Braquage de la RN 4: ce que l’on sait de l’attaque armée de Bignona

L’histoire du braquage attribué aux éléments rebelles de la Casamance commence à livrer ses secrets. A en croire les premiers témoignages recueillis par Kewoulo, c’est un homme seul qui a réussi la prouesse de braquer plus de 20 véhicules et de prendre ses occupants en otages. Et si, pour le moment, la responsabilité d’une quelconque faction du MFDC n’est clairement démontrée, le mode opératoire comme le matériel de guerre dont dispose cet élément isolé laisse croire à une opération montée sur un coup de tête, par un homme dangereux ayant un passé militaire. Récit d’une nuit d’horreur.

Samedi 3 Novembre 2018. Nous sommes sur la route nationale N4, à la lisière de Django et Badiouré, sur la transgambienne. Alors que la circulation est encore fonctionnelle, apparaît un barrage inhabituel. Devant celui-ci, se tient un homme armé de Kalashnikov et  de grenades. Tenant en joue les véhicules, il ordonne aux chauffeurs de s’arrêter.

Au total, ce sont plus de 20 chauffeurs qui vont obtempérer à ses injections. Et avec chacun des véhicules, il fait descendre tous les passagers et leur fait vider leurs poches. Téléphones portables et argent sont confisqués. Un des témoins raconte: « C’est à hauteur du carrefour de Marssassoum que nous avons été arrêté. C’est un homme seul, lourdement armé qui a tenu tout le monde en respect. Des motos Jakarta comme des véhicules et ils nous a rançonnés. Nous sommes restés presque deux heures sur place. »

Avec la nuit qui s’annonce, un des chauffeurs de transport -7 places-, plus vigilant, aperçoit de loin le manège et comprend le danger vers lequel il filait. Aussitôt, il s’arrête et déclenche la manœuvre du demi-tour sur la route. A quelques centaines de mètres du chauffeur fuyard, le braqueur crie l’ordre de s’arrêter. Le chauffeur, pied au plancher, se soustrait et retourne sur Bignona. « C’est lui qui a alerté les autorités. Et ça a fait très mal au braqueur qui a crié que si le gars a pu s’échapper, c’est qu’on s’est mal garé sur la route, menaçant même de nous tuer tous« . A confié une victime.

« Sans hésiter, le braqueur a ouvert le feu mais n’a atteint personne. » A confié à Kéwoulo, une source judiciaire. Ayant compris que son jeu n’allait plus durer, le braqueur décide de battre en retraite, dans la forêt; en prenant le soin de couvrir ses arrières par la prise d’otages. Pendant ce temps, l’alerte a été donnée. Et chez les militaires, un timide mouvement était en préparation. Pour éviter de se retrouver en mille morceaux, l’assaillant se replie en foret. Trois hommes et 3 dames sont désignés pour l’accompagner dans sa fuite. Et alors que le groupe a entamé sa marche forcée vers la brousse, un par un, ils sont libérés. Alors que la dernière victime pensait pouvoir être libre à son tour, elle est gardée par le braqueur. Violée. Et abandonnée dans la forêt, en pleine nuit.

Cette dernière, âgée de 20 ans, a réussi au petit matin à sortir des bois; pour se retrouver sur la RN 4. Elle est aussitôt récupérée par des transporteurs et acheminée à Bignona. « C’est à la station Total de Bignona que nous l’avons remis au commandant de la compagnie de gendarmerie de Ziguinchor. » A son arrivée à la brigade, la presque totalité des victimes était là, devant les gendarmes, à raconter l’aventure folle d’un « rebelle égaré. » D’un violeur de femmes. Comme les autres, elle a fait le même récit terrifiant d’un braqueur isolé qui a fait croire qu’il était avec un groupe caché dans les bois.

Laisser un commentaire