Congo : 2.600 victimes de violences sexuelles traitées à Kananga

Congo : 2.600 victimes de violences

Médecins sans frontières affirme avoir traité 2.600 victimes de violences sexuelles dans la seule ville de Kananga en République démocratique du Congo depuis mai 2017.

Environ 80% des victimes disent avoir été attaquées par des hommes armés.

Kananga se trouve dans la province centrale du Kasaï, l’une des provinces les plus pauvres de la RDC qui est en proie depuis mi-2016 à un violent conflit ethnique.

Le rapport fait état d’histoires choquantes, dont une femme violée à côté du cadavre de son mari, un enfant de cinq ans violé par un soldat et un homme contraint de violer son voisin.

Parmi les personnes traitées par l’organisation humanitaire, plus de 150 avaient moins de 15 ans et au moins 20 avaient moins de 5 ans.

Les violations des droits de l’homme dans la région sont perpétrées par les forces de défense et de sécurité et diverses milices telles que Kamuina Nsapu et Banu Mura, selon l’ONU.

L’un des principaux problèmes reste l’accès au soin de santé et à une assistance psychologique pour les victimes.

Au-delà de l’impact médical et psychologique du viol, les victimes sont aussi souvent ostracisées par leur propre communauté.

En conséquence, le tissu social même de la région est affecté par les conséquences des violences sexuelles.

Laisser un commentaire