Catastrophe de Gênes: Il Ya peu d’espoir de retrouver des survivants

Catastrophe de Gênes

Le dernier bilan de l’effondrement du viaduc de Gênes qui a eu lieu mardi se chiffre à 39 morts, 16 blessés dont neuf dans un état grave. Au centre hospitalier San Martino, les équipes se sont mobilisées pour prendre en charge non seulement les blessés mais aussi les familles des disparus.

Aider les proches et les familles, c’est un travail qui a commencé dès les premières minutes après l’effondrement du viaduc. Dans les couloirs de l’hôpital San Martino, Tommaso Soggetti, qui répond aux appels des urgences médicales, raconte que lui et ses collègues ont reçu 80 coups de téléphone dans l’heure qui a suivi le drame.

« Le premier appel était très confus évidemment, et nous on devait rester concentrés, parce que si on se met à paniquer aussi alors tout le système des urgences qui s’écroule. »

Et garder la bonne distance peut être compliqué. « Pour moi qui viens des Abruzzes, où on a vécu le tremblement de terre, ça n’a pas été facile je dois dire, poursuit Tommaso Soggetti. J’ai revécu les expériences de ce tremblement de terre de l’Aquila, c’était… euh… disons que je suis content d’être ici et d’avoir pu faire quelque chose pour cette région qui m’accueille depuis quelques années. Cela me fait plaisir de me rendre utile pour ces gens. »

Gabriella Biffa dirige l’unité de soins psychologiques de l’hôpital et salue la mobilisation générale : « On s’est tous mis en marche, d’ailleurs il a fallu rappeler des gens qui étaient en vacances, et on a essayé de faire le maximum. L’essentiel de notre travail a été d’accueillir les proches dès leur arrivée aux urgences et de les accompagner tout au long de leur parcours, qui va de la reconnaissance du corps aux étapes ultérieures. »

Trois cents proches de victimes se sont présentés en une journée et demie, dont près de 80 pour une même famille. Des personnes de plusieurs cultures et de nationalité, accueillies, souligne la psychologue, dans le respect de leur tradition face à la disparition d’un être cher.

Peu d’espoir de retrouver des survivants

Sur les lieux du drame, toute la nuit, les recherches ont continué pour retrouver les corps qui restent ensevelis et bien sûr d’éventuels survivants. Mais les secouristes n’ont perçu aucun signe de vie depuis maintenant assez longtemps, et l’espoir ne fait que diminuer avec le temps qui passe.

Des grues et des pelleteuses sont à l’œuvre. Les pompiers utilisent aussi de petites charges explosives car il reste beaucoup de blocs de béton à dégager.

Il y aurait plusieurs dizaines de disparus, donc le bilan de 39 morts pourrait s’alourdir. Un bras du pont reste suspendu au-dessus d’un groupe d’immeubles du quartier de Sampierdarena, des petits bâtiments jaunes et roses qui ont été évacués. Et ils devaient être détruits pour des raisons de sécurité.

Plus de 600 personnes, 331 familles précisément attendent de savoir où et comment elles seront relogées.

Laisser un commentaire