« Cette affaire avait été traitée avec précipitation… pour empêcher Khalifa Sall », Me Kane

"Cette affaire avait été traitée

Texte alternatif de la bannière

La Cour suprême a examiné jeudi le dossier Khalifa Sall en cassation et mis l’affaire en délibéré le 03 janvier 2019. Une décision sage qui réjouit un de ses avocats, Me Abdou Dialy Kane, au regard des suspicions politiques, en perspective de la Présidentielle de 2019, qui entourent ce dossier.

L’ancien maire de Dakar, candidat déclaré à la Présidentielle, a vu son dossier renvoyé au 03 janvier prochain. Pour Me Abdoul Dialy Kane de la défense, il y avait deux situations, soit  la cour suprême juge l’affaire immédiatement, soit la met en délibéré.

« La Cour a choisi de mettre l’affaire en délibéré au 3 janvier. Et je crois que c’est la meilleure décision. Vous savez, depuis quelque temps, la justice de notre pays est suspectée, tout le monde disait que cette affaire avait été traitée avec beaucoup de précipitation pour empêcher Khalifa Sall d’être candidat. Aujourd’hui que la Cour suprême a mis l’affaire en délibéré au 03 janvier, j’estime que c’est une bonne chose. Ça permet de dissiper toutes ces suspicions que l’opinion a de la justice de notre pays ».

Pour la robe noire, le problème de la justice est beaucoup plus profond:

« Par rapport à toutes ces suspicions, par rapport à la manière dont cette affaire est traitée, nous estimons que ce que la cour suprême vient de faire est une bonne chose. Ça permet de dissiper les craintes des uns et des autres par rapport à cette précipitation injustifiée notée dans le traitement de cette affaire. Nous savons ce qui se passe dans cette justice-là. D’aucuns l’ont dit et c’est la vérité. Il y a des pourvois en cassation qui sont là depuis des mois, des années et qui n’ont pas été traités. Donc, si de façon brusque on essaie de traiter l’affaire Khalifa Sall, de la faire juger par la cour suprême, les gens se posent des problèmes… ». 

Les avocats de l’Etat ont déposé leur mémoire pour répondre aux observations verbales de la défense. Pour Me boubacar Cissé, la défense veut prendre en otage la cour.

Et l’avocat général, Ndiaga Yade de soutenir les réquisitions  de Serigne Bassirou Gueye et de Lassana Diaby, non sans demander la confirmation de la sentence.

Laisser un commentaire