Le chef de l’armée birmane bientôt dans le viseur de l’ONU pour « génocide » sur les Rohingyas

Le chef de l'armée birmane bientôt

Members of the United Nations' Independent International Fact-finding Mission on Myanmar (2ndL) Christopher Sidoti, chairperson Marzuki Darusman (C) and Radhika Coomaraswamy (2ndR) present the final report on alleged rights violations during a press conference on August 27, 2018 in Geneva. - United Nations investigators called for an international probe and prosecution of Myanmar's army chief and five other top military commanders for genocide against the country's Rohingya minority. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP) (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)

Des enquêteurs de l’ONU ont demandé lundi que la justice internationale poursuive le chef de l’armée birmane et cinq autres hauts gradés pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » à l’encontre des musulmans rohingyas.

« Les principaux généraux de Birmanie, y compris le commandant en chef Min Aung Hlaing, doivent faire l’objet d’enquêtes et de poursuites pour génocide dans le nord de l’Etat Rakhine, ainsi que pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre dans les Etats Rakhine, Kachin et Shan », a exhorté la Mission d’établissement des faits de l’ONU sur la Birmanie.

Selon un rapport publié lundi par cette mission, qui a été créée par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU en mars 2017, « il existe suffisamment d’informations pour justifier (…) la poursuite des hauts responsables de la chaîne de commandement » de l’armée birmane.

Entre août et décembre 2017, plus de 700.000 musulmans rohingyas ont fui la Birmanie, majoritairement bouddhiste, après une offensive de l’armée birmane lancée en représailles d’attaques de postes-frontières par des rebelles rohingyas.

Ils ont trouvé refuge au Bangladesh où ils vivent depuis dans d’immenses campements de fortune. Les informations recueillies par la mission de l’ONU suggèrent que l’estimation de 10.000 morts, un chiffre de Médecins sans frontières (MSF), est « prudente ».

Laisser un commentaire