La Compagnie Sucrière défend « farouchement » son sucre et crie d’importations »sauvages et de fraude »

La Compagnie Sucrière

La capitale du sucre au Sénégal a vu ce qu’elle n’avait pas vu au paravant. En effet, les travailleurs de la compagnie sucrière sénégalaise tiennent fortement à la préservation de leur emplois. Durant ce week-end, ils ont tenu une marche au cours de laquelle, ils dénoncent la présence de sociétés « pourvoyeuses d’emplois » à cause des importations « sauvages et de la fraude ». Selon le quotidien L’Observateur qui donne l’information.

L’artère principale de la ville de Richard Toll a vu du monde. Du rouge sur des tee-shirts et foulards confondus; des pancartes; de la chaleur; de l’animation musicale pour ne citer que cela. Cette marche de protestation contre les autorisations d’importations a regroupé des chefs de famille, des jeunes, des commerçants, des écoliers, des chefs de villages, des vieux et même des enfants.

Sur des pancartes on pouvait lire « La Css, notre bien commun« , « Vous avez vos Dipa (Demandes d’Importations de Produits Alimentaires, nous avons nos cartes d’électeurs » sont entre autres des messages exprimés.

Un mémorandum a été lu par le secrétaire général de la section de la Cnts/Css Makhary Samb Poker. Dans cette note, les 9 organisations syndicales de la Css réaffirment leur opposition face aux importations qui, vise la fermeture de leur société à très brève échéance et appellent à une intervention rapide et énergique de l’Etat, pensent-elles et qui sera « la plus grande catastrophe économique et sociale de l’histoire du Sénégal post indépendant« .

Aussi, ces travailleurs se disent être prêts à faire face par tous les moyens au « gouvernement et contre le ministre Alioune Sarr dont les errements et les ambitions électoralistes sacrifieront 8.000 travailleurs et toutes les populations qui bénéficient des retombés de la Css« .

Par ailleurs, dans ce mémoranduùm, ils exigent la fermeture des sociétés naguère très compétitives et pourvoyeuses d’emplois à cause des importations « sauvages » et de « fraude« .  Ainsi, ils demande à l’Etat du Sénégal de rétablir les conditions et l’environnement à favoriser le fonctionnement correct de leur entreprise en vue de « la réalisation de l’autosuffisance en sucre du pays« .

 

 

 

Laisser un commentaire