voulons pas. C’est pourquoi, ces Zaïrois, nous allons commencer à les tuer ! », a déclaré, en Lingala, Jean-François Ndenguet devant une foule toute acquis à sa cause. Au Congo Brazzaville, l’heure est grave et les morts on les compte par cascade.

Laisser un commentaire