Commerce Électronique: l’Afrique va bientôt partir à la conquête du marché

Commerce Électronique: l'Afrique

Ce Lundi 06 Août 2018 débute le 3ème Atelier francophone de formation sur la préparation opérationnelle des postes pour le commerce électronique au King Fahd Palace sous l’initiative de l’ARTP. Ce projet de dimension régionale porte sur l’analyse du commerce électronique et regroupe ainsi 22 pays de la sous-région.

Cet atelier qui va durer 4 jours lors desquels plusieurs points sur le projet de commerce électronique seront étudiés pour la bonne mise en oeuvre du projet. C’est pourquoi le représentant de la Post SN préconise « une matérialisation du commerce électronique » et de « revoir la politique économique de la sous-région« .

Le Dg de l’Artp, Abdou Karim Sall a, quant à lui, affirmé que « l’économie numérique ne peut se développer sans le développement du commerce électronique« . Car son développement consiste à « développer par ricochet l’économie numérique de manière globale« . C’est dans ce sens que les pays africains ont pris l’initiative de mettre sur pied ce projet.

Il faut aussi noter que « le chiffre d’affaires global du commerce électronique selon une étude de 2013 montre de 15.000 milliards de dollars ont été générés sur la partie B to B et que le continent africain ne gagne que 2 pourcent« . C’est la raison pour laquelle ce programme est mis en oeuvre pour qu’il y ait plus de différence entre le commerce électronique et le commerce traditionnel à partir de 2020.

Ce projet ne saurait être facilité sans le développement des technologies de l’information et de la communication. Par ailleurs, il y a quelques mois, l’Artp a permis à d’autres fournisseurs d’accès à internet d’intégrer le marché national. Avec ces nouveaux FAI, le marché de l’internet deviendra plus concurenciel et les utilisateurs auront plusieurs choix à faire.

Aussi, le Dg de l’Artp trouve ce projet comme étant « un moyen de repositionnement pour la Poste » car le courrier traditionnel tend à disparaitre au profit du numérique. Et autant d’exemples qui font que ce projet de commerce électronique est un avantage pour le Sénégal et la sous-région de façon générale.

Pour sa part, le secrétaire général de l’union panafricaine des postes (UPAP) estime que « le développement des Ntic a permis l’ouverture d’une niche« . Cette ouverture doit être une opportunité pour le continent d’entrer à fond dans ce marché qui gagne de plus en plus du terrain et qui selon ce dernier constitue « le nouveau nom du développement« .

Quant aux moyens technologiques, le Sg de l’Upap croit savoir qu’à la sortie de cet atelier, les représentants des différents Etats  ayant pris part mettront sur pied des bases solides et concrètes pour la pérennisation de projet de commerce électronique.

Laisser un commentaire