Chronique: « Off-record », la dernière polémique signée Momar Seyni Ndiaye

Chronique: "Off-record", la dernière

Texte alternatif de la bannière

Quarante jours! C’est le temps qui s’est écoulé depuis que, ce 10 avril 2019, j’ai appris la disparition de mon aîné, mon ami, Momar Seyni Ndiaye. Quarante jours, c’est le temps pendant lequel toute querelle autour du legs d’un disparu, toute polémique concernant son héritage est interdite. En bon disciple des us et coutumes des valeurs ancestrales, je me suis soumis à cette trêve. Passé ce délai, voila mon pavé dans la dernière polémique signée Momar Seyni Ndiaye…

Quarante jours de silence pour marquer la fin du deuil que nous a imposé le deuil d’un monument de la presse. Quarante jours de silence pour, aussi, saluer sa renaissance. Parce que utilisée, comme repère pour marquer la fin du deuil d’un disparu, «al-arbaîn»  commémore aussi la fin des jours de danger d’une femme qui vient d’enfanter. C’est un jour de deuil pour marquer la fin du passage terrestre de l’homme. Mais, il est aussi celui qui consacre la renaissance de la nouvelle maman qui guérit pratiquement de sa couche. Momar Seyni, je l’ai, certes, connu très tardivement. Mais, l’ai côtoyé assidûment il y a plus d’une dizaine d’années lorsque, collaborateur externe, il venait proposer ses papiers à la rédaction de l’hebdomadaire Le Témoin.

Dans ce pays où les politiques parlent toujours plus forts que tout le monde et se croient seuls capables de savoir et dire ce qui est bon ou mauvais pour le citoyen, Momar Seyni Ndiaye a su trouver sa place. Et son auditoire. Analyste lucide de la politique sénégalaise, orfèvre du bon mot à l’endroit de ceux qu’il porte en estime, Momar Seyni Ndiaye n’a pas son semblable dans la presse lorsqu’il décide d’irriter ses « amis » comme lorsque, à Mbodiène, lors d’un séminaire qui nous avait réunis avec le Conseil constitutionnel, il avait osé dire à la salle que: « les confidences dites à un journaliste, en Off-record, ne l’engageait en rien s’il venait à les publier. »

Et que « celui qui dit des secrets à un journaliste, même s’il avait averti ce dernier de la clandestinité de ses propos, ne doit pas se sentir trahi lorsque ses confidences sont portées à la connaissance du public. Par le journaliste confident, lui-même, ou par un autre journaliste à qui le premier filerait l’information. » Pour oser dire cela à des hommes tenus par le devoir de réserve et qui, pour une première, ont décidé de s’ouvrir à la presse, à la veille de cette présidentielle que tous craignaient qu’elle cause la perte du Sénégal, il faut vraiment être un polémiste, un trouble-fête, un habile agitateur d’idées susceptibles de créer de houleux débats. Plus que ces mille et un éloges déclamés par mes confrères, lors de son enterrement, le doyen, Momar Seyni, aurait certainement voulu que l’on retienne aussi, de lui, cette image-là. Celle d’un iconoclaste qui trouvait son bonheur lorsqu’il crée de grosses polémiques.

A Mbodiène ce jour-là, alors que les débats étaient jusque-là policés et que journalistes et magistrats se sont sentis proches au point de se faire des confidences, cette sortie du doyen Momar Seyni avait subitement rappelé l’acidité de la sempiternelle pomme de discorde: les légendaires batailles qui ont, sous tous les cieux, opposé magistrats et journalistes sur la primauté des pouvoirs judiciaires et celui qui se veut le 4 ème garant des libertés individuelles et collectives, a toujours été passionnant. « Que peut-on diffuser? » « Qu’elles sont les limites du journaliste dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information? » « Qu’est ce que l’information sensible et qui délimite cette sensibilité? »

Puisque le journaliste ne reconnaît, au dessus de lui, ni président de la République, ni juge, se référent uniquement qu’à la souveraineté de sa rédaction, la notion de soumission à une autorité, quelle qu’elle soit, est une entrave à l’exercice de sa fonction. Alors que la parole était jusque-là cadrée et distribuée, cette mise au point du doyen avait tout chamboulé. En total désaccord avec la vision de leur camarade politologue, les doyens Mame Less Camara, Issa Thior, mais aussi des plus jeunes comme Bamba Kassé, l’actuel général du Sympics, s’étaient sentis mal à l’aise, tentant à coup d’anecdotes vécues dans nos différentes rédactions d’amener Momar Seyni à, sinon se dédire, changer de point de vue.

Et à accepter de rendre sacrée une certaine parole donnée -le gentleman agreemen- sans laquelle, le journaliste ne pourra ne plus faire son métier: parce qu’aucune source non assurée de sa protection ne s’aventurerait à confier un secret à un journaliste; puisque les confidences dites en Off pourraient aisément de retrouver ON AIR sans aucune gêne. Ce jour-là, même mis en minorité Momar Seyni est resté fidèle à ses convictions. Après des heures de blocage, la séance a été levée sans qu’aucun consensus ne soit trouvée. Et alors que les polémiques se tassent souvent quand on lève les séances, celle-là soulevée par le doyen Momar Seyni Ndiaye a continué à nous occuper. Et jamais, en ma connaissance, elle n’a été tranchée. C’est de cet homme-là que je veux, en ce quarantième jour de son rappel à Dieu, me souvenir.

Laisser un commentaire